Le monde a changé, les vampires aussi, les humains sont prêts pour la guerre...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Nouveau déménagement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alice Cullen
Lycéen(ne)
avatar

Activité : Présent
Statut : Membre
Messages : 58

Âge Rpg : 22 ans / 103 ans
Statut marital : Mariée
Particularité : Don de voyance

MessageSujet: Nouveau déménagement   Lun 13 Juil - 22:37

Alice croisa les bras, sourcils froncés, tapant légèrement du pied au sol en observant Esmée. Non, non, non, un détail n'allait pas, dans sa tenue ! Elle lui tourna autour en réfléchissant, sans tenir compte le moins du monde de ses soupirs et de son envie de vider enfin les lieux, ni de ses protestations ou de ses plaintes. Personne n'avait le droit de se plaindre lorsqu'elle composait une tenue ! Tous les détails devaient être parfaits, Esmée devrait heureuse qu'elle s'occupe d'elle, non ? Car non, jamais, jamais plus elle ne la laissera porter cette horrible robe qu'elle avait osé mettre à la sortie du bain ! Une sorte de tenue infâme, toute droite, noire, avec des manches courtes, complètement passé de mode depuis le siècle dernier. Ce genre de tenue, c'était très bien pour les enterrements, certainement pas pour sortir, non mais ! Quand elle lui avait répondu qu'elle comptait porter ça pour sa sortie au cinéma avec Carlisle, Alice en avait littéralement bondi d'horreur avant de la traîner dans le dressing pour lui trouver une tenue plus adaptée. Mais là, il y avait un truc qui clochait.

– C'est bon, Alice, ça ira comme ça ?

– Non, pas encore.

– Tu me tiens depuis presque deux heures !

– Oui, je sais, sourit-elle sans avoir une once de remords.

Elle la fit tourner sur elle-même puis trouva enfin ce qui n'allait pas, poussant une exclamation de joie. Voilà, habillée comme ça, elle était parfaite ! Adieuuu, le noir, Alice lui avait fait enfiler une longue rouge moulante et très décolleté, avec un soutien-gorge qui mettait particulièrement en valeur sa poitrine, plus un petit string rouge lui aussi, le tout avec une paire de talons assorti. Elle lui donna un manteau tout neuf puis la poussa jusqu'au garage où attendait Carlisle, ravie en le voyant avoir un léger hoquet en regardant sa femme. Hé hé, c'était grâce à elle, ça, elle la remerciera plus tard ! Comment sa famille s'habillerait-elle si elle n'était pas là, hein ? Leur race leur donnait des avantages physiques alors pour quoi se priver de les mettre en valeur devant l'être aimé ? Elle, en tout cas, offrait toujours de très belles occasions à Jasper de découvrir la couleur de sa culotte et surtout ce qui se cachait dessous.

Une fois le couple partit, elle revint en sautillant dans le dressing pour s'habiller elle-même. Il avait cessé de pleuvoir mais le ciel restait très bas, gris, menaçant, comme à son habitude. Il n'y avait du soleil qu'une ou deux journées par an, ici, ce qui lui convenait très bien pour sortir. Elle checka mentalement ce qu'elle avait besoin d'acheter, espérant que la nouvelle librairie qui s'était installée serait bien fournie. Elle avait l'air grande mais Alice n'avait pas encore été fouiner dans ses rayons. Bah, elle verra bien ! Au pire, elle ira à Port Angeles, ou à Seattle le week-end prochain. Elle s'habilla avec un petite ensemble que Jasper lui avait offert puis enfila un blouson pour paraître normale dans la rue, cadeau de Jaz là aussi. Il avait du goût pour ça ! Sans doute grâce à toutes ces fois où il avait dû traîner des heures dans les magasins de fringues avec elle et lui donner son avis. Mettant des bottines, elle attrapa ensuite ses clés de voiture, ne voulant pas courir dans les bois avec ces chaussures, pour ne pas les abîmer.

– A plus tard ! lança-t-elle avec enthousiasme pour la famille en sortant.

Elle roula assez vite jusqu'à la ville, chantant à fond dans l'habitacle un air de rock. Se garant sur un petit parking, elle mit son sac en bandoulière puis continua à pied, chantonnant encore. Les habitants lui jetaient des regards curieux ou mauvais. Ah, forcément, elle était encore une étrangère, pour la majorité d'entre eux, bien qu'elle vive à Forks depuis presque un an. Elle ignora les regards, poursuivant sa route avec sa bonne humeur habituelle. Elle s'approchait de la librairie lorsqu'elle vit une petite fille, qui ne devait pas avoir dix ans, marcher sur le trottoir en regardant partout autour d'elle, sans qu'un passant ne daigne s'arrêter. Alice vint à sa hauteur, lui souriant.

– Bah alors, ma puce, tu t'es perdue ? Comment tu t'appelles ?

La petite avait dû pleurer, car elle se frotta les yeux en reniflant avant de lui répondre. Elle bredouilla son prénom puis son nom, en lui disant qu'elle était arrivée toute à l'heure à Forks, qu'elle avait voulu voir à quoi ressemblait la ville mais qu'elle s'était perdu. Swan, c'était le nom du shérif, ça ! Alice savait où il habitait. Elle ne savait pas qu'il avait une fille aussi jeune, par contre, elle n'avait jamais vécu avec lui ? Alice se présenta à son tour puis lui tendit la main, lui disant qu'elle allait la ramener chez elle tout de suite. Elle l'emmena avec elle, prenant le chemin plus court pour ne pas faire attendre la petite puce. La maison du shérif était dans la "banlieue" de la ville, à l'écart du centre, noyé dans un lotissement où les arbres faisaient la loi. Deux voitures et une camionnette étaient garées devant et le shérif arriva en courant en la voyant avec Raven. Alice expliqua comment elle l'avait retrouvé, souriant à une autre fille plus âgée qui était là aussi.

– Je savais où vous habitiez, heureusement, je ne pouvais pas laisser une petite fille comme ça. Pas le meilleur accueil qui soit quand on déménage ici, en tout cas, mais bienvenue tout de même, ajouta-t-elle pour l'autre fille, qui devait être la sœur de Raven. Je m'appelle Alice Cullen, je n'habite pas très loin de Forks, on sera sûrement dans le même lycée !

Un coup de vent lui amena tout à coup l'odeur de la petite famille dans la figure. Hum, ils ne sentaient pas mauvais, ils plairaient sûrement à beaucoup de vampires sur cette terre.

– Vous êtes arrivés aujourd'hui, alors ? demanda-t-elle en voyant la camionnette bien chargée. J'espère que vous ne craignez pas l'ennui.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isabella M. Swan
Lycéen(ne)
avatar

Activité : Présent
Statut : Administrateur/trice
Messages : 151

Âge Rpg : 17 ans
Statut marital : En couple
Particularité : Embryon de bouclier

MessageSujet: Re: Nouveau déménagement   Mar 14 Juil - 20:14

Charlie – Bonjour Bell… Oh, tu t’es coupé les cheveux ?

Bella – Oui.

Bella n’ajouta rien de plus et monta dans sa chambre, se doutant qu’elle était restée intacte. Son père n’avait pas réussi à tourner la page, elle pouvait bien le voir, et il devait espérer qu’ils reviendraient un jour ou l’autre. La jeune adolescente s’enfuyait régulièrement de chez elle avec la ferme intention de rejoindre Forks, lorsqu’elle avait 9-10 ans, pour fuir sa mère et retrouver son père qui devait subir la séparation plus qu’elle. Mais après… Tout s’était enchaîné. Si elle était venue à Forks quelques fois, Bella avait franchement évité cette bourgade pluvieuse durant des années pour ne pas voir la tristesse de Charlie. Il était secret, ne montrait pas ce qu’il ressentait, mais tout, dans cet appartement, montrait qu’il regrettait sa vie avec Renée. Les choses s’étaient enchaînées beaucoup trop vite…

Ouvrant la porte de son ancienne chambre, Bella fut stupéfaite de la retrouver telle que la dernière fois qu’elle y avait mis les pieds. Le papier peint était rose bonbon, une vieille bibliothèque tenait par miracle contre le mur avec une des étagères cassées. Elle eut un sourire nostalgique lorsque son regard retomba dessus, ses doigts effleurant les quelques livres rangés sur les étagères. Des livres pour enfant, principalement, comme son adolescence s’était déroulée à Phoenix. Il y en avait une bonne soixantaine tant Bella lisait, ce qui n’avait pas changé depuis toutes ces années. Les livres ne la trahissaient pas, elle y trouvait toujours le réconfort qu’elle cherchait et ne devait pas jouer la comédie en cachant tout ce qu’elle ressentait avec eux. Si, extérieurement, la jeune enfant qu’elle avait été avait beaucoup changée, intérieurement, elle restait sensible et fragile. Cette chambre représentait à merveille sa vie actuelle : beaucoup de décorations, une chambre surchargée de souvenirs passés, mais que l’on ne prend que pour une chambre de petite fille lorsque l’on y entre pour la première fois. Pourtant, chaque élément avait son importance, sa place.

Bella laissa tomber son sac à dos contre sa bibliothèque avant de se jeter sur le lit à plat ventre, seul meuble de la pièce que Charlie avait changé en s’attendant à ce que sa fille ait grandi. Une table de nuit en bois de chêne sculpté très simplement, avec deux fleurs se rejoignant sur le seul tiroir du meuble, exposait une photo de famille légèrement jaunie dans un cadre en bois rouge. Elle eut une pointe au cœur en prenant le cadre dans sa main, regrettant de plus en plus ce passé, et se tourna sur le dos en laissant retomber ses bras sur son ventre avec la photo. Non, jamais elle ne tiendrait longtemps ici. C’était impossible ! Bella étouffa un hurlement se mordant la main avant de la cacher précipitamment sous elle lorsqu’on frappa à la porte.

Charlie – Bella, je… Je voulais savoir si tu avais besoin de quelque chose.

Bella – Tout va bien, dit-elle en soupirant et en se relevant. Je suis juste un peu fatiguée, il me faut un peu de temps pour réaliser, tu n’as pas à t’inquiéter.

Charlie sembla hésiter un moment mais finit par sortir en lui demandant de venir les aider pour vider la voiture, que Raven ne cessait de leur réclamer une sortie depuis un moment et qu’il ignorait combien de temps ils auraient avant qu’elle ne devienne insupportable. Bella se laissa retomber sur son lit, de plus en plus exaspérée, mais accepta tout de même de sortir et descendre pour les aider. Son père n’y était pour rien, après tout, et son comportement témoignait d’un malaise évident même s’il ne montrait pas grand-chose. Cependant, ils avaient tous les deux ce trait de caractère, pas de bol : elle savait ce que signifiait certains mots à force de les dire elle-même. C’était pratique et handicapant à la fois, son père arrivait à la faire culpabiliser sans même le vouloir mais, jusqu’à présent, ne semblait pas réussir à la comprendre. Comme à peu près tous les membres de sa famille, d’ailleurs…

Bella – Qu’est-ce que j’dois faire ?

Bella s’était adossée au mur, s’y collant pour laisser passer son père qui avait déjà pris un autre carton, soufflant. Quelques cartons étaient déjà empilés çà et là contre les murs de la petite maison, tous avec la mention « Fragile » en grosses lettres rouges bien voyantes. Les premiers cartons… Heureusement, ils n’en avaient pas beaucoup comme ils ne déménageaient qu’à trois, mais il y avait quand même du boulot.

Charlie – Déballe les cartons, tu veux bien ? Ils sont trop lourds, je ne vais pas te les faire porter et Dylan est parti chercher du travail.

Bella – Quoi ?! Mais c’est…

L’adolescente s’interrompit en voyant la réaction de son père et marmonna un « d’accord » avant de s’atteler à la tâche sans le moindre enthousiasme. C’était complètement injuste ! Parti chercher du travail, c’est ça… Il se défilait, oui ! Déjà qu’ils venaient ici à cause de lui en partie, maintenant, il les laissait tout déballer parce qu’il devait « travailler ». Tu parles ! Il avait au moins intérêt à avoir trouvé quelque chose ce soir… Ils travaillèrent ainsi une bonne partie de la journée, occupés tous les deux et Raven jouant quelque part, alors qu’elle-même continuait à insulter son frère de tous les noms. Mentalement, bien sûr. Ils mangèrent sur le pouce pour aller plus vite, voulant terminer vite fait avec les cartons au cas où il pleuvait fort la nuit pour éviter de tout abîmer. Bienvenue à Forks… Poussant un soupir, Bella lança un regard à la camionnette encore chargée, ayant l’impression de ne pas avancer, puis s’assit sur un carton plus solide en mettant sa tête entre ses mains. Une bonne douche, voilà ce dont elle avait besoin…

Charlie – RAVEN ! Raven !

Bella sursauta, la main sur le cœur, et demanda ce qui se passait à son père en hurlant. Raven avait disparue… Depuis il ne savait combien de temps, mais elle avait disparue. Bah bravo ! Premier jour à Forks, même pas vingt-quatre heures, et il avait déjà perdu sa filleule ! Il appela le commissariat pour savoir si personne ne l’avait vue, utilisant ses contacts, bien sûr, mais cela ne donnant rien. Bella, elle, sortit pour faire le tour du voisinage au cas où sa demi-sœur s’était perdue quelque part, l’appelant, la cherchant dans tous les recoins possibles – même une benne à ordure. Mais toujours pas de Raven… Revenant à la maison, elle fit non de la tête à Charlie pour lui dire qu’elle ne l’avait toujours pas trouvée, lorsqu’il se mit soudain à courir et à la bousculer, sortant de la maison en trombe. Non mais eh ! Ce n’est qu’au moment où Bella se préparait à lui dire que cela ne servait à rien, éreintée par ce voyage et ces fouilles, qu’elle vit Raven. Avec une autre fille, à peine plus vieille qu’elle d’après ce qu’elle pouvait en juger. Des yeux marrons, plutôt bien habillée, dégageant un certain charme. Mais… Après quelques minutes passées à se reprendre, Bella se rapprocha tandis que l’inconnue lui souriait.

Alice – Je savais où vous habitiez, heureusement, je ne pouvais pas laisser une petite fille comme ça. Pas le meilleur accueil qui soit quand on déménage ici, en tout cas, mais bienvenue tout de même, ajouta-t-elle pour l'autre fille. Je m'appelle Alice Cullen, je n'habite pas très loin de Forks, on sera sûrement dans le même lycée !

Super… Enfin, si tous les élèves du lycée étaient comme elle, peut-être son année scolaire ne serait-elle pas aussi insupportable que cela. Alice connaissait donc le coin ? C’était toujours aussi pluvieux ? Le coin toujours aussi perdu ? Bella mit ses mains dans les poches-arrières de son jean, regardant Alice en lui souriant alors que Raven avait filé dans les bras de Charlie, ne le lâchant plus. Si Renée apprenait cela…

Alice – Vous êtes arrivés aujourd'hui, alors ? demanda-t-elle en voyant la camionnette bien chargée. J'espère que vous ne craignez pas l'ennui.

Bella – Nous connaissons déjà un peu la ville… Je m’appelle Isabella Swan, mais tout le monde m’appelle Bella, et elle, c’est Raven, ma demi-sœur et mon frère Dylan est parti « chercher du travail ». Nous sommes arrivés ce matin, je suppose qu’elle a voulu se dégourdir un peu les jambes, et…

Bella fit un geste du bras en terminant sa phrase, sous-entendant « elle a pris la fuite » sans oser le dire à voix haute. Au même instant, Raven réclama à manger, son goûter, et Charlie rentra avec elle pour lui préparer quelque chose en avertissant vite fait bien fait Alice et Bella. Il devait avoir peur de contrarier sa filleule, peur qu’elle le dise à Renée, sinon il n’agirait pas comme cela. Le voir réagir au quart de tour était très bizarre. Enfin, elle était là, c’était le principal. Ne sachant pas vraiment comment se comporter, ni quoi dire, la lycéenne essaya de sourire mais cela devait plus ressembler à une grimace qu’autre chose. Elle avait des questions à poser, Alice étant la première personne qu’elle croisait autre que sa famille depuis des heures. Une personne du coin, apparemment nouvelle vu son allure, mais qui pouvait la renseigner ! Et puis, elles avaient le même âge, non ? Si elles étaient toutes les deux au lycée…

Bella – Merci de l’avoir ramenée. J’ignore depuis combien de temps elle était dehors, nous étions… pris par le déménagement. Nous allons mieux la surveiller, maintenant.

Elle ouvrit à nouveau la bouche pour dire quelque chose avant de la refermer, puis la rouvrit à nouveau pour proposer à Alice d’entrer, histoire de lui offrir au moins quelque chose à boire même si c’était un peu bordélique à l’intérieur. C’était la moindre des choses ! Après tout, sans elle, qui sait ce qui se serait passé ? Bella entra dans la maison, guidant la sauveuse de Raven jusqu’à la cuisine digne d’un célibataire et se servit un verre de jus d’oranges, s’écartant de justesse alors que sa demi-sœur filait un grand sourire aux lèvres avec du chocolat partout. Elle était bien loin, l’enfant perdue… Elle invita Alice à s’asseoir pour ne pas se prendre Raven dans les jambes, s’asseyant à son tour.

En haut de la cuisinière étaient fixée deux étagères de cuisine avec toutes les épices nécessaires – même si le sel et le poivre étaient nettement plus vides que les autres. Charlie avait dû tout racheter en vitesse pour eux, apprenant qu’ils revenaient. Les emballages des pizzas qu’ils avaient mangées ce midi traînaient sur le plan de travail, à côté d’une cafetière à moitié pleine. L’évier, lui, était vide par contre, pas de vaisselle comme ils avaient mangé à l’arrache. Rien n’avait changé… Les mêmes tons beiges, le même carrelage bleu turquoise, les mêmes armoires… Seul le frigo semblait plus récent, voire moderne. Sans doute pour conserver les plats plus longtemps.

Bella – Est-ce que… Est-ce que les élèves sont sympas ? demanda-t-elle en relevant la tête vers Alice pour éviter de penser à nouveau et engager la conversation. Désolée, je sais que cette question peut surprendre, mais comme nous sommes nouveaux et que je ne suis plus venue ici depuis des années… Nous venons de Phoenix. Et avec la guerre et tout ça, je ne sais pas trop ce qu’est devenue cette ville… C’est facile de s’intégrer ? Cette bourgade a l’air tellement perdue ! J’ai l’impression d’arriver dans un autre monde. Et nous sommes déjà en septembre, si je dois m’acheter de nouveaux livres et faire un test pour voir ce que je sais ou pas… Comment ça s’est passé, pour toi ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Cullen
Lycéen(ne)
avatar

Activité : Présent
Statut : Membre
Messages : 58

Âge Rpg : 22 ans / 103 ans
Statut marital : Mariée
Particularité : Don de voyance

MessageSujet: Re: Nouveau déménagement   Mar 14 Juil - 23:13

– Nous connaissons déjà un peu la ville… Je m’appelle Isabella Swan, mais tout le monde m’appelle Bella, et elle, c’est Raven, ma demi-sœur et mon frère Dylan est parti « chercher du travail ». Nous sommes arrivés ce matin, je suppose qu’elle a voulu se dégourdir un peu les jambes, et…

Et elle s'était sauvée lors d'un moment d'inattention, classique chez les enfants de cet âge. Enfin, au moins, elle allait bien ! Alice était toujours ébahi que personne ne se soit demandé pourquoi une fillette pleurait toute seule dans la rue. Rosalie aurait été capable de tuer tous les passants si elle avait vu ça, tellement c'était indigne ! Enfin, soit, elle était en bonne santé, c'était tout ce qui comptait, non ? Alice la regarda filer dans la maison avec son père ou son beau-père avec un sourire attendri. Elle aimait bien les enfants, ils avaient une petite bouille toute innocente à vous faire fondre, c'était super adorable ! Elle se retourna vers Bella, curieuse de savoir pourquoi elle était venue avec sa fratrie s'installer dans cette ville pluvieuse. Elle était humaine, donc ça ne pouvait pas être pour l'amour du climat. Elle sentait plutôt bon, en tout cas, un mélange entre plusieurs fleurs, peut-être du lys et du camélia, et la senteur de livres anciens. Elle avait un peu de mal à déterminer, ne s'étant jamais soucié de développer son odorat. Jasper y arrivait beaucoup mieux qu'elle, mais il était plus sensible à bien des choses, surtout avec son don. Un vrai soldat, son amour, il la faisait toujours autant craquer, même après des dizaines d'années de vie commune. Elle sourit de plus belle à son interlocutrice, d'excellente humeur dès qu'elle songeait à son homme.

– Merci de l’avoir ramenée. J’ignore depuis combien de temps elle était dehors, nous étions… pris par le déménagement. Nous allons mieux la surveiller, maintenant.

Bah, ça lui avait fait plaisir ! Et au moins, elle rencontrait de nouvelles personnes qui n'avaient pas l'air aussi tordues et coincées que ceux qu'elle côtoyait ici. Elle l'invita à rentrer et Alice accepta avec sa bonne humeur habituelle. La maison était vraiment imprégnée d'odeurs bien humains, dont une large partie de nourriture. Elle n'allait pas souvent dans des maisons humaines et sa curiosité naturelle sortit pour renifler partout. Elle remercia Bella en hochant la tête lorsqu'elle lui donna un verre de jus d'orange, regardant la cuisine. Tout était peint dans des tons plutôt chauds et clairs, c'était pas mal. De quoi faire entrer un minimum de soleil dans la maison. Elle faillit pousser un soupir de regret en songeant à cet astre brillant et magnifique, qui lui était désormais interdit. Elle ne pouvait plus que le regarder et se souvenir des ces jours où elle pouvait courir en plein soleil. S'asseyant sur une des vieilles chaises, elle remit son sac en place puis regarda plus attentivement la tenue de Bella. Ouuuch, pas très féminin, tout ça ! Et si elle lui proposait de l'habiller ? Ou de lui donner des conseils ? Elle pourrait être super sexy ! Alice la regarda des pieds à la tête en visualisant ce qui lui irait le mieux. Déjà, le marron ne lui allait pas, elle serait beaucoup plus mignonne avec un petit dégradé bleu !

– Est-ce que… Est-ce que les élèves sont sympas ? demanda-t-elle en relevant la tête vers Alice pour éviter de penser à nouveau et engager la conversation. Désolée, je sais que cette question peut surprendre, mais comme nous sommes nouveaux et que je ne suis plus venue ici depuis des années… Nous venons de Phoenix. Et avec la guerre et tout ça, je ne sais pas trop ce qu’est devenue cette ville… C’est facile de s’intégrer ? Cette bourgade a l’air tellement perdue ! J’ai l’impression d’arriver dans un autre monde. Et nous sommes déjà en septembre, si je dois m’acheter de nouveaux livres et faire un test pour voir ce que je sais ou pas… Comment ça s’est passé, pour toi ?

Alice termina d'avaler la gorgée de jus d'orange qu'elle venait de prendre, en dissimulant son dégoût, avant de réfléchir un petit moment. Comment s'intégrer, heu, elle ignorait si elle était la mieux placée pour la conseiller là-dessus, elle-même pouvant s'intégrer mais pas trop,à cause de sa nature.

– Je suis arrivée l'année dernière, avec ma famille, lui dit-elle en reposant son verre. Les élèves sont plus tendus depuis la fin de la guerre, mais bon, assez sympas dans l'ensemble ! Certains sont juste très cons, mais ça, c'est partout.

Elle eut un petit rire cristallin, transpirant de joie de vivre. Elle prenait toujours la vie du bon côté, quoi qu'il arrive, étant heureuse. Elle considérait sa vie comme parfaite, aujourd'hui. Elle ne ressemblait pas à Rosalie, qui elle pleurait toujours la perte de sa vie humaine. Comment regretter une chose dont on avait tout oublié, jusqu'aux sensations ? Elle prit une autre gorgée, avec une pensée peinée pour sa sœur d'adoption qui vivait dans une lassitude et une rancœur éternelles. Rose était profondément malheureuse mais il n'y avait aucun moyen de l'aider.

– Bon, je t'avoue qu'avec mes frères et ma sœur, on est à l'écart, au lycée. Pas vraiment intégrés, mais c'est de notre faute aussi, on a du mal à aller spontanément vers les autres. Puis certains sont jaloux, aussi. Mais toi, tu arriveras sûrement à te fondre dans la masse.

– Jaloux ? De vous ?

Elle lui faisait de gros yeux, comme si elle n'y croyait pas. Alice vit un vague geste de la main en haussant les épaules.

– Il y en trois ou quatre qui sont agacés, on nous déjà dit qu'on "ne faisait pas parti du même monde", en gros, ils voudraient nous jeter d'ici, ajouta-t-elle avec un petit rire. Enfin, ce sont juste quelques idiots. Ils doivent nous prendre pour des délinquants, comme on a tous été adoptés.

C'était très ironique, comme situation, finalement. En effet, aucun des Cullen ne faisait parti du même monde que les lycéens de Forks et tous les habitants de la ville, et ce n'était pas une question d'apparence ou d'argent. En ce moment même, elle pouvait repérer par réflexe où mordre Bella pour lui prendre un peu de son sang. Elle pouvait entendre très clairement son père parler avec la petite Raven, entendre jusqu'à leur cœur battre. Elle percevait les sons au-dehors avec une exactitude surprenante. Elle pouvait tout voir, jusqu'aux plus petits détails des meubles. Bella était humaine, avec des sensations bien différentes. Alice se demandait ce qu'elle pouvait voir, entendre, sentir et percevoir. Elle gardait la tête baissée en jouant avec son verre, pensant sans doute aux lycéens de Forks.

– Tu n'as rien d'une délinquante... Ils sont idiots, ils ne doivent pas en avoir vu beaucoup. Moi, en tout cas, je ne suis pas du même avis qu'eux.

Elle redressa la tête puis lui adressa un sourire qu'Alice lui rendit, touchée. C'était gentil, ça ! Naïf, mais gentil, mais elle ne pouvait pas savoir. Alice n'était en effet pas une "délinquante", mais plutôt un assassin, tout simplement. Enfin, aux yeux des humains, en tout cas. Pour un autre membre de son espèce, elle était ordinaire et même plutôt douée, grâce à son don.

– Il y aura d'autres nouveaux, je pense, il y a plusieurs familles qui viennent de s'installer.

Elle lui sourit pour la rassurer lorsqu'elle entendit entrer, tournant la tête, surprise de ne rien sentir dans le hall d'entrée, alors qu'elle entendait un cœur battre, de façon constante, régulière. Un jeune homme arriva ensuite, plutôt grand mais maigre. Il ne sentait rien... Elle se concentra, inspirant discrètement, mais elle peinait à capter son odeur. Eh, c'était pas normal ! Ce type n'était pas net. Il lui lança un regard bizarre, comme s'il l'analysait. Elle faillit sursauter en comprenant d'un coup pourquoi il était comme ça, sans odeur, avec son regard. Ce type était un *** de traqueur ! Elle eut un mouvement de recul malgré elle, serrant les poings sous la table.

– Qui c'est, elle ?

Elle, elle s'appelle Alice Cullen et elle a ramené Raven qui s'était perdue.

Il avait un de ces regards... Il marmonna qu'il aurait été chercher la petite, comme d'habitude, puis s'en alla. Et voilà, elle avait raison, c'était bien un traqueur ! Et Bella vivait sous le même toit que lui... ? C'était dangereux ! Très dangereux ! Les traqueurs n'étaient pas des types sains ! Ils étaient mauvais, fourbes, manipulateurs, froids, n'évoluant à l'aise que dans certains environnements précis. Ils avaient une réputation si mauvaise, surtout depuis la guerre... Démétri était sans doute le vampire le plus haï de toute l'Histoire, plus haï encore que les jumeaux en sorcellerie, ce qui n'était pas rien.

– Désolée... Ne fais pas attention à lui.

– C'est rien, t'en fais pas. T'en fais pas pour le lycée, ça va sûrement très bien se passer ! Je te présenterai mon mari avant le début des cours, si tu veux.

Jasper devait aussi s'ouvrir un peu aux humains, peut-être que ça l'aidera, pour son don, qui sait ? Elle voulait se faire des amis, dans la mesure du possible bien sûr, et voulait que Jasper aussi profite de leur séjour à Forks, qu'il puisse voir du monde et se détendre ! Bella n'était pas méchante, c'était son frère dont il fallait se méfier comme de la peste. La famille allait bondir en apprenant qu'un traqueur venait de s'installer en ville... Bella lui rendit tout à coup un air choqué, alors qu'Alice se forçait à finir son verre. Bah, elle avait dit quoi ? Jasper était très gentil, en plus ! Il fallait juste le connaître un peu.

– Ton... Ton mari ? Tu es mariée au lycée ? Mais... D'où viens-tu ? Etre mariée ici, c'est mal vu. Je veux bien, hein ! Mais ça m'étonne...

– Je ne sais pas d'où je viens, confia-t-elle avec un sourire. J'ai perdu une partie de ma mémoire. Mais il est très gentil, dès qu'on le connaît un peu, je t'assure ! Il s'appelle Jasper, je suis juste folle de lui ! Tiens, regarde.

Elle tira un petit calepin de son sac, où la photo de son mariage avec Jaz était fixé dans la couverture. Elle potait une longue robe blanche et souriait à belles dents, près de son mari en costume, avec une chemise blanche, les manches un peu relevées qui l'encerclait par la taille. Photo de l'un de leur "re-mariage", il y a quelques années. Ils posaient devant un parterre de fleurs, en début de soirée, couverts du soleil par les arbres. Elle regarda la photo avec tendresse, débordant d'amour pour son homme. Jamais elle ne regrettera le jour où ils s'étaient rencontrés, le jour où ils avaient unis leurs deux vies. Il était celui qui la connaissait le mieux, elle était celle qui savait le moindre de ses secrets. Bella lui jeta un coup d'œil avant de regarder à nouveau la photo, souriante.

– Vous êtes magnifiques...

– Oh, merci ! C'est gentil de dire ça. J'y pense, tu veux pas venir à la maison aujourd'hui ?

Elle hésita un moment en regardant autour d'elle. Ah, son père préférait qu'elle en sorte pas ? Alice, en tout cas, mourait d'envie de sortir. Se retrouver dans la même maison qu'un traqueur avait le don de lui porter sur les nerfs ! Elle avait si peur qu'il ne revienne à tout moment en pointant un doigt accusateur sur elle et en révélant sa vraie nature. Ce mec était dangereux !

– Je veux bien, j'ai besoin de sortir. Mais ça ne dérangera pas ta famille ?

Mais non ! Et puis, ce n'était pas pour une heure, en plus. Elle se leva puis l'escorta en sautillant dans la rue jusqu'à l'endroit où elle avait garé sa voiture, la déverrouillant avant de s'installer sur le siège en cuir, derrière le volant. Elle mit le contact dès que Bella fut installée, baissant le son de l'auto-radio, puis démarrant à fond sur les routes à deux fois la vitesse autorisée. Elle adorait la vitesse et ne s'en cachait pas, aimant autant conduire vite que courir, ça procurait de ces sensations ! Mais Bella ne semblait pas du même avis car elle hurla tout à coup son prénom en agrippant au siège. Eh, relax, tout va bien ! Elle ne ralentit pas le moins du monde, chantant en en cœur avec la radio. En arrivant, elle fila directement dans le garage, se garant près de la voiture de Carlisle. Elle sortit, guillerette, en faisant signe à Bella de la suivre, grimpant les escaliers pour rejoindre le rez-de-chaussée. Carlisle venait tout juste d'arriver, lui aussi, il était en train d'enlever son manteau lorsqu'elle poussa la porte.

– Salut ! Je te présente Bella Swan. Voilà mon père d'adoption, Carlisle, il est médecin.

Elle la tira avec elle dès qu'elle eut dit bonjour, grimpant les escaliers. Rosalie était au premier étage, assise tranquillement près de la fenêtre en train de lire un livre. Alice fit aussi des présentations rapides, ravie que Rose ait pris l'une des tenues qu'elle avait préparé pour elle ce matin. Elle avait une silhouette magnifique, il fallait bien qu'elle porte de beaux vêtements. Rosalie salua l'humaine du bout des lèvres, puis replongea dans sa lecture. Alice sourit puis emmena Bella voir un peu le reste de la maison, cherchant Jasper. Il était peut-être sorti chasser ? Oh, c'était dommage, mais il ne devrait pas tarder. Edward était dans un autre salon, occupé à jouer du piano. Elle attendit à la porte pour ne pas le déranger puis vint le trouver dès qu'il eut terminé, toujours sautillante. Il salua Bella avec un petit sourire en hochant la tête, l'air curieux.

– Jaz est sorti ?

– Oui, toute à l'heure.

Alice lui hurla presque mentalement que le frère de Bella était un traqueur, tout en faisant les présentations d'une manière très douce et très polie, puis tourna la tête vers Bella.

– Jasper ne va sûrement pas tarder ! On a encore un autre frère, Emmett. C'est le mari de Rose, que tu as vue toute à l'heure. Et toi, t'as un petit copain ? Et ton frère ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isabella M. Swan
Lycéen(ne)
avatar

Activité : Présent
Statut : Administrateur/trice
Messages : 151

Âge Rpg : 17 ans
Statut marital : En couple
Particularité : Embryon de bouclier

MessageSujet: Re: Nouveau déménagement   Jeu 16 Juil - 0:25

Alice – Je suis arrivée l'année dernière, avec ma famille, lui dit-elle en reposant son verre. Les élèves sont plus tendus depuis la fin de la guerre, mais bon, assez sympas dans l'ensemble ! Certains sont juste très cons, mais ça, c'est partout.

Alice éclata de rire alors que Bella souriait, avalant une autre gorgée de jus d’orange. Même son rire participait à son charme, c’était dingue… A côté d’elle, l’adolescente avait l’impression de faire tache dans le décor, alors qu’elle était chez elle – que cette phrase était étrange. Comme si Alice n’avait rien à faire ici… Mais justement, cela devait l’aider à s’intégrer, non ? Elle était très sympa, à première vue. Sociable, ouverte, apparemment très positive… Bella n’aurait pas pu rêver mieux pour demander des conseils d’intégration !

Alice – Bon, je t'avoue qu'avec mes frères et ma sœur, on est à l'écart, au lycée. Pas vraiment intégrés, mais c'est de notre faute aussi, on a du mal à aller spontanément vers les autres. Puis certains sont jaloux, aussi. Mais toi, tu arriveras sûrement à te fondre dans la masse.

Bella – Jaloux ? De vous ?

Elle ne réalisa même pas que ses paroles auraient pu être vexantes, mal interprétées, tant la jalousie des autres lui semblait absurde, faisant de gros yeux à son interlocutrice. Enfin, être jaloux ! Si toute sa famille était comme elle, Bella ne comprenait vraiment pas comment on pouvait être jaloux. Alice était gentille et adorable, elle était la première à lui adresser la parole sans lui faire de reproche, la première avec laquelle elle avait une discussion normale depuis des jours. A Phoenix, sa mère n’avait pas arrêté de lui répéter mille fois de faire attention et de, surtout, rester sage, qu’elle faisait cela pour son bien, que Raven venait avec eux et qu’elle devait donc montrer le bon exemple. Bella n’avait absolument rien rétorqué, gardant tout pour elle, s’enfermant encore dans sa bulle. De toute manière, à quoi bon ? La décision était prise et Raven ne la suivait pas. Et puis, il y avait Charlie, il était son parrain, c’était à lui de veiller sur elle aussi.

Mais bon, ils étaient à Forks, maintenant. Il fallait que cette idée lui rentre enfin en tête, qu’elle le retienne. Bella le réalisera sûrement dans quelques jours, à force de voir le ciel désespérément gris et pluvieux… Le réveil allait être très dur. Alice ne faisait que retarder un peu l’échéance grâce à sa bonne humeur, même si la lycéenne ne comprenait pas comment elle faisait. Pire, elle n’avait même pas l’air choqué par la réaction des lycéens ! Elle eut un geste vague de la main en haussant les épaules, contribuant un peu plus à la choquer. Elle n’était même pas choquée, elle ? Mais ce n’était pas normal !

Alice – Il y en trois ou quatre qui sont agacés, on nous déjà dit qu'on "ne faisait pas parti du même monde", en gros, ils voudraient nous jeter d'ici, ajouta-t-elle avec un petit rire. Enfin, ce sont juste quelques idiots. Ils doivent nous prendre pour des délinquants, comme on a tous été adoptés.

Une délinquante… Alice n’avait rien d’une délinquante. C’était Bella qui s’était droguée et avait passé un moment à parler avec des psychologues et psychiatres, qui s’était enfuie de chez elle, qui ne parlait toujours pas et qui changeait de look ou coiffure assez régulièrement pour le simple plaisir de provoquer sa mère. Elle baissa la tête sur son verre, le faisant tourner entre ses mains. La fille qui était assise devant ce verre était une délinquante, c’est ce que dirait son père du moins. Mais pas la fille qui lui faisait face, avec son air joyeux et son rire cristallin. Ces lycéens ne devaient pas avoir vu les banlieues de certaines villes, Bella en était certaine. Sinon, ils ne réagiraient pas comme cela. Ils devraient être heureux, au contraire ! Pour une fois que des gens venaient à Forks… D’accord, la guerre avait rendu tout le monde méfiant, mais tout de même, faut pas abuser.

Bella – Tu n'as rien d'une délinquante... Ils sont idiots, ils ne doivent pas en avoir vu beaucoup. Moi, en tout cas, je ne suis pas du même avis qu'eux.

Bella avait redressé la tête à la fin de sa phrase pour lui sourire tandis qu’Alice lui souriait à son tour, comme touchée. Elle ne devait pas l’être, c’était normal. Enfin, pour elle, c’était normal. Elle n’avait pas l’habitude de parler comme cela aux gens, restant très renfermée en temps normal, mais Alice leur avait ramené Raven contrairement aux autres habitants des environs qui étaient passés sans la voir, et elle lui avait parlé. Normalement. Comme on ne l’avait plus fait depuis des jours.

Alice – Il y aura d'autres nouveaux, je pense, il y a plusieurs familles qui viennent de s'installer.

Alice lui sourit d’un air rassurant, ce qui fonctionna à moitié. Au moins, s’il y avait d’autres personnes qui déménageaient en même temps, Bella ne serait pas la seule nouvelle dans ce lycée perdu. Elle ne l’avait pas vu et comptait bien le découvrir le jour-même, pas besoin d’y penser avant la rentrée. Elle voulait profiter de vrais jours de vacances, même s’il ne restait que quelques heures, même une minute lui suffirait. Peu importe, mais au moins un peu de temps pour souffler, respirer, et ne plus entendre ces mêmes reproches incessants. Elle savait que Charlie n’allait rien lui dire, qu’il respecterait son silence, contrairement à Renée, et gagnait au moins au change grâce à ce déménagement. Bella allait répondre lorsqu’elle entendit le claquement de la porte d’entrée. Ah, son frère était revenu ? Il avait trouvé son travail, c’était bon, il allait pouvoir aider ? Ou alors il n’avait rien trouvé et avait juste cherché une excuse pour se défiler, ce qui était très probable. Elle s’apprêtait à lui poser la question lorsqu’il passa la tête dans la cuisine, lançant un regard bizarre à Alice.

Dylan – Qui c’est, elle ?

Bella – Elle, elle s'appelle Alice Cullen et elle a ramené Raven qui s'était perdue.

Bella lui lança un regard bien noir en se redressant un peu, ne cachant pas le moins du monde sa rancœur à l’égard de son frère. Il marmonna alors qu’il aurait été chercher Raven, comme d’habitude, et elle sentit ses joues s’empourprer légèrement, se retenant de riposter. Il n’avait pas le droit de dire cela devant des gens ! Surtout une habitante de Forks, gentille, qui venait de la ramener. Quelle image aurait-elle d’eux, à présent ? En plus, ce n’était pas Raven qui passait son temps à s’enfuir, c’était elle, alors merci la mauvaise langue, mais il pouvait se la garder. S’il n’avait pas trouvé de boulot, qu’il aille passer ses nerfs sur les cartons, il servira au moins à quelque chose. Mais non, il s’en alla… Bella se tourna vers Alice, cherchant les mots pour excuser son frère, devinant qu’elle devait être incroyablement mal à l’aise. Il était invivable… Et c’est lui qui travaillait ? Il n’avait pas plus de maturité qu’un enfant de deux ans.

Bella – Désolée... Ne fais pas attention à lui.

Alice – C'est rien, t'en fais pas. T'en fais pas pour le lycée, ça va sûrement très bien se passer ! Je te présenterai mon mari avant le début des cours, si tu veux.

Son mari ?! Bella la dévisagea à nouveau, complètement choquée, alors qu’Alice terminait son verre comme si elle n’avait rien dit de particulier. Elle était mariée ?! Mais elle devait avoir son âge, se marier à dix-sept ans n’était pas courant ! Loin de là, c’était même très mal vu ici, aux Etats-Unis. Peut-être pas ailleurs dans le monde, elle n’en savait rien et ses connaissances géographiques n’étaient pas terribles, mais de là à considérer le mariage comme normal à dix-sept ans… Quel pays pouvait bien tolérer cela ? Dans tous les cas, Bella voulait bien rencontrer un habitant, ils devaient être très ouverts.

Bella – Ton... Ton mari ? Tu es mariée au lycée ? Mais... D'où viens-tu ? Etre mariée ici, c'est mal vu. Je veux bien, hein ! Mais ça m'étonne...

Alice – Je ne sais pas d'où je viens, confia-t-elle avec un sourire. J'ai perdu une partie de ma mémoire. Mais il est très gentil, dès qu'on le connaît un peu, je t'assure ! Il s'appelle Jasper, je suis juste folle de lui ! Tiens, regarde.

Ah… Bourde faite, ça y est, Bella avait son quota en même pas une heure de discussion. Elle savait qu’elle devait être prudente, pourtant, mais à force de côtoyer certaines personnes à Phoenix, elle avait acquis certaines… manières de parler. Il fallait qu’elle se réhabitue d’urgence si elle ne voulait pas se faire détester ici. Quoi que… Si elle se faisait détester ici, peut-être son père l’enverrait-il à Phoenix en disant que ce n’était pas possible ? Mmh… Hypothèse à creuser, c’était une idée, ça !

Hum, bref, ne pas divaguer. Alice venait de sortir un genre de carnet, ou calepin, comme dans les vieux films où le père en portait toujours un sur soi avec les photos des personnes qu’il chérissait le plus au monde. Sur la photo que lui désignait Alice, Bella pouvait la voir habillée d’une longue robe blanche, souriante, posant devant un décor de rêve avec un autre homme plus grand qu’elle, cheveux courts, visage plutôt carré. Ou ovale. Ou un mélange entre les deux. En tout cas, il avait un air sérieux sans paraître déprimé pour autant. Il était heureux et devait avoir le même âge qu’Alice. Ou peut-être était-il un peu plus vieux… difficile à dire sur une photo. Alice, par contre, était magnifique… Bella ne put s’empêcher de regarder la photo et la vraie Alice, assise à côté d’elle, cherchant les différences, n’en croyant pas ses yeux. Elle était aussi belle sur ce cliché qu’en vrai et respirait la bonne humeur. La lycéenne eut un sourire attendri en les regardant puis reporta son regard sur leur invitée.

Bella – Vous êtes magnifiques...

Alice – Oh, merci ! C'est gentil de dire ça. J'y pense, tu veux pas venir à la maison aujourd'hui ?

Main… Maintenant ? Bella hésita un moment, lançant un regard vers le salon d’où elle entendait les voix de son père et de sa demi-sœur. Elle ne savait pas s’il serait d’accord, ils venaient d’arriver… Et puis, il y avait le déménagement. Il n’était pas terminé, il fallait encore déballer les cartons et… Oh puis zut ! Dylan était revenu, non ? Il pouvait très bien s’occuper de cela, lui aussi. Elle voulait sortir, prendre l’air, ne pas rester enfermée ici alors qu’elle avait l’occasion de rencontrer des gens du coin. Sa mère voulait qu’elle s’intègre et reprenne une vie normale, non ? Eh bien voilà, c’est ce qu’elle faisait. Elle allait lui répondre lorsqu’un détail lui revint en mémoire. Alice avait dit vivre dans une famille nombreuse. Bella ne risquait pas de déranger en venant à l’improviste comme cela ? Elle ne voulait pas s’imposer !

Bella – Je veux bien, j'ai besoin de sortir. Mais ça ne dérangera pas ta famille ?

Alice lui assura que non, se levant puis sortant de la maison alors que Bella attrapa ses clefs laissées sur un meuble dans l’entrée et sa veste en jean. Elle suivit ensuite sa sauveuse de l’ennui jusqu’à sa voiture… Sa… C’était ça, sa voiture ?! D’un coup, l’adolescente fut nettement moins pressée de découvrir où elle vivait. Et elle avait mis un veste en jean, un jean délavé et un t-shirt noir… Bon, soit, ce n’était pas si grave. Après tout, peut-être qu’Alice avait longtemps épargné pour s’acheter cette voiture, c’était possible aussi. A Phoenix, ce genre de voiture était plus courante, donc la marque ne l’étonnait pas en soi, mais à Forks

Bella tâcha de dissimuler son étonnement, ayant presque peur de monter dans la voiture, mais ouvrit tout de même la portière comme si rien ne l’avait choquée. Elle grimpa et mit sa ceinture alors qu’Alice diminuait le son de la radio et démarrait… vite. BEAUCOUP trop vite ! Elle hurla son prénom en se cramponnant à son siège, terrorisée, fermant les yeux à chaque virage, le cœur au bord des lèvres, la nausée la prenant un peu plus à chaque seconde. Surtout qu’elle ne ralentissait pas ! Pas le moins du monde. Cette. Voiture. Allait. Trop. Vite. Bella se tint à la poignée durant tout le trajet, se sentant de plus en plus mal, hurlant à chaque fois qu’Alice tournait un petit peu. Elle ne réalisa qu’à la fin, lorsque sa conductrice coupa le moteur, qu’elles étaient arrivées, voiture arrêtée dans un garage qui contenait d’autres voitures toutes aussi luxueuses que celle d’Alice. Jetant un œil à sa montre, ayant l’impression d’avoir passé des heures assise, Bella constata que seulement dix minutes s’étaient écoulées… Et sa guide, elle, ne semblait pas plus perturbée que cela. Elle réalisait à quelle vitesse elle avait roulé, au juste ?! Un accident aurait pu leur arriver à tout instant avec ça ! Elle était folle… Complètement folle ! Bella voulut se reprendre, ayant l’impression qu’elle allait vomir d’une seconde à l’autre, mais n’en eut pas l’occasion, Alice l’emmenant vers la maison, sortant du garage.

Alice – Salut ! Je te présente Bella Swan. Voilà mon père d'adoption, Carlisle, il est médecin.

Elle eut à peine le temps de saluer Carlisle qu’elle se fit tirer par le bras dans les escaliers, suivant tant bien que mal. Plus mal que bien, d’ailleurs. Le sol n’était pas droit et Alice allait beaucoup trop vite pour elle. Juste deux minutes ! Deux petites minutes pour respirer et se reprendre, c’était trop ? Elle n’avait pas l’habitude de rouler aussi vite, elle ! Et comment avait-elle fait pour ne pas se choper de PV en roulant aussi vite, en plus ? Son père était policier et celui d’Alice médecin, elles étaient toutes les deux bien placées pour connaître le couplet « rouler vite = dangereux ». Ou alors Carlisle n’était-il pas au courant ? Sa fille était dangereuse ! Quand elle repensait à la vitesse… Non, stop, ne pas y penser, reeeespirer. Et il fallait rentrer chez elle… Bon, dix minutes, au pire, elle pouvait marcher aussi. C’était pas très loin, si ? Il lui faudrait peut-être quelques heures, mais c’était mieux que de revenir dans un cercueil roulant. Ou volant, plutôt, vu la vitesse…

Bella salua vaguement une autre fille, plutôt belle, occupée à lire elle ne savait quoi avant de se faire à nouveau embarquer vers une autre pièce. Mais doucemeeeent ! Cette maison contenait combien de pièces exactement ? Si tous les membres de sa famille étaient dans une pièce différente, Bella n’allait pas tenir. Il lui fallait une pause ! Une toute petite pause, juste quelques micro-minutes, ça lui suffirait. Cependant, elle lui fit visiter d’autres pièces, encore et encore, alors que la lycéenne ne retenait pas la moitié de ce qu’elle voyait. Elle arrivait à se reprendre, petit à petit, relativisant en se disant qu’elle était sur ses pieds et non pas dans la voiture, sentant son cœur reprendre un rythme normal. Bon, c’était sans doute l’effet de son imagination et de la peur, mais il lui fallait du temps pour se reprendre, c’était tout. Et enfin, Alice sembla ralentir en face d’un autre de ses frères, sans doute, puisque ce n’était pas Jasper. Un garçon brun occupé à jouer du piano, qu’elle ne rejoignit que lorsqu’il eut terminé. Cela fit un bien fou à Bella qui put enfin respirer, se calmer, écoutant la mélodie. Il jouait plutôt bien. Très bien, même. Sa guide du moment se montra avec elle, son frère saluant Bella avec un sourire, hochant la tête, ce qui lui donna un air très… ancien, respectueux, calme.

Alice – Jaz est sorti ?

Frère d’Alice – Oui, toute à l'heure.

Alice fit alors les présentations et Bella apprit que son frère s’appelait Edward et qu’il était au lycée, lui aussi, dans la même année qu’elle. Ce qui accentua encore plus son côté bizarre. Il semblait différent, beaucoup plus posé que les garçons de son âge. Personne ne saluait en hochant la tête avec autant de respect… Mais soit, elle ne devait pas cataloguer, d’accord. Ils avaient l’air d’être une famille très riche, donc l’éducation devait suivre. Vu les voitures qui étaient dans le garage et la maison dans laquelle ils vivaient… Pourquoi venir se perdre à Forks, franchement ? Ils pourraient vivre au soleil à Miami ou dans une quelconque ville bien plus belle ! Mais Forks… Il n’y avait pas plus triste. Alice tourna alors la tête vers elle tandis que son frère la regardait toujours sans que Bella ne comprenne pourquoi.

Alice – Jasper ne va sûrement pas tarder ! On a encore un autre frère, Emmett. C'est le mari de Rose, que tu as vue toute à l'heure. Et toi, t'as un petit copain ? Et ton frère ?

Bella – Heu…, dit-elle en détournant son regard d’Edward, gênée.

Elle ne pouvait pas dire qu’elle n’était jamais restée plus de deux mois avec quelqu’un, que ça n’allait jamais très loin. Ils étaient tous mariés et avaient tous son âge ! Bella se sentit incroyablement jeune, d’un seul coup, presque gamine à côté d’eux. Ils étaient tous posés, avec quelqu’un, sans doute des perspectives d’avenir. Alors qu’elle restait coincée avec ses parents, sa mère venant de l’envoyer à Forks parce qu’elle ne s’en sortait plus. Elle se mordit les lèvres en regardant Alice, cherchant ses mots. Au pire, elle pouvait passer sur les détails et se contenter d’un « non », c’était très bien aussi. Quant à son frère… Elle le voyait souvent revenir avec des filles différentes, à chaque fois. A croire que les longues relations n’étaient pas monnaie courante, dans la famille.

Bella – Je n’ai pas encore trouvé quelqu’un avec qui ça pouvait aller… vraiment. Et Dylan, lui, revient toujours avec une fille différente. Ou en tout cas, je ne l’ai jamais vu avec la même fille, il a l’air assez… volage. On doit sans doute avoir des problèmes de ce côté-là dans la famille.

Voilà, c’était dit. Bonjour la réputation de « famille pas sérieuse », même si Bella l’avait fait exprès pour son frère. Après tout, rien ne l’empêchait de dire la vérité pour lui ! Il avait peut-être terminé ses études, mais il ne se posait toujours pas, séduisant les filles les unes après les autres en allant jusqu’au bout avant de les jeter comme de vieilles chaussettes. Du moins, c’est comme cela qu’elle le voyait et sa vision était loin de changer. Ils étaient tous les deux catalogués, de toute manière…

Alice – Il fait quoi dans la vie, ton frère, au fait ?

Bella – Il est enquêteur. Enfin, il veut être enquêteur mais n’a pas encore trouvé de boulot je pense. Sinon, il ne t’aurait pas répondu comme il l’a fait en arrivant… Il suit les traces de Charlie, puis c’est lui qui me… nous retrouvait à chaque fois, Raven et moi. Il me répète que je ne suis pas assez discrète et que je laisse des traces énormes derrière moi à chaque fois... Enfin, laissais, je veux dire.

Bella se tut, sentant toujours un regard posé sur elle. Elle ignorait ce qui clochait chez elle, mais le frère d’Alice ne l’avait pas quittée des yeux depuis les présentations. Elle avait quelque chose qui clochait ? Mal à l’aise, elle lança un regard discret à Edward qui les fixait toujours, surtout elle. Regardant ses vêtements en essayant de rester discrète, portant une main à son visage l’air de rien, Bella tourna la tête vers Alice, se cachant un petit peu pour rester « naturelle ». Si c’était possible, du moins…

Bella – Est-ce que j’ai quelque chose qui cloche ? murmura-t-elle. Ton frère n’arrête pas de me regarder, mais je ne sais pas pourquoi… Dis-le, n’aie pas peur de me vexer ! Si je me suis présentée comme ça devant ta famille, en plus…

Alice – Il te trouve mignonne, je crois, souris !

Alice avait parlé sur le même ton, et heureusement ! Si Edward avait entendu cela… Mais non, elle se trompait. Bella était habillée n’importe comment et n’était pas présentable, jamais elle n’avait intéressé de garçon comme lui. Elle devint toute rouge en entendant ses paroles, le camouflant par un raclement de gorge exagéré, de plus en plus mal à l’aise. Elle s’efforçait de réagir naturellement, comme si Alice disait des bêtises. Et puis non, elle ne devait pas se forcer, elle disait n’importe quoi ! Mignonne… Alice était mignonne, pas Bella. Pas avec ses cernes et son teint pâle, même pas harmonieux, alors qu’elle venait de Phoenix.

Bella – Tu dis n’importe quoi, je n’ai rien de « mignon », je sors de plusieurs heures de vol et je ne suis même pas bronzée alors que je viens de Phoenix. Et puis, ce n’est pas le genre de garçons qui s’intéresse à moi, crois-moi. Et regarde-moi ! dit-elle en montrant sa tenue. Je suis habillée n’importe comment, à côté de toi… Désolée, mais tu te trompes. Changeons plutôt de sujet, tu ne voulais pas me faire visiter ? On peut même aller dehors en attendant Jasper, prendre l’air, c’est bien aussi.

Oui, elles avaient déjà visité, et alors ? Sortir, c’était très bien. Cette pièce était surchauffée et Bella se défendait très mal, parlant très vite et sa voix virant dans les aigus. C’était stupide, mais le regard d’Edward la perturbait comme aucun autre regard ne l’avait fait jusqu’ici. Quelque chose était bizarre, même si elle ignorait ce que c’était précisément.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Cullen
Lycéen(ne)
avatar

Activité : Présent
Statut : Membre
Messages : 58

Âge Rpg : 22 ans / 103 ans
Statut marital : Mariée
Particularité : Don de voyance

MessageSujet: Re: Nouveau déménagement   Dim 19 Juil - 22:24

– Heu…, dit-elle en détournant son regard d’Edward, gênée.

Ouh, ouh, ouh, Edward la regardait bizarrement ! Elle eut un très grand et très large sourire malicieux puis se concentra aussitôt sur l'avenir de Bella, profitant de son manque actuel d'attention... Alors, voyons, Isabella Swan, l'avenir. Elle dû se concentrer, ne voyant d'abord rien du tout, puis des flash lui arrivèrent, dont certains où Edward apparaissait bel et bien. Ah ah ! Il flashait sur elle ! Elle se concentra un peu plus, en sautillant presque sur-place, scrutant tout ce qu'elle pouvait. Hum, ça fera tellement de bien à Edward, il était si coincé ! Et encore vierge, en plus, après un siècle d'existence, c'était impardonnable. Bella allait devoir le dévergonder ! Elle était vierge, elle ? Dommage qu'Alice ne puisse pas voir le passé. Enfin, si elle avait déjà eu des petits copains, peu de chance qu'elle soit encore. Dooonc, Alice allait s'arranger pour habiller Bella dans des tenues super sexy et affriolantes pour faire baver son nouveau frère. Ron, elle imaginait déjà comment s'y prendre, toute excitée à l'idée d'habiller sa nouvelle amie, telle une poupée géante.

– Je n’ai pas encore trouvé quelqu’un avec qui ça pouvait aller… vraiment. Et Dylan, lui, revient toujours avec une fille différente. Ou en tout cas, je ne l’ai jamais vu avec la même fille, il a l’air assez… volage. On doit sans doute avoir des problèmes de ce côté-là dans la famille.

Bah, ça allait changer ! Déjà, il faudra changer un peu son style, elle s'habillait n'importe comment ! Un peu plus de décolleté, pour commencer ! Un maquillage plus léger, qui la mettra en valeur, un peu de talons, des culottes en coton de toutes les couleurs ! Elle croisa tout à coup le regard d'Edward qui semblait atterré. Oh, ça va hein, elle faisait ça pour lui ! Mais bon, d'accord, y revenir plus tard, sinon ils allaient paraître bizarre, à se lancer des regards comme ça. Revenons à des sujets plus sérieux ! Par exemple, le traquer, il faisait quoi, lui, à part séduire les filles ? Elle l'imaginait détective privé ou un truc du genre, les métiers que font tous les humains qui ont un goût pour ce genre "d'activité".

– Il fait quoi dans la vie, ton frère, au fait ?

– Il est enquêteur. Enfin, il veut être enquêteur mais n’a pas encore trouvé de boulot je pense. Sinon, il ne t’aurait pas répondu comme il l’a fait en arrivant… Il suit les traces de Charlie, puis c’est lui qui me… nous retrouvait à chaque fois, Raven et moi. Il me répète que je ne suis pas assez discrète et que je laisse des traces énormes derrière moi à chaque fois... Enfin, laissais, je veux dire.

Hum, même en faisant des efforts, tout le monde laissait de toute manière des traces bien visibles pour ces monstres sur deux jambes ! Elle fit un gros effort pour retenir un air dégoûté et effrayé. Enfin, bref, peu importe, ne paaas s'en soucier ! Elle revint presque aussitôt à ce qui la préoccupait, trouver la tenue qui ira le mieux à Bella. Voyant le regard de son frère, elle s'amusa alors à imaginer son amie toute nue et envoyer l'image bien fort à Edward. Il eut un petit sursaut et elle entendit même un grognement, trop faible cependant pour Bella. Roonn, il y avait vraiment des jours où elle adorait le don de son frère ! Elle en rajouta une couche bien épaisse, débordante d'imagination, incluant Edward dans ces scènes mentales. Comme quoi, on pouvait s'amuser tous les jours, pas de bol, être télépathe pouvait être une plaie. Elle ricanait intérieurement lorsque Bella se pencha tout à coup vers elle, croyant sans doute être discrète.

– Est-ce que j’ai quelque chose qui cloche ? murmura-t-elle. Ton frère n’arrête pas de me regarder, mais je ne sais pas pourquoi… Dis-le, n’aie pas peur de me vexer ! Si je me suis présentée comme ça devant ta famille, en plus…

Il allait la regarder bien plus maintenant, elle en était certaine. Alice se prit au jeu, se penchant à son tour, alors qu'Edward levait les yeux au ciel d'un air exaspéré, tournant les pages des partitions, pour le piano.

– Il te trouve mignonne, je crois, souris !

La jeune humaine devant tout de rouge, aussi gêné qu'Edward il y a tout juste deux minutes. Un étage au-dessous, Alice entendit le rire étouffé d'Emmett, qui devait sûrement beaucoup se marrer en écoutant la conversation. Elle sourit à son tour, son rire étant communicatif.

– Tu dis n’importe quoi, je n’ai rien de « mignon », je sors de plusieurs heures de vol et je ne suis même pas bronzée alors que je viens de Phoenix. Et puis, ce n’est pas le genre de garçons qui s’intéresse à moi, crois-moi. Et regarde-moi ! dit-elle en montrant sa tenue. Je suis habillée n’importe comment, à côté de toi… Désolée, mais tu te trompes. Changeons plutôt de sujet, tu ne voulais pas me faire visiter ? On peut même aller dehors en attendant Jasper, prendre l’air, c’est bien aussi.

– Il y a un autre de mes frères que tu n'as pas vu !

Elle lui prit la main et l'entraîna aussitôt avec elle sautillant. Emmett était dans le salon juste en-dessous, devant la télé, il riait encore lorsqu'elles entrèrent. Il se leva en les voyant, bouger son imposant mètre quatre vingt-dix vers elle. Il salua Bella avec emphase, lui lançant un clin d'œil, puis retourna à son film. Alice ramena ensuite Bella avec elle, jusqu'à sa chambre, puis la traîna jusqu'à son dressing, grand immense, aussi bien rempli que les réserves d'un magasin. Elle tira Bella jusqu'à un grand miroir à quatre faces, posé sur ses pieds sur un épais tapis, au centre de la pièce. Il y avait même une cabine d’essayage très large avec un siège, juste à côté. Elle se tourna ensuite devant Bella, joignant les deux mains devant elle à hauteur de sa poitrine, avec le regard luisant d'innocent et sa moue spéciale "fais ce que je te demande, je t'en supplie", celle qu'elle utilisait pour faire craquer Jasper et le convaincre de l'accompagner dans les magasins de vêtements.

– Tu veux bien que je te relooke ? S'il te plaît, s'il te plaît, s'il te plaît ! Pour trouver ce qui te va le mieux ! Tu veux bien, dis ? Tu me feras super plaisir, j'adore faire ça ! S'il te plaît ! Ce sera ton cadeau de bienvenue à Forks ! Je peux, dis ? Tu veux bien ?

Elle lui sourit, usant de tous ses charmes vampiriques pour l'attendrir, comme un ange descendu sur terre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isabella M. Swan
Lycéen(ne)
avatar

Activité : Présent
Statut : Administrateur/trice
Messages : 151

Âge Rpg : 17 ans
Statut marital : En couple
Particularité : Embryon de bouclier

MessageSujet: Re: Nouveau déménagement   Mar 21 Juil - 11:54

[Demande si tu as besoin de réacs, je pouvais pas aller plus loin sans moi ^^']


Alice – Il y a un autre de mes frères que tu n'as pas vu !

Bella n’eut même pas le temps de réagir qu’Alice l’entraîna à nouveau avec elle, dévalant les escaliers à une vitesse bien trop rapide pour elle. Doucemeeeent ! Elle n’était pas aussi agile, elle, que du contraire ! Alice connaissait la maison, elle s’y déplaçait depuis longtemps et avait donc eu le loisir de s’y adapter. Bella, elle, avait besoin de plusieurs années avant de s’habituer aux lieux. Et encore, elle parvenait à se cogner partout à Phoenix après des années, alors ici… Cette maison était immense, tout était incroyablement propre, les meubles ou bibelots avaient l’air précieux et très cher. En tout cas, c’était son impression. Chez Renée, c’était plutôt du genre rustique, même si elle aimait l’art. Avec trois enfants, elle évitait d’avoir des décorations fragiles en dehors de tableaux qu’on ne peut pas atteindre avec la taille de Raven. Quant à Charlie… Eh bien, il ne restait pas souvent chez lui, donc la décoration n’était pas son fort.

Elles arrivèrent dans ce qui semblait être le salon avec un… Wow. C’était lui son frère ?! Bella avait presque l’impression que son rire pourrait la secouer tant il était grand ! Surtout à côté d’Alice… Heureusement qu’elle lui avait dit qu’ils avaient été adoptés, sinon jamais elle n’aurait cru que ce type était son frère. Enfin, ils étaient si différents ! Edward, lui, était normal. Déroutant, mais normal. Alors que lui était… Heu… Elle ne trouvait même pas de mot pour le qualifier. Ce n’était même pas qu’il était gros, au contraire, il semblait assez musclé. Mais sa taille ! Alice lui dit qu’il s’appelait Emmett et Bella, intimidée par sa taille, allait se contenter d’un bonjour de loin lorsqu’il la salua comme s’il était incroyablement heureux de la voir ici, et lui fit un clin d’œil. Heu… ? Bon, aucun doute, cette famille était très chaleureuse. Bizarre, mais chaleureuse. Ils étaient comme ça avec tous les nouveaux et ils étaient, pourtant, mal intégrés ? On ne pouvait pas leur reprocher leur style, ils avaient tout pour plaire en plus d’être gentils ! Alors, qu’est-ce qui clochait ?

Une fois encore, Alice l’emmena sans que Bella ne puisse dire quoi que ce soit vers les étages, montant elle ne savait combien de marches. Elle était bien trop concentrée sur l’endroit où elle posait les pieds pour se repérer, cette fille était gentille, mais un tantinet trop rapide pour elle ! Elle avait oublié que la fille qu’elle trimballait dans toute sa maison venait de faire plusieurs heures de voyage ? Et un déménagement ? Et de quitter le soleil pour la pluie ? Oui ? Non ? Enfin, Alice la relâcha devant des portes immenses et Bella ne put s’empêcher de craindre ce qui allait lui tomber dessus. Mais lorsque sa guide ouvrit les portes, l’adolescente découvrit, avec stupeur, un énorme dressing. Avec des vêtements de toutes sortes, de toutes tailles, de tous les styles… Elle avait dévalisé tous les magasins du pays, ou quoi ? Bella fit de gros yeux, bouche entrouverte, tant elle était choquée, et fut incapable de bouger.

Si elle avait montré cela aux habitants de Forks, voilà pourquoi ils n’étaient pas intégrés. Et elle était venue avec ses vêtements de déménagement… Elle replia ses bras sur elle, les croisant comme pour cacher ce qu’elle-même portait, mal à l’aise. Alice se tourna alors vers Bella en joignant ses mains devant elle, comme si elle allait prier avec un regard à fendre le cœur. La lycéenne fronça les sourcils, reculant d’un pas en sentant le gros coup foireux arriver. Pourquoi elle la regardait comme cela ? Qu’est-ce qu’elle avait dit ? Ou fait ?

Alice – Tu veux bien que je te relooke ? S'il te plaît, s'il te plaît, s'il te plaît ! Pour trouver ce qui te va le mieux ! Tu veux bien, dis ? Tu me feras super plaisir, j'adore faire ça ! S'il te plaît ! Ce sera ton cadeau de bienvenue à Forks ! Je peux, dis ? Tu veux bien ?

… Quoi ?! Non mais… Mais non ! Bella la dévisagea pendant un moment, s’apprêtant à riposter. Il était hors de question qu’elle la relooke ! Elle était très bien comme ça ! Et puis, en plus, elle n’avait pas le budget pour se payer ne serait-ce qu’un pantalon qui se trouvait dans ce dressing, même le plus basique. Alors non, non, non. Et puis, on n’allait pas chez des gens en revenant complètement relookés alors qu’elles ne se connaissaient que depuis une heure ou deux !

Bella – Heu… Si tu veux.

Hein ? Bella ne réalisa que trop tard ce qu’elle avait dit, portant les deux mains à sa bouche pour s’empêcher de parler. Elle ne pouvait pas être relookée, c’était impossible ! Et puis son style lui allait très bien, en plus. D’accord, pas aujourd’hui, mais c’était fait exprès. Et elle n’avait pas du tout envie de passer trois jours dans des magasins pour tout racheter, ses vêtements lui allaient encore et elle n’avait pas l’argent. Mais d’un autre côté… Qu’est-ce qui l’empêchait d’accepter sans spécialement tenir compte des changements tout de suite ? C’était possible, ça aussi. Seulement, avant que Bella n’ait le temps d’ajouter quoi que ce soit, elle se retrouva, sans savoir comment, dans une cabine d’essayage hyper large comme dans les magasins. Bon… D’accord, se déshabiller. L’adolescente ôta sa veste en jean puis son t-shirt noir trop large et se souvint d’un petit détail, passant la tête par le rideau de la cabine alors qu’elle était toujours en soutien-gorge.

Bella – Alice, pas de robe ni de couleurs trop voyantes, hein ! Je te rappelle que je suis nouvelle, je ne tiens pas à me faire remarquer par les autres élèves !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Cullen
Lycéen(ne)
avatar

Activité : Présent
Statut : Membre
Messages : 58

Âge Rpg : 22 ans / 103 ans
Statut marital : Mariée
Particularité : Don de voyance

MessageSujet: Re: Nouveau déménagement   Ven 24 Juil - 12:24

Allez, allez, allez, allez, allez, allez, accepte ! Alice lui faisait voir sa plus splendide moue de chien battue, sautillant presque sur-place dans la hâte de la débarrasser de ces affreux vêtements tous moches qui ne lui allaient pas du tout pour lui faire enfiler des trucs plus sexy. Acceeeepte ! Elle avait les mains jointes devant elle, suppliante, les yeux remplis de toutes les étoiles de l'univers, ne pouvant résister à son envie compulsive d'habiller correctement toutes les personnes qui lui tombaient sur les mains, pouvant passant des heures à relooker Rosalie ou harceler Carlisle avant qu'il ne parte au travail pour lui faire enfiler une chemise d'une autre couleur. Et là, Bella avait commis une faute de goût des plus impardonnables ! Il fallait absolument qu'elle enfile des fringues qui lui iraient mieux ! C'est dans ces moments que Alice rêvait d'avoir un pouvoir de persuasion vampirique plus important.

– Heu… Si tu veux.

Ouiii, victoire ! Alice ouvrit aussitôt le rideau de la cabine d'essayage en poussant littéralement sa nouvelle amie à l'intérieur, toute excitée et frétillante. Elle referma le rideau en lui lançant d'enlever ses fringues avant de commencer aussitôt sa quête dans le dressing pour dénicher les tenues les plus adaptées. Un dressing somme toute assez... Grand. Très grand. Carlisle envisageait souvent de construire un autre étage juste pour lui, Alice le voyait dans ses visions, mais il n'était pas encore passé à l'acte. Les murs étaient tous percés de centaines de cases de rangement, les vêtements classés par taille, couleur, style, époque, il y en avait pour tous les goûts ! Alice rangeait aussi tous les vêtements qu'elle concevait elle-même, elle avait des kilomètres de papier à dessin où elle réalisait ses croquis, de quoi fournir du stock à une bonne centaine de magasins pour l'année à venir. Elle fureta son nez un peu partout pour renifler les vêtements et ainsi savoir leur texture. Voyons voir, coton, soie, quel tissu serait le mieux ?

– Alice, pas de robe ni de couleurs trop voyantes, hein ! Je te rappelle que je suis nouvelle, je ne tiens pas à me faire remarquer par les autres élèves !

– Oui, oui ! Tu veux un soutien-gorge en coton ou en soie ?

Elle ouvrit un placard où était accrochée une kyrielle de sous-vêtements de tailles, textures et couleurs différentes. Elle fit défiler les cintres en chantonnant, son regard avisé détaillant les nuances de couleur pour chacun. Celui tout noir avec un léger liséré rouge était très beau ! A moins que Bella en préfère celui avec une petite chaîne sur le devant, avec un petit pendentif ? Oh, il y avait aussi celui-là, d'un dégradé bleu léger avec une touche de blanc !

– Soutien-g... Alice, je n'en ai pas besoin ! Peu importe, en plus, personne ne les voit !

– Bien sûr que si, t'en as besoin ! répliqua-t-elle en fronçant les sourcils, se retournant vers elle. Quand j'habille quelqu'un, je le fais bien ! Ne me fais pas de peine, s'il te plaît.

Elle prit la culotte assortie au soutien-gorge, lui épargnant le string pour cette fois-là seulement. Elle entendit bien sûr très clairement Bella marmonner "De la peine pour un soutien-gorge...", ce qui lui arracha un très grand sourire. Hé oui, personne sur cette terre n'avait le droit de remettre en cause son professionnalisme lorsqu'elle aidait une personne à bien s'habiller ! Et d'ailleurs, personne non plus n'avait le droit de l'ouvrir lorsqu'elle était au travail, elle avait un goût pour ça, étant une très grande fan de la mode et ayant surtout l'œil pour ajuster ensemble les couleurs.

– Choisis, alors, je veux juste être à l'aise dedans.

Alice se retint à très grande-peine de lui tirer la langue comme une gamine de cinq ans puis lui apporta les sous-vêtements, celui au dégradé bleu, avec des attaches fines qui ne gênaient pas tout. Elle lui donna ensuite un haut dégradé lui aussi, un peu plus sombre, avec un col plus foncé et des motifs qui l'entouraient avec légèreté, accentuant la poitrine avec douceur. Elle lui fila ensuite un jean noir moulant taille basse, avec des chaussettes fines et une paire de bottines foncées. La tirant ensuite hors de la cabine, elle la fit se planter devant les miroirs, l'incitant à se regarder sous tous les angles.

– Déjà mieux, non ? Le bleu te va très bien ! Tiens, assis-toi !

Elle ne cachait pas le moins du monde son enthousiasme, la faisant asseoir devant la coiffeuse puis la démaquilla vite fait avant de refaire tout son maquillage avec soin, d'un air très concentré. Il lui fallait quelque chose de plus léger mais qui mettait mieux ses yeux en valeur ! Pendant qu'elle était occupé à passer du crayon noir, Emmett frappa tout à coup à la porte, entrant une seconde.

– Les parents me chargent de te dire de ne pas trop torturer tes amies ! lança-t-il en riant.

– Je la torture pas, se plaignit-elle en faisant la moue, je la maquille !

Il rit encore plus fort puis repartit. Alice reprit son œuvre, terminant ce qu'elle faisait avant de dire à Bella de se regarder.

– Qu'est-ce t'en dis ? Ça te plaît ? Tu préfères un autre style ? Je peux essayer autre chose, si tu veux ! Qu'est-ce tu voudrais porter, à la rentrée ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isabella M. Swan
Lycéen(ne)
avatar

Activité : Présent
Statut : Administrateur/trice
Messages : 151

Âge Rpg : 17 ans
Statut marital : En couple
Particularité : Embryon de bouclier

MessageSujet: Re: Nouveau déménagement   Mer 29 Juil - 12:01

Alice – Oui, oui ! Tu veux un soutien-gorge en coton ou en soie ?

… Pardon ? Un soutien-gorge ? Mais on s’en fichait, du soutien-gorge, personne ne le verrait ! Elle n’allait jamais aussi loin avec ses copains, jusqu’ici, restant tout de même sérieuse. Son seul but était de faire enrager sa mère, pas de faire des choses qu’elle regretterait elle-même plus tard. Alors, personne ne les verrait, quelle importance ? Bella arrêta tout mouvement, toujours en sous-vêtements dans la cabine d’essayage – cette fille avait une cabine d’essayage chez elle… - et passa la tête par le rideau avec un air choqué.

Bella – Soutien-g... Alice, je n'en ai pas besoin ! Peu importe, en plus, personne ne les voit !

Alice – Bien sûr que si, t'en as besoin ! répliqua-t-elle en fronçant les sourcils, se retournant vers elle. Quand j'habille quelqu'un, je le fais bien ! Ne me fais pas de peine, s'il te plaît.

Bella leva les yeux au ciel, rentrant sa tête dans la cabine en s’appuyant contre la paroi de celle-ci. Elle passa une main sur son visage en marmonnant « De la peine pour un soutien-gorge... » avant de pousser un soupir. Dans quoi s’était-elle engagée… ? Elle n’avait même pas réalisé ce qu’elle disait ! Comment pouvait-elle avoir accepté de se faire relooker ?! Elle ne comprenait pas ce qui s’était passé entre « je m’appelle Alice Cullen » et « tu veux bien que je te relooke ? » mais Bella se jurait de l’élucider. Se faire relooker… Comment pouvait-elle refuser, en plus, pour le soutien-gorge ? Quitte à devoir subir le relooking, autant jouer le jeu jusqu’au bout pour terminer ça assez vite.

Bella – Choisis, alors, je veux juste être à l'aise dedans.

Bella attrapa ce qu’Alice lui donnait sans vraiment regarder, touchant surtout la matière en confirmant sa première pensée : jamais elle ne pourrait se payer des trucs comme cela. Si sa nouvelle amie, ou traitresse selon les moments, voulait vraiment la relooker, ok, mais ce serait uniquement pour aujourd’hui et pas définitif. Bella comptait travailler, bien sûr, elle allait chercher un petit boulot dès le lendemain, mais tout son salaire ne serait certainement pas dépensé dans des vêtements ! Chacun ses priorités, après, mais ce n’était clairement pas les siennes. Elle poussa un autre soupir en enfilant les vêtements et les bottines mais n’eut même pas le temps de se regarder comme cela qu’Alice la tira hors de la cabine pour la coller devant plusieurs miroirs, lui permettant de se regarder sous tous les angles.

Alice – Déjà mieux, non ? Le bleu te va très bien ! Tiens, assis-toi !

Oui, bon, d’accord, cette couleur lui allait très bien, les vêtements aussi, le modèle, tout… C’était très beau, mais pour trouver ce genre de vêtements à prix abordables, il fallait y aller. Bella hocha la tête avec un petit sourire, néanmoins, entraînée par l’enthousiasme d’Alice qui la poussa à s’asseoir devant une coiffeuse. Aussitôt, elle la démaquilla, ôtant le maquillage de ses yeux, lèvres, et même les joues. Elle prit ensuite un air concentré en commençant à la remaquiller, piochant dans les « récipients » juste à côté d’elle sans même regarder, imperturbable. Bella, elle, n’osait même pas bouger, écoutant seulement sa maquilleuse du moment lorsqu’elle lui disait de fermer les yeux, les ouvrir, ou autre. Quelqu’un frappa ensuite à la porte et la jeune lycéenne reconnut le géant. Zut, il s’appelait comment déjà ? Heu… Un nom bizarre… Let ? Mimet ? Non, pas ça.

Géant – Les parents me chargent de te dire de ne pas trop torturer tes amies ! lança-t-il en riant.

Alice – Je la torture pas, se plaignit-elle en faisant la moue, je la maquille !

Heu, pour le coup, Bella n’était pas vraiment convaincue. Elle lança un regard au géant, l’écoutant rire alors qu’il ressortait de la chambre, la laissant seule avec sa tortionnaire. Mais comment s’appelait-il ?! Ne devant toujours pas bouger, elle continua à chercher un bon moment avant de retomber sur son nom. Emmett ! Oui, en effet, nom étrange, mais elle allait le retenir, promis. Ce n’est qu’à ce moment-là qu’Alice la libéra, interrompant le cours de ses pensées en lui disant de se regarder. C’était un maquillage très léger et pas provocant, qui faisait ressortir la couleur de ses yeux sans en ajouter des couches. Bon, là aussi, ça lui allait bien, mais Bella n’avait jamais cherché à paraître « belle », même si c’était stupide.

Alice – Qu'est-ce t'en dis ? Ça te plaît ? Tu préfères un autre style ? Je peux essayer autre chose, si tu veux ! Qu'est-ce tu voudrais porter, à la rentrée ?

Bella – … La rentrée ? Mais je ne sais pas, moi, je n’y ai pas réfléchi, je comptais improviser ma tenue le jour-même, comme je le fais à chaque fois.

A peine la lycéenne eut-elle prononcé cette phrase qu’elle eut l’impression d’avoir dit une énorme connerie en voyant la tête d’Alice. Mais c’était normal ! Elle était encore la tête dans le déménagement, ne réalisant à peine qu’elle était revenue dans cette bourgade pluvieuse en abandonnant le soleil de Phoenix et ses amis. En plus, elle ne prévoyait pas ses tenues trois jours à l’avance, elle, peut-être la veille à la limite. Ici, admettons, elle pouvait faire un effort comme il s’agissait d’une nouvelle école, mais elle ne cherchait pas à se faire des amis, elle voulait juste terminer ses études, avoir la majorité, et voilà. Elle avait encore le temps, elle n’allait fêter que ses dix-sept ans dans quelques jours, mais bon…

Bella – Je n’ai rien dit ! dit-elle précipitamment. Je ne prévoie pas toutes mes tenues comme ça, je n’y ai juste pas pensé et heu… Je… Bon, d’accord, je regarderai la veille, mais je ne peux pas prévoir ça plusieurs jours à l’avance. On n’est que fin août, Alice ! Ce ne sont que…

Bella s’interrompit, s’arrêtant avant de terminer sa phrase. Elle allait dire une énorme connerie, mieux valait ne pas en rajouter, surtout qu’elle était toujours entre les mains d’Alice. En plus, il fallait bien qu’elle rentre chez elle, après, même si rentrer à pieds n’était pas à exclure. Enfin, en comptant qu’elle avait plusieurs jours devant elle, parce que rentrer en marchant dans ces chaussures-ci… Grimaçant, Bella se releva pour se regarder une nouvelle fois dans les miroirs avant de pousser un soupir. Elle se tourna ensuite vers Alice en tirant légèrement sur les vêtements, comme pour les lui montrer.

Bella – D’accord, ce style est très bien, j’admets que ça me va bien, que ce genre-là pourrait être vraiment super pour la rentrée. Mais, de toute façon, comment veux-tu que je m’habille comme ça ? Je ne cherche pas à être belle ou… quoi que ce soit du genre, et je n’en ai pas les moyens en plus. Regarde la garde-robe que tu as… Je n’ai même pas le huitième de ce que tu as chez moi. Surtout que Charlie a tout laissé comme lorsque je suis partie, du papier peint aux meubles, il a juste changé le lit.

En un sens, c’était très mignon, adorable, mais Bella avait changé et n’était plus la même. Elle leur en voulait, aussi bien à sa mère qu’à son père, lui parce qu’il avait accepté de la garder un moment, elle parce qu’elle avait tout foutu en l’air beaucoup trop tôt sans prendre garde à eux. La lycéenne croisa les bras avec un petit sourire, reconnaissant qu’elle était à l’aise dans cette tenue et que cela lui allait bien, mais elle ne voyait pas comment faire. Elle ne voulait pas vexer Alice ! Mais franchement, avoir une telle garde-robe…

Bella – Mais si t’as un plan, je suis preneuse hein ! Ne compte juste pas sur moi pour passer des heures dans les magasins, je prends toujours ce qui me paraît prov… Heu… Les premiers trucs qui me plaisent.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Cullen
Lycéen(ne)
avatar

Activité : Présent
Statut : Membre
Messages : 58

Âge Rpg : 22 ans / 103 ans
Statut marital : Mariée
Particularité : Don de voyance

MessageSujet: Re: Nouveau déménagement   Dim 9 Aoû - 17:02

– … La rentrée ? Mais je ne sais pas, moi, je n’y ai pas réfléchi, je comptais improviser ma tenue le jour-même, comme je le fais à chaque fois.

Im... Impro... IMPROVISER ?! QUOI ?! Alice manqua littéralement de bondir en criant de désespoir, sa bouche se tordant en une grimace d'horreur. Improviser ! Et puis quoi encore ?! Non mais c'était tout à fait hors de question ! Une tenue en s'improvise jamais, il faut y réfléchir avec soin ! C'était quoi cette maladie de ce siècle de ne pas porter la moindre attention aux vêtements que l'on porte, hein ?! C'était grâce à ça que l'on renvoyait une image positive, négative ou neutre aux autres ! En plus, comme elle était nouvelle, elle devait faire un minimum d'efforts, au moins pour ne pas se créer d'ennemis dès le début ! Improviser... Alice retint un long gémissement, horriblement choquée d'entendre une horreur pareille, surtout de la part d'une fille "de son âge" qui devait encore faire attention au regard des autres, c'était juste inadmissible.

– Je n’ai rien dit ! dit-elle précipitamment. Je ne prévoie pas toutes mes tenues comme ça, je n’y ai juste pas pensé et heu… Je… Bon, d’accord, je regarderai la veille, mais je ne peux pas prévoir ça plusieurs jours à l’avance. On n’est que fin août, Alice ! Ce ne sont que…

Que des vêtements, hein ? Et bien non ! C'était un nouveau style, qui soit dit en passant lui allait bien mieux que ses vieilles frusques horribles dont elle était affublée avant d'entrer dans cette pièce ! Alice mit les deux mains sur ses hanches, parfaitement offusquée. Cette fille était comme Esmée, question mode ! Si Alice n'était pas là pour l'habiller comme il faut, elle n'osait même pas imaginer l'état déplorable de son look, franchement. Une fois, elle l'avait même surprise à porter une chemise rose pâle alors que ça n'allait pas du tout avec son teint ! Crise de lèse-mode. Et ses sous-vêtements ne lui allaient pas du tout non plus, comment voulait-elle aguicher Carlisle avec ça ? Elle se retint de lever les yeux au ciel avec un très long soupir, pendant que Bella se regardait et tirer un peu sur ses vêtements. Enfin, ne soyons pas désespérés, elle arrivera bien à faire quelque chose de ces deux-là un jour. Emmett et Rose se laissaient déjà faire, Jasper aussi, même Edward avait cédé, trop sensible à son chantage affectif. Esmée et Bella y passeront comme les autres, elle se le jurait. Un peu de goût pour le style, s'il vous plaît ! Même Carlisle la laissait faire, parfois.

– D’accord, ce style est très bien, j’admets que ça me va bien, que ce genre-là pourrait être vraiment super pour la rentrée. Mais, de toute façon, comment veux-tu que je m’habille comme ça ? Je ne cherche pas à être belle ou… quoi que ce soit du genre, et je n’en ai pas les moyens en plus. Regarde la garde-robe que tu as… Je n’ai même pas le huitième de ce que tu as chez moi. Surtout que Charlie a tout laissé comme lorsque je suis partie, du papier peint aux meubles, il a juste changé le lit.

Pas les moyens, soit, mais... Alice eut un fin sourire, une main sur sa hanche l'autre près de sa lèvre, mordillant pensivement l'ongle. Voilà qui lui donnait une bonne idée. Son sourire s'élargit peu à peu tandis qu'elle réfléchissait, passant en revue ce dont elle avait besoin et surtout l'organisation générale. En plus, ce sera une occasion en or ! Roh, oui, ce serait si parfait. Elle s'y voyait déjà. Elle remit la main sur sa hanche, se tournant vers Bella en lui jetant un long regard, des pieds à la tête.

– Mais si t’as un plan, je suis preneuse hein ! Ne compte juste pas sur moi pour passer des heures dans les magasins, je prends toujours ce qui me paraît prov… Heu… Les premiers trucs qui me plaisent.

Ah ça oui, elle avait même un super plan ! Alice lui sourit de plus belle, absolument ravie de son idée. C'est qu'elle pouvait en avoir des excellentes, de temps en temps ! Surtout si ça concernait la mode. Elle prit une petite inspiration puis lui expliqua avec bonne humeur qu'elle était en train de monter sa propre boutique en ligne de vêtements, avec des habits qu'elle dessinait et créait elle-même.

– Et si on faisait un deal ? Je te propose de porter chaque jour les vêtements pour filles que je vais créer. En échange, je te donne ceux qui te plairont. Qu'en dis-tu ?

Pas besoin de passer des heures et des heures dans les magasins et pas besoin de débourser un centime pour elle. Pour Alice, elle avait un cobaye pour créer ses habits et elle pourra l'habiller avec soin tous les jours ! Ce n'était que du bénéfice ! Mais Bella lui rendit un regard profondément choqué en la dévisageant. Oui ? C'était très bien pour elle aussi ! Elle aura une plus belle garde-robe, en plus, et Alice avait vraiment besoin d'une personne pour essayer et porter ce qu'elle créait. Si ça lui plaisait à elle, ça plaira à d'autres ! N'est-ce pas ? Qu'en disait-elle ?

– Pourquoi moi ? Je n'ai pas l'allure d'un mannequin et je ne tiens pas à les jouer, ce n'est vraiment pas pour moi. Puis ça va te coûter cher, en plus, tous ces vêtements.

– Je ne veux pas créer pour les mannequins mais pour les personnes ordinaires ! lança-t-elle avec un grand sourire. T'as dit toi-même que ça te plaisait, en plus, t'as rien à y perdre et moi non plus. T'en fais pas pour l'argent, je m'en arrange.

Alice entendait Emmett pouffer de rire depuis toute à l'heure, ainsi que les soupirs très réguliers d'Edward qui devait sûrement compatir un maximum. Bella était méfiante, ça se voyait au regard qu'elle lui lançait. Roh, elle n'allait pas refroidir son esprit d'entreprise, hein ? Pas vrai ? Pour Alice, c'était une occasion en or de tester ses tenues et son goût pour la mode, tout en permettant à Bella d'avoir un style qui lui ira bien. Edward avait déjà bavé sur elle toute à l'heure avec sa vieille tenue immonde, qu'est-ce ce sera quand elle sera bien habillée !

– En admettant que j'accepte, ce serait quoi, les consé... conditions ?

– Et bien, je te donne des tenues complètes pour un ou deux jours à chaque fois, j'observe pour noter les réactions des gens et ce qu'on en dira, tu me rapporteras d'éventuels commentaires et tu pourras conserver les tenues qui te plairont. Je ne te demande pas un centime, juste de la bonne volonté. C'est tout bénéfique !

Elle soupira puis lui demanda quel genre de tenues, si elle avait des exemples. Alice faillit rire puis lui indiqua d'un geste ce qu'elle portait en ce moment-même. Simple, sobre, mais élégant ! Bien mieux que ses horribles frusques qu'il fallait brûler de toute urgence. Alice gardait son sourire habituel, les yeux pétillants en imaginant les mois qui allaient venir. Bella accepta alors, en soupirant à nouveau. Ah, parfait ! Alice en sautilla sur place, plus que ravie, et lui déclara qu'elle ne le regrettera pas, qu'elle veillera à ce qu'elle ait un style génial et parfaitement adaptée. Voyant l'heure tourner, elle prit alors un petit carnet et déchira une feuille pour y noter son numéro de portable, le tendant à Bella.

– Voilà ! Hésite pas à m'appeler ce soir pour me dire la réaction de ta famille ! Je vais te raccompagner, ton père va fini par croire que je t'ai enlevé.

Elle lui parla avec animation de ses idées pour la boutique en ligne sur le chemin menant au garage, ignorant Emmett qui s'étranglait toujours de rire dans le salon. Jasper n'était pas encore revenu, mais Bella le verra une autre fois, tant pis. Sautant dans sa voiture, elle démarra en trombe dès que Bella fut installée, la musique résonant dans l'habitacle. Elle roula à une vitesse effroyable sur la route, s'arrêtant devant la maison des Swan, où les lumières étaient allumées.

– Merci encore d'avoir accepté ! Oublie pas de ma rappeler, même tard, je ne dors pas beaucoup. Promis, hein ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isabella M. Swan
Lycéen(ne)
avatar

Activité : Présent
Statut : Administrateur/trice
Messages : 151

Âge Rpg : 17 ans
Statut marital : En couple
Particularité : Embryon de bouclier

MessageSujet: Re: Nouveau déménagement   Dim 23 Aoû - 23:30

Bella sut qu’elle avait eu la pire idée de l’année, non du siècle, en voyant le sourire d’Alice. Elle ne la connaissait que depuis une heure, tout au plus, qu’elle savait déjà que la personne qui était en face d’elle savait arriver à ses fins, peu importe les moyens, surtout avec son sourire aussi innocent. Mais c’était injuste ! Bella ignorait tout cela, ne savait pas dans quoi elle s’était embarquée, ils auraient pu la prévenir au moins ! Sa famille, Charlie… N’importe qui ! Mais non, Alice avait le dernier mot. Et cette impression fut accentuée lorsqu’elle lui déballa tout ce qu’elle faisait, la boutique en ligne, les vêtements qu’elle dessinait et créait, tout cela avec un ton extrêmement enthousiaste. D’accord, elle avait saisi, ne pas critiquer les vêtements ni la mode en face d’Alice. C’était boooon, pas la peine de lui faire toute un exposé là-dessus. Avec ça, quel rapport avec ses vêtements et sa garde-robe ? Bella ne pourrait pas s’acheter quoi que ce soit, que cela vienne d’Alice ou d’une autre personne.

Alice – Et si on faisait un deal ? Je te propose de porter chaque jour les vêtements pour filles que je vais créer. En échange, je te donne ceux qui te plairont. Qu'en dis-tu ?

Chaque… Chaque jour ? Bella la dévisagea avec un air choqué. Des vêtements chaque jour ! Elle n’était pas du genre à passer deux heures entières dans la salle de bains, son maquillage était grossier, ses vêtements très légers… Elle cherchait à provoquer, oui, mais ce n’était pas une raison pour passer deux heures dans la salle de bains, loin de là. Sauf si cela pouvait énerver quelqu’un au passage. Et puis, passer chez elle tous les jours… Elle n’avait pas le budget ni le teint, encore moins la carrure d’un mannequin. Surtout pas depuis les… quelques incidents qui avaient poussé sa mère à l’envoyer ici. Alice trouverait sûrement mieux ailleurs. Surtout qu’elle devrait dépenser énormément pour l’habiller tous les jours.

Bella – Pourquoi moi ? Je n'ai pas l'allure d'un mannequin et je ne tiens pas à les jouer, ce n'est vraiment pas pour moi. Puis ça va te coûter cher, en plus, tous ces vêtements.

Alice – Je ne veux pas créer pour les mannequins mais pour les personnes ordinaires ! lança-t-elle avec un grand sourire. T'as dit toi-même que ça te plaisait, en plus, t'as rien à y perdre et moi non plus. T'en fais pas pour l'argent, je m'en arrange.

C’était peut-être idiot, mais Bella ne pouvait s’empêcher de se méfier. Où était l’arnaque dans cette proposition ? Objectivement, oui, c’était une bonne idée et Bella éviterait de causer une crise cardiaque à Alice en la voyant au lycée – parce qu’elle avait l’étrange impression qu’elles se verraient régulièrement là-bas… Mais elle avait l’horrible impression d’oublier quelque chose. Un détail. N’importe quoi qui ferait qu’elle fonçait droit dans le mur sans même s’en douter, surtout avec la réaction de la famille d’Alice. Si elle était aussi fan de mode que cela… Que risquait-elle ? Porter des vêtements différents tous les jours, admettons, elle pourrait s’y faire. Mais quoi d’autre ?

Bella – En admettant que j'accepte, ce serait quoi, les consé... conditions ?

Alice – Et bien, je te donne des tenues complètes pour un ou deux jours à chaque fois, j'observe pour noter les réactions des gens et ce qu'on en dira, tu me rapporteras d'éventuels commentaires et tu pourras conserver les tenues qui te plairont. Je ne te demande pas un centime, juste de la bonne volonté. C'est tout bénéfique !

Bon… Bella ne répondit rien dans un premier temps, réfléchissant et envisageant la situation sous tous les angles pour être sûre de ne pas se faire avoir. Cependant, au bout d’un court moment, elle était forcée d’admettre qu’il n’y avait aucune entourloupe. Des vêtements gratuits tous les jours ou tous les deux jours qu’elle devait simplement porter… Elle pouvait bien supporter cela. L’adolescente finit donc par soupirer, vaincue, avant de lui demander quel genre de tenues elle devrait porter, si elle avait des exemples sous la main ou non. Elle avait le droit de savoir, après tout ! Si c’étaient des tenues trop voyantes, non merci, elle n’en voulait pas. Question à laquelle Alice répondit par un geste en indiquant ce qu’elle portait avec ce même sourire sur les lèvres. Ah. Bon… Si c’était ce genre-là, Bella n’avait aucune excuse et ne devait pas avoir peur, n’est-ce pas ?

Hésitant toujours un peu mais bien obligée de reconnaître qu’il n’y avait pas de piège, elle finit par soupirer en acceptant, refoulant l’impression de se faire piéger. Elle ne pouvait pas refuser, tout simplement. Alice sautilla sur place immédiatement après sa réponse en lui assurant qu’elle n’allait pas le regretter et qu’elle veillerait à ce qu’elle ait un style génial et adapté. Oui, enfin, cela ne l’empêcherait pas de mettre des vêtements hyper provocants de temps en temps, tout en veillant à bien cacher certaines parcelles de son corps au cas où. Bella regarda sa nouvelle « amie » griffonner quelque chose dans un petit carnet, en arracher une feuille et la lui tendre, l’attrapant machinalement. Elle y avait inscrit un numéro d’une très belle écriture, fine, manuscrite, comme on apprenait à le faire en primaire. L’étudiante resta à contempler le bout de papier un moment, comme hypnotisée, avant de se tirer de ses rêveries pour écouter Alice.

Alice – Voilà ! Hésite pas à m'appeler ce soir pour me dire la réaction de ta famille ! Je vais te raccompagner, ton père va fini par croire que je t'ai enlevé.

Bella lui sourit en hochant la tête, la suivant jusqu’à la voiture en écoutant distraitement ce qu’elle lui disait. Les vêtements, la mode, tout ça, ce n’était vraiment pas son truc même si elle devait reconnaître que l’enthousiasme d’Alice était contagieux. Elle avait un très beau projet, Bella ne disait pas le contraire, mais elle ne pouvait s’empêcher de décrocher lorsqu’elle abordait le sujet « mode ». Pour la jeune lycéenne, des vêtements servaient à s’habiller, se couvrir, et rien d’autre. Provoquer aussi, bien sûr, mais bon… Elles arrivèrent ensuite à la voiture d’Alice mais Bella ne put s’empêcher de marquer un temps d’arrêt avant de grimper. Elle n’allait pas… Elle n’allait pas rouler aussi vite, n’est-ce pas ?

… Ou pas. Dès qu’elle fut montée dans la voiture, Alice démarra en trombe en lui laissant tout juste le temps de mettre sa ceinture. Trop terrifiée pour l’écouter, Bella ne dit rien de tout le trajet, se cramponnant à son siège en hurlant, malgré elle, à sa conductrice du moment de ralentir à chaque virage avec l’impression constante qu’elles allaient finir dans le décor. Elle était folle ! Comment faisait-elle pour être toujours en vie alors qu’elle conduisait aussi vite ? Et comment faisait-elle pour avoir eu son permis en conduisant comme cela ? Par chance, le trajet ne dura pas longtemps et Bella redescendit difficilement de la voiture en manquant de s’étaler lamentablement face contre terre en voulant descendre trop vite. D’accord, laisser le temps à son corps de se reprendre. Elle prit une profonde inspiration après avoir réussi à s’extirper laborieusement de la voiture d’Alice. Elle se sentait bien mieux dehors, avec les pieds sur le sol. En sécurité.

Alice – Merci encore d'avoir accepté ! Oublie pas de ma rappeler, même tard, je ne dors pas beaucoup. Promis, hein ?

Bella – Promis, souffla-t-elle dans un haut-le-cœur. Je t’appellerai, laisse-moi seulement me remettre de ces trajets.

Bella lui souhaita une bonne fin de journée et soirée, encore un peu sonnée, puis rentra en constatant que tout était rangé. La maison était calme, malgré la télévision allumée, elle referma la porte derrière elle en entendant Alice démarrer aussi vite qu’elle s’était arrêtée, décidée à ne rien voir. Elle était fille de shérif ! S’appuyant contre la porte fermée, elle souffla un grand coup en se pinçant l’arrête du nez au moment où Charlie l’appela. Bienvenue à Forks…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nouveau déménagement   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nouveau déménagement
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nouveau Boss, nouveau Dofus !
» Nouveau LA hommes-lézards:Quelles nouveautés voudriez-vous?
» Petit nouveau
» Un nouveau pour noel ?
» du nouveau chez ubisoft

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Enfant du crépuscule :: Etat de Washington :: District d'Olympic :: Forks :: Habitations :: Maison Swan-
Sauter vers: