Le monde a changé, les vampires aussi, les humains sont prêts pour la guerre...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Soirée en tête-à-tête

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Edward Cullen
Lycéen(ne)
avatar

Activité : Présent
Statut : Membre
Messages : 38

Âge Rpg : 17 ans / 86 ans
Statut marital : Célibataire
Particularité : Télépathe

MessageSujet: Soirée en tête-à-tête   Jeu 24 Déc - 18:08

Le vendeur risquait de craquer très vite, ses pensées hurlaient en boucle sur le thème "Canooon, cette fiiille !!" et il ne se retenait qu'à très grande-peine pour ne pas reluquer ouvertement Rosalie, rangeant les boîtes en rayon sans les regarder, bavant presque en jetant des regards plus ou moins discrets à Rose, occupée à choisir des outils et des vis spéciales, pour le moteur de la voiture qu'elle réparait en ce moment. Edward sourit en voyant l'air d'Emmett, qui détestait qu'on bave sur sa femme, à deux doigt de frapper l'abruti. Craquera, craquera pas ? Il ne mettait jamais très longtemps avant de renvoyer balader ceux qui regardaient Rose de trop près, d'habitude, se dressant devant elle comme un paravent avec un air possessif. Heureusement pour le vendeur, il fut appelé par un autre client, filant plus loin pour l'aider. Edward eut un petit rire, son sac en bandoulière et les mains fourrées dans les poches de sa veste noire, attendant que Rose soit prête. Ils venaient de finir le lycée et s'étaient arrêtés pour quelques courses. Le jeune vampire avait rendez-vous avec Bella, ce soir, pour un dîner où elle sera la seule à manger vraiment. Ils sortaient officiellement ensemble depuis la veille et tout le lycée était déjà au courant.

Edward s'écarta pour laisser passer une femme avec un landau, regardant un peu le rayon des livres et des CDs, à côté de celui du bricolage, pendant que sa sœur d'adoption choisissait ce qu'il lui fallait. Pas grand-chose comme nouveautés, en ce moment, il avait l'impression de lire sans cesse la même chose, depuis une dizaine d'années, les auteurs ne se renouvelaient pas vraiment. Jetant un œil en musique, il parcourait les titres venant d'être édités quand un bruit lui fit tourner la tête, laissant voir le très cher frère de Bella qui venait vers lui. Edward retint à très grand-peine une grimace, avec des yeux écarquillés. Ouch... Il était plus pâle que de coutume, son regard plus sombre, ses dents un peu plus acérés, on dirait bien qu'il était passé entre les mains d'un vampire... Et il n'y avait que les Volturi de présents, en ce moment, à part leur propre clan. C'était tellement prévisible, avec un don pareil ! Il avait de sacrés emmerdes, ce type, s'il commençait déjà à présenter ces symptômes. Qui s'amusait à le mordre à ce point, ce type horrible ? Félix, les jumeaux ou Démétri ? Ils traînaient en ce moment dans la région, ces quatre-là. On dirait bien que le clan allait avoir un nouveau membre dans très peu de temps, ils avaient décidément le talent pour dénicher les perles rares.

– Je dois te parler, lança le traqueur d'un ton glacial en s'arrêtant à côté de lui. Pour te prévenir que tu n'as pas intérêt à faire du mal à ma sœur ou essayer de profiter d'elle.

"C'est plutôt pour toi que tu devrais t'en faire..." songea Edward en restant impassible. Il était juste en train d'être préparé à devenir un monstre de la nuit, alors qu'Edward n'avait aucune intention de jeter Bella sur le dos dans un cercueil. Ce n'est pas elle qui allait voir son corps être modifié, être anémiée, avoir un sommeil difficile, des sautes d'humeur, des rêves bizarres, une immense fatigue. Edward répondit qu'il n'allait pas faire de mal à Isabella, ce n'était pas son genre, et même si Dylan se méfiait, il ne lui donnera aucune raison de vouloir le repousser au loin. Il gardait un ton poli, captant en même temps les pensées de Rose et Emmett, qui avaient eux aussi compris que les quatre Volturi étaient en train de se tailler un nouveau compagnon. Et il ne pouvait pas le réaliser, dommage. Au moins, Edward ne voulait pas tuer Bella, n'ayant pas non plus l'intention de la transformation. Déjà, il en était incapable sans la tuer au passage, et elle n'en avait sans doute pas envie non plus.

– C'est un simple avertissement, je ne dirai rien tant que tu resteras correct avec elle.

– Ce n'est pas avec moi qu'elle aura des emmerdes... Il y a des gens plus louches, dans le coin.

Il grimaça puis repartit, Edward le suivant du regard avec attention. Donc un futur Volturi... Un second traqueur de la même trempe que Démétri rejoignant leurs rangs, comme si leur monde avait besoin de ça ! Ce clan était vraiment... Enfin bref. Il soupira un peu, mal à l'aise de savoir qu'un traqueur était sur leur dos, enfin sur le sien. S'il était transformé dans les prochains jours, il saura ce qu'Edward voulait vraiment à sa chère frangine et la suite risquait d'être beaucoup moins drôle, se mettre les Volturi à dos n'était pas une bonne idée. Se renfrognant, il se replongea dans sa recherche de livre intéressant, assez inquiet, d'un seul coup. Humain, ce type était déjà une plaie, s'il rejoignait ce clan, les choses allaient empirer. Et merde. Comment faire, maintenant ? Il était très probable que Aro le fasse venir à Volterra le temps de le former... Probable mais pas certain. Emmett et Rose passèrent à côté de lui, le saluant puis rentrant. Edward hocha vaguement la tête, réfléchissant à ce qu'il pouvait faire. Se forcer à ne plus chercher comment boire un peu du sang de Bella ? Impossible, il en était dépendant, maintenant. Il devait chercher une solution. Quand l'heure fut venue, il quitta le magasin, marchant dans les rues détrempées vers le petit restaurant où il avait rendez-vous. On se calme et on réfléchit. Il avait un traqueur sur le dos. Un traqueur humain en train d'être préparé à la transformation par le pire clan possible au monde. Pas très brillant comme situation.

– Salut, sourit-il en retrouvant Bella, se penchant pour l'embrasser sur les lèvres avec douceur.

Il se torturait toujours l'esprit pour la question de son frère, qui devenait une sacrée épine, encore plus maintenant. Que les Volturi veuillent créer un nouveau garde, et bien parfait, tant mieux pour eux, mais étaient-ils obligés de choisir ce type ?! Un saleté de traqueur, le frère de celle dont il voulait sucer le sang, qui avait tous les moyens possibles pour créer des ennuis à leur clan de végétariens. Si Carlisle et Esmée apprenaient ça, ils voudront faire déménager tout le clan le plus loin possible d'ici. S'il voulait rester, il devra se séparer d'eux. Comment faire ? L'idéal serait que ce cher traqueur disparaisse dans la semaine, qu'on l'emmène finir sa transformation à Volterra ou ailleurs et qu'il ne soit plus à Forks pour épier. Il se redressa, répondant au sourire de Bella, qui elle était bien loin de toutes ces considérations.

– Est-ce que tout va bien ? Tu sembles... soucieux.

– Soucieux, pas vraiment, je me pose des questions. Je me demandais pourquoi ton frère a peur à ce point que je te fasse du mal ? Je l'ai croisé toute à l'heure, je te jure qu'il est convaincu que je suis un dangereux criminel qui ne te veux que du mal. Qu'est-ce que je lui ai fait ? En plus, il ferait mieux de s'en faire pour lui, il n'a pas l'air en forme.

Pas de risques que ça s'arrange tant qu'il ne sera pas un vampire en bonne et dû forme, avec ça, bien au contraire. Edward doutait que ce soit un des jumeaux qui soit derrière tout ça, ils n'avaient jamais dû transformer qui que ce soit. Félix, ce n'était guère son genre non plus. Par contre, le végétarien imaginait très bien Démétri se charger de la besogne, il devait être tellement heureux d'avoir trouvé une personne qui lui ressemble ! Que dirait Bella si elle savait qu'un vampire millénaire était en train d'aspirer le sang de son cher grand frère pour en faire un monstre ? Une fois mort, une fois vampire et entraîné, il deviendra un de ces gardes dangereux de cette armée maudite, sous les ordres d'un chef manipulateur et stratège, lui aussi vieux de plus de trois millénaires et pourvu d'un don ancestral et puissant. Terrifiant. Bella fit une petite grimace puis baissa la tête, lui prenant la main.

– Je crois que c'est à cause de moi... Dimanche, on a eu une... petite discussion et il a dit qu'il ne me laisserait plus toute seule, qu'il veillerait sur moi. Comme je lui ai reproché certaines choses. Désolée.

– Ah, donc il va se méfier de tous les garçons qui t'approchent ? rit-il en la prenant dans ses bras. C'est le rôle de ton père, ça.

Pour le coup, ce devait être son don qui lui commandait de se méfier, bien plus que son rôle de grand frère protecteur. Les traqueurs, même peu doués, avaient un instinct de préservation bien supérieur à la moyenne et pouvaient sentir si un danger rôdait aux alentours. A la fois très pratique et très agaçant, selon le côté où on se plaçait. Elle renforça l'étreinte avec un faible sourire, ajoutant qu'il ne risquait rien avec Charlie. Baissant la tête, il déposa un baiser sur le sommet du crâne de Bella, dans ses cheveux châtaignes foncés, avec de légers reflets roux à la lumière. Allez, il faudra qu'il trouve une solution... Entourant sa copine vers l'épaule, il l'entraîna avec lui vers le restaurant minuscule, trouvant assez ironique, au fond, que Dylan s'angoisse autant pour sa frangine alors qu'il avait un problème bien plus sérieux sur le dos. Comme il était encore tôt, il n'y avait que très peu de monde, des habitués au bar, quelques couples installés aux tables. Edward demanda la table qu'il avait réservé, la veille au soir, allant s'y asseoir avec Bella.

– Après manger, on pourra aller chez moi, ou chez toi si tu préfères, pour faire vite fait le devoir de maths puis terminer la soirée à se détendre. Si je ne risque rien avec Charlie, comme tu dis, il ne menaceras pas de me plomber la tête en me voyant dans ta chambre.

Il eut un petit rire en lui donnant une des cartes pour qu'elle choisisse ce qu'elle voulait prendre, prenant l'autre sans vraiment lire le menu.

– Sinon, tu commences à t'adapter à Forks ? C'est pas vraiment génial quand on arrive comme ça, je suis passé par là aussi. On pourrait se faire une sortie ciné ou autre chose, un week-end, dans uen plus grande ville. Fais aussi gaffe à Alice, elle meurt d'envie de faire une sortie shopping avec toi.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isabella M. Swan
Lycéen(ne)
avatar

Activité : Présent
Statut : Administrateur/trice
Messages : 151

Âge Rpg : 17 ans
Statut marital : En couple
Particularité : Embryon de bouclier

MessageSujet: Re: Soirée en tête-à-tête   Ven 1 Jan - 18:30

Bella passa un rapide coup de brosse dans ses cheveux, bénissant leur longueur pour une fois tant elle était à la bourre. Elle avait perdu un temps fou à s’habiller, toutes les tenues prévues par Alice lui semblant beaucoup trop provocantes pour sa soirée avec Edward. Au final, elle avait opté pour une de ses robes, simple, rouge, avec un léger décolleté et deux lignes horizontales noires sur les bords de la robe – sur les manches mi-longues et le bas. En-dessous, de simples collants noirs et des ballerines pour éviter les talons et les chaussures qu’elle mettait en cours, avec le bracelet que lui avait offert Dylan. Tenue simple mais correcte, Bella ne dénoterait pas à côté d’Edward et était présentable pour un dîner au restaurant. Un peu de maquillage, doré vers l’intérieur des yeux, noir vers l’extérieur en un dégradé léger, et le tour est joué. En fin de compte, c’était la tenue qui lui avait pris le plus de temps… Pour choisir ses vêtements à elle en dernier recours. Incroyable.

Sortant de sa chambre après avoir attrapé son sac au passage, Bella descendit les escaliers et prévint Charlie qu’elle y allait, que le dîner était prêt et qu’il n’avait qu’à le réchauffer. Dylan n’étant pas très bien et Raven ayant le droit à un repas correct, elle s’était arrangée pour faire cuire des pâtes en vitesse et avait laissé à feu doux pour son père, sa sœur et son frère. Elle ferma la porte derrière elle, descendit les quelques marches du perron et grimpa dans sa voiture. Bon… Ce restaurant. Ne connaissant pas trop le coin, Bella avait demandé des indications précises à Edward et guettait chaque point de repère avec des yeux de lynx. Et son plan se révéla parfait, elle y arriva sans aucun problème. Avec de l’avance ! Il n’était pas là, parfait ! Sortant de la voiture, elle se dirigea vers un petit abri tout près d’un petit bâtiment et ne tarda pas à voir Edward arriver.

Edward – Salut, sourit-il en retrouvant Bella, se penchant pour l'embrasser sur les lèvres avec douceur.

Bella ferma les yeux le temps du baiser, frissonnant un peu tant cette douceur et ces sensations semblaient nouvelles pour elle avant de lui sourire, heureuse. C’était leur première « sortie » ensemble depuis samedi et, elle ne pouvait le nier, la lycéenne redoutait un peu cette soirée. Pourquoi ? Aucune idée. Sans doute parce qu’Edward l’appréciait pour ce qu’elle était vraiment, parce qu’il semblait la connaître et ne lui réclamait rien d’autre – contrairement aux autres garçons avec lesquels elle était sortie. Un jour, deux, un mois, un an… Peu importe, elle savait qu’elle se sentait bien avec lui, c’était tout ce qui comptait. Et Bella espérait qu’ils resteraient encore longtemps ensemble, maintenant qu’elle se sentait différente et prête à avancer un peu. Ses pensées vagabondaient toujours vers Dylan et leur discussion du dimanche mais elle secoua la tête très légèrement pour les chasser. Aujourd’hui, non, elle n’y penserait pas ! C’était leur soirée et elle était consentante et réveillée, donc son frère ne pouvait rien dire.

Seulement, Edward, lui, ne semblait pas non plus très concentré sur le moment présent. Il avait l’air… soucieux. Oui, c’était ça, quelque chose le préoccupait mais elle était incapable de dire ce que c’était, ne le connaissant pas assez. D’ailleurs, maintenant que Bella y repensait, il était bien le premier garçon avec lequel elle sortait aussi vite… Dylan avait raison, de ce côté-là, elle ne le connaissait pas, ou très peu. Mais elle ne pouvait pas se méfier de lui, quelque chose l’en empêchait. Lorsqu’il la prenait dans ses bras, elle se sentait en sécurité, comme entourée d’une cage que personne ne pourrait briser. Et puis, lui la regardait telle qu’elle était et pas telle qu’elle se montrait. Cela aussi avait joué, l’avait poussée à accepter lorsqu’il lui avait demandé si elle voulait sortir avec lui. Levant la tête vers lui, Bella lui lança un regard interrogateur, gardant tout de même une petite réserve. Pouvait-elle lui demander… ? Mais oui, au pire, il lui dirait que c’était privé et ne se vexerait pas pour cela. Du moins, elle l’espérait.

Bella – Est-ce que tout va bien ? Tu sembles... soucieux.

Edward – Soucieux, pas vraiment, je me pose des questions. Je me demandais pourquoi ton frère a peur à ce point que je te fasse du mal ? Je l'ai croisé toute à l'heure, je te jure qu'il est convaincu que je suis un dangereux criminel qui ne te veux que du mal. Qu'est-ce que je lui ai fait ? En plus, il ferait mieux de s'en faire pour lui, il n'a pas l'air en forme.

Oh… Bella fit une grimace, baissant la tête, puis prit la main d’Edward, vraiment désolée pour lui. C’était de sa faute, il n’avait rien à se reprocher. Depuis qu’ils avaient discuté dimanche, elle se doutait que les choses allaient évoluer, elle-même essayait de faire des efforts pour réduire la distance qui les séparait. Seulement, de là à aller menacer Edward directement… Il abusait franchement, elle était capable de se défendre ! En soi, c’était mignon, oui, mais pourquoi voyait-il son petit ami comme une menace ? Maintenant, c’était à elle d’expliquer ce comportement. Merci Dylan ! S’il se mettait à la couver de la sorte uniquement parce qu’ils avaient parlé, elle aurait préféré rester en froid avec lui. Oui, d’accord, Bella avait un poids en moins sur l’estomac, mais de là à voir son petit ami être menacé par son frère… Il faudrait qu’elle lui parle. De toute urgence. Pourquoi avait-elle parlé… ?

Bella – Je crois que c'est à cause de moi... Dimanche, on a eu une... petite discussion et il a dit qu'il ne me laisserait plus toute seule, qu'il veillerait sur moi. Comme je lui ai reproché certaines choses. Désolée.

Edward – Ah, donc il va se méfier de tous les garçons qui t'approchent ? rit-il en la prenant dans ses bras. C'est le rôle de ton père, ça.

Humpf, il en était bien capable… Contrairement à leur père, Dylan se préoccupait de ses sœurs et veillaient sur elles à sa place depuis des années – chose que Bella n’avait réalisée que dimanche… Charlie n’avait jamais manifesté le moindre intérêt pour eux, les laissant de côté en étant un père plus absent que jamais depuis son divorce. Oh, non, vraiment, Edward n’avait rien à craindre de Charlie, il ne risquait absolument rien. Ce que Bella rétorqua après avoir renforcé leur étreinte, un faible sourire aux lèvres. Edward baissa la tête, lui déposant un baiser dans les cheveux alors qu’elle fermait les yeux, frissonnant une nouvelle fois. Non… Dylan ne les séparerait pas. Il ne pouvait pas lui retirer la seule personne qui arrivait à la faire sourire à Forks, ce serait cruel. Et il voulait que les choses s’arrangent entre eux deux, non ? Ce n’était pas en effrayant son petit ami qu’il y arriverait. Elle faisait des efforts, oui, mais lui devait le faire aussi ! En plus, comme l’avait souligné Edward, il n’avait pas l’air très en forme depuis le retour de la chasse. Sans doute un bête rhume ou une grippe, mais c’était une excuse suffisante.

Edward lui entoura l’épaule à l’aide de son bras, l’entraînant vers le restaurant minuscule dans lequel ils allaient manger ce soir. C’était plutôt calme, il y avait quelques couples déjà installés mais, par rapport aux restos qu’elle trouvait à Phoenix… Enfin, c’était pas mal. Petit, très petit, mais chaleureux, elle devait bien l’admettre. Bella resta à côté d’Edward, jetant un regard circulaire sur la salle pendant qu’il demandait la table qu’il avait réservée pour eux. Un petit air de musique résonnait dans le restaurant, musique en fond très calme sans être soporifique. Non, vraiment, c’était pas mal comme endroit. Couleurs sobres sans être déprimantes, Bella aimait bien. Maintenant, peut-être était-ce parce qu’il n’y avait pas encore trop de monde et parce qu’elle était accompagnée… C’était fort probable. Un serveur les conduisit jusqu’à une table pour deux, les y installant, annonçant qu’il reviendrait lorsqu’ils auraient fait leur choix avant de repartir s’occuper d’autres clients.

Edward – Après manger, on pourra aller chez moi, ou chez toi si tu préfères, pour faire vite fait le devoir de maths puis terminer la soirée à se détendre. Si je ne risque rien avec Charlie, comme tu dis, il ne menaceras pas de me plomber la tête en me voyant dans ta chambre.

Bella hocha la tête, riant avec lui, puis prit la carte qu’il lui tendait pour regarder ce que proposait le restaurant. Aller chez elle ? Pourquoi pas, ils seraient tranquilles et Charlie n’allait rien dire, Edward l’avait ramenée entière et il était tout à fait convenable devant lui. Aller chez lui… Heu. Vu sa première expérience, elle préférait éviter. En plus, elle ne portait même pas les vêtements donnés par Alice… Sauf s’ils seraient vraiment tranquilles ? A voir. Elle jeta un rapide coup d’œil aux boissons, sachant ce qu’elle allait prendre sans même regarder, puis s’attarda un peu plus sur les plats. Les noms ne lui disaient vraiment rien… Tout était embelli, elle ne comprenait pas grand-chose. Pourquoi les restaurants ne pouvaient-ils pas dire les choses simplement ? D’accord, ça donnait une certaine classe… Mais pas dans un endroit comme celui-ci.

Edward – Sinon, tu commences à t'adapter à Forks ? C'est pas vraiment génial quand on arrive comme ça, je suis passé par là aussi. On pourrait se faire une sortie ciné ou autre chose, un week-end, dans uen plus grande ville. Fais aussi gaffe à Alice, elle meurt d'envie de faire une sortie shopping avec toi.

Bella – Ca ne m’étonne pas, elle est toute folle depuis que j’ai accepté de lui servir de cobaye pour ses tenues, dit-elle en reposant la carte avant de croiser les bras. Vous auriez dû me le dire ! Vous m’avez tous vue dès notre arrivée à Forks, elle m’a mis le grappin dessus et… Je sais pas ce qui s’est passé, je n’ai rien compris. Mais j’ai accepté de servir de cobaye et, maintenant, elle me parle de shooting photos comme elle a fait avec Rose.

Bella grimaça, baissant un peu la tête avec un sourire gêné à l’idée des tenues que lui avait présentées Alice. Poser en sous-vêtements… C’était insensé, jamais elle ne pourrait faire un truc pareil. Surtout en sachant qu’Edward était tout près ou pouvait tomber sur ces photos n’importe quand. Ses joues prirent une légère teinte rose qu’elle essaya de camoufler en regardant les autres couples un instant, se raclant ensuite la gorge. C’était ridicule, elle le savait, mais Edward était différent. Bella ne pouvait s’empêcher d’être plus réservée, plus calme, plus… naturelle avec lui. Il l’influençait, même si elle ignorait comment c’était possible.

Bella – Pour Forks… Eh bien, on va dire que ça va. Comme tu l’as dit, c’est pas vraiment génial et je viens d’une ville beaucoup plus grande avec un climat parfait comparé à ici. Mais ça va. Vous y êtes pour beaucoup, je n’aurais jamais parlé à des habitants avant un mois au moins si vous n’aviez pas été là, Alice et toi. Ils ne sont pas très… encourageants à ce niveau-là. Mais t’inquiètes pas, je survivrai.

La lycéenne fit un petit sourire à Edward, l’air de dire que ce n’était pas grave. Au même moment, le serveur revint vers eux pour prendre leur commande, leur demandant s’ils avaient choisi. Bella, elle, prit un simple plat du jour et de l’eau puis, dès qu’Edward eut choisi à son tour, le serveur repartit en filant comme il était venu. Au moins, pas de souci du côté du service. Ils n’étaient pas venus tard non plus donc le restaurant n’était pas plein, ce qui rendait la prise de commandes et la cuisine plus simple mais tout de même. Bella admirait toujours les serveurs et les cuisiniers, elle-même était incapable de marcher aussi vite avec plus de deux assiettes en main. Déjà une… Hum, bref. Mieux valait éviter de penser à cela maintenant, Edward n’avait pas dû remarquer son côté très maladroit. Pas trop. Il n’en avait pas eu l’occasion, du moins, alors autant garder le secret pour l’instant.

Bella – Est-ce qu’il y aura du monde, chez toi ? Je n’ai pas peur, hein, mais heu… Disons que j’ai été un peu traumatisée la première fois que je suis venue, avec Alice. Chez moi, on prend le risque de croiser Dylan, donc c’est vraiment comme tu veux. Je ne veux pas déranger tes parents ni le reste de la famille… Sinon, je suis partante pour une sortie un week-end, je dois aller chercher des bouquins qui ne sont pas disponibles ici. Ou un ciné, ça peut marcher aussi. Mais que regardes-tu comme films, en général ? Et… Pardon.

Bella porta ses mains à sa bouche, réalisant qu’elle venait de poser au moins trois questions à la suite les unes aux autres sans même laisser le temps à Edward de répondre. Désolée ! C’est que dire « j’ai peur d’aller chez toi » est extrêmement gênant, elle avait voulu noyer le poisson dans l’eau aussitôt. Les joues un peu plus rouges, elle ôta ses mains de sa bouche et les reposa sur la table, de part et d’autre de la serviette en papier.

Bella – Désolée. On peut… regarder un film chez toi ou chez moi, sinon, après ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edward Cullen
Lycéen(ne)
avatar

Activité : Présent
Statut : Membre
Messages : 38

Âge Rpg : 17 ans / 86 ans
Statut marital : Célibataire
Particularité : Télépathe

MessageSujet: Re: Soirée en tête-à-tête   Mar 26 Jan - 20:19

– Ça ne m’étonne pas, elle est toute folle depuis que j’ai accepté de lui servir de cobaye pour ses tenues, dit-elle en reposant la carte avant de croiser les bras. Vous auriez dû me le dire ! Vous m’avez tous vue dès notre arrivée à Forks, elle m’a mis le grappin dessus et… Je sais pas ce qui s’est passé, je n’ai rien compris. Mais j’ai accepté de servir de cobaye et, maintenant, elle me parle de shooting photos comme elle a fait avec Rose.

Sa sœur d'adoption ne manquait jamais une seule occasion de mettre le grappin sur une nouvelle victime, de toute façon, tous ceux qu'elle pouvait accrocher y passaient ! C'était un gros sujet de rigolade, entre Emmett et lui, lorsqu'elle traînait le malheureux Jasper dans une de ses virées et l'obligeait à essayer tout un tas de trucs. Emmett et Edward pouvaient ainsi passer tout un après-midi à se marrer en imaginant ce que devait subir leur frère dans les cabines d'essayage des grands magasins de mode. Guère charitable, certes, mais très distrayant ! Il rendit un regard compatissant à Bella, surtout lorsqu'elle dit que la lutine brune voulait l'engager dans un shooting photo. Alice avait passé des journées entières à littéralement harceler Rosalie, la suppliant durant des heures et heures, sortant une cascade d'arguments, la plupart assez fous, pour qu'elle accepte de jouer les mannequins. Rose n'avait dû accepter que de guerre lasse, finalement, pour faire taire Alice. Bella était gênée, se raclant un peu la gorge, cependant, elle avait bien fait d'accepter si vite, cela lui avait épargné de très longues heures de souffrance ou de tentatives, vouées à l'échec d'avance, d'esquive. Résister à Alice ? Impossible, elle était beaucoup trop emportée pour que quiconque ait la moindre chance.

– Pour Forks… Eh bien, on va dire que ça va. Comme tu l’as dit, c’est pas vraiment génial et je viens d’une ville beaucoup plus grande avec un climat parfait comparé à ici. Mais ça va. Vous y êtes pour beaucoup, je n’aurais jamais parlé à des habitants avant un mois au moins si vous n’aviez pas été là, Alice et toi. Ils ne sont pas très… encourageants à ce niveau-là. Mais t’inquiètes pas, je survivrai.

Hum, cela restait à voir, mais dans tous les cas, elle n'avait absolument aucun moyen de réaliser le pétrin dans lequel elle était fourrée, jusqu'au bout du nez. Il lui rendit son sourire, presque d'une façon narquoise, ce qui lui échappa car le serveur vint faire diversion en leur demandant ce qu'ils désiraient manger ce soir. Edward la laissa prendre commande puis demanda lui-même un plat tout simple. Peu importe ce qu'il y aura dans cette assiette, cela n'aura ni goût ni saveur, pour lui, comme s'il se contentait d'avaler de l'air. Le seul plat dont il avait vraiment envie était le délicieux liquide vital qui coulait présentement dans les veines de la fille assise en face de lui. Il était très occupé à monter divers stratagèmes pour s'y abreuver, plonger ses lèvres dans ce liquide si rouge et précieux, qui le faisait frémir par avance. Moult stratagèmes ingénieux fleurissaient dans son esprit enfiévré... pour être tous stoppés par l'image de son *** de traqueur de frère. Tss, pourquoi fallait-il qu'il vive sous le même toit que sa petite sœur ?! Il pourrait l'assommer mais s'il se mettait à avoir des doutes... Non, mieux valait attirer Bella chez lui pour dormir. Entre un traqueur et sa famille qui pourrait découvrir son envie de sang humain, l'un des choix était moins risqué que l'autre. S’expliquer avec Carlisle sera sans doute beaucoup plus simple que se retrouver avec ce cher Dylan sur le dos, d'autant plus si les Volturi commençaient à s'y intéresser d'un peu trop près.

– Est-ce qu’il y aura du monde, chez toi ? Je n’ai pas peur, hein, mais heu… Disons que j’ai été un peu traumatisée la première fois que je suis venue, avec Alice. Chez moi, on prend le risque de croiser Dylan, donc c’est vraiment comme tu veux. Je ne veux pas déranger tes parents ni le reste de la famille… Sinon, je suis partante pour une sortie un week-end, je dois aller chercher des bouquins qui ne sont pas disponibles ici. Ou un ciné, ça peut marcher aussi. Mais que regardes-tu comme films, en général ? Et… Pardon.

Il sourit lorsqu'elle mit les mains sur sa bouche en rougissant, accentuant encore un peu la délicate odeur de son sang. Parfait, il n'aura guère trop de mal à l'attirer chez lui, si elle réagissait comme cela. Loin de la méfiance maladive, certes justifiée, de son grand frère, ils auront une formidable paix pour s'adonner à toutes sortes d'activité plus ou moins calmes et plus ou moins légales. Que ce soit chez lui ou lors d'un long week-end en amoureux, loin de tout et seuls au monde, il pourra prendre ce qu'il voulait sans remord ni danger. Il voulait son sang, c'était juste cela qui l'attirait, c'était pour cela qu'il la voulait. Ces veines, si puissantes, si attirantes... Il voulait y planter les crocs et avoir ce magnifique sang pour lui seul, le boire comme il n'avait jamais bu. Peu importe qu'elle ne réalise pas ce qu'il était, le danger extrême qu'il représentait pour elle, ce qu'il lui voulait. Elle était jeune, fraîche, si naïve, prête à se laisser emporter, à être manipulée, sans même ouvrir les yeux. Il goûtera à son sang, ce soir, cette nuit, lorsqu'elle dormira. Edward s'imaginer venir au-dessus d'elle, silencieux comme une ombre, couper sa peau si fine d'un léger coup de croc dans son sommeil, lécher le sang qui coulera de la plaie.

– Désolée. On peut… regarder un film chez toi ou chez moi, sinon, après ?

– Chez moi, ce serait mieux, je n'ai pas très envie de recroiser ton frère, tu m'excuseras. Et puis, vu sa tronche, il ferait mieux de dormir un peu, il est sacrément à cran.

Le serveur revint à ce moment, déposant leurs assiettes devant eux en leur souhaitant un bon appétit, installant aussi une grande carafe d'eau, avec une corbeille de pain, une petite salière, une poivrière et un peu de moutarde, repartant ensuite servir d'autres clients. Edward le remercia, prenant le bout de la carafe entre ses longs doigts pâles pour remplir le verre de Bella puis le sien, avec des gestes rendus élégants par les années. Un morceau de chevreuil recouvert d'une sauce forestière trônait fièrement dans son assiette, à côté de légumes verts et de quelques carottes, avec un peu de salade en guise de décoration. Edward n'était plus certain d'avoir déjà mangé du chevreuil, lorsqu'il était humain, sa famille était plutôt du genre mouton-bœuf-lapin. Ici, ce n'était pas un plat qui coûtait bien cher, il y avait trop de cerfs et de chevreuils, dans la région. Découpant un bout de viande, il le mit dans s abouche, avalant assez vite, ce truc commençant déjà à se dissoudre dans son venin.

– Après les devoirs, je te montrerai les films que j'ai acheté, j'en ai une petite collection. Je regarde un peu de tout, en général, ça dépend de mon humeur du moment. Humour, romance, horreur... J'aime bien les vieux films, en général, ils sont souvent des histoires plus profondes que ce qui sort aujourd'hui. Tu as la permission de minuit, je suppose ?

Il eut un petit rire puis prit son verre pour "boire" un peu d'eau, se demandant vaguement quel goût pouvait bien avoir la viande de cette décennie, en réalité. Ils 'était aussi très souvent demandé quel goût avaient le chocolat, le café, toutes ces choses qu'il n'avait jamais eu l'occasion d'avoir en bouche lorsqu'il était bien humain, un être faible, fragile et sans aucun avenir.

– Ma mère collectionne les romans et toutes sorte de bouquins, tu pourras jeter un œil si tu t'intéresses aux livres. Je ne lis pas beaucoup de romans, je suis plus porté vers les revues scientifiques ou les magazines de découverte, sur un peu tous les domaines. Tu aimes vraiment lire ? Quand on te regarde comme ça, tu n'as pas la tête de l'intello à lunettes toujours fourrée dans les librairies. Si tu as envie d'activités moins légales ou saines, ce soir, tu peux me le dire, je suis toute ouïe.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isabella M. Swan
Lycéen(ne)
avatar

Activité : Présent
Statut : Administrateur/trice
Messages : 151

Âge Rpg : 17 ans
Statut marital : En couple
Particularité : Embryon de bouclier

MessageSujet: Re: Soirée en tête-à-tête   Sam 6 Fév - 23:44

Edward – Chez moi, ce serait mieux, je n'ai pas très envie de recroiser ton frère, tu m'excuseras. Et puis, vu sa tronche, il ferait mieux de dormir un peu, il est sacrément à cran.

Oui… Bon, il n’avait pas tort, Dylan était encore plus bizarre ces derniers temps. Sans oublier le jour où il avait déboulé dans sa chambre sans crier gare pour fermer sa fenêtre, comme s’il était pourchassé par quelque chose alors que tout était extraordinairement calme. Il était devenu fou, ce soir-là ! Et aujourd’hui, il était tout aussi bizarre. Sans doute à cause de ce qu’il couvait. Il était encore plus pâle que d’habitude, toujours sur les nerfs et bien plus enclin à la dispute qu’avant. Pour ne pas aggraver la situation, Bella s’éloignait lorsqu’elle le pouvait, mal à l’aise. Avant, elle pouvait lui en vouloir, lui râler dessus… Mais aujourd’hui, après la discussion qu’ils avaient eue, se disputer avec lui volontairement lui semblait stupide. Même si une petite part d’elle-même lui criait que quelque chose s’était brisé entre eux, que Dylan aurait pu réagir et insister en voyant qu’elle faisait des conneries. Peut-être en demandait-elle trop… ?

Chassant Dylan de ses pensées, Bella remercia le serveur lorsqu’il déposa son assiette devant elle, écartant les couverts. Elle gratifia ensuite Edward d’un sourire lorsqu’il remplit son verre, le remerciant également avec un léger temps de retard tant ses gestes avaient été… C’était possible d’être aussi gracieux ? Elle-même était incapable de s’en tirer comme cela, elle était maladroite au possible. Au moins, elle s’était endurcie. Seulement, à côté d’Edward… Ses gestes l’hypnotisaient, voilà tout. Bella baissa la tête sur son assiette pour regarder ce qu’était le plat du jour… mais fut incapable de dire de quoi il se composait. De la viande, des légumes, oui. Mais heu… C’était quoi, comme viande ? Elle n’avait pas vraiment l’habitude de manger ça, sa mère faisait surtout des barbecues ou des grillades mais pas… Heu. Bon, soit, cela ne pouvait pas l’empoisonner, de toute façon. Bella découpa délicatement un morceau de viande, le portant dans sa bouche avec beaucoup de légumes pour ne pas prendre de risques… et fut agréablement surprise. Plutôt bon !

Edward – Après les devoirs, je te montrerai les films que j'ai acheté, j'en ai une petite collection. Je regarde un peu de tout, en général, ça dépend de mon humeur du moment. Humour, romance, horreur... J'aime bien les vieux films, en général, ils sont souvent des histoires plus profondes que ce qui sort aujourd'hui. Tu as la permission de minuit, je suppose ?

Bella sourit à Edward en hochant la tête après avoir avalé son morceau de viande. C’était assez… dur, en fait, ce n’était pas ce qu’elle mangeait d’habitude. Mais c’était bon, elle était bien obligée de le reconnaître. Elle imagina la chambre d’Edward remplie de DVD et de cassettes, voire des bobines de films pour les « vieux films » dont il raffolait apparemment. Il n’avait pas tort ce coup-ci, Bella elle-même regardait moins de films aujourd’hui parce qu’elle les trouvait ennuyants, vides, ne pleurant même plus devant comme il lui arrivait de le faire avant. C’était pour cette raison qu’elle lisait : les livres, eux, ne la décevaient jamais. Ils étaient là, l’accompagnaient toujours et il y avait toujours moyen de trouver de très bons livres là où les films étaient de plus en plus mauvais. Pour l’instant, il y avait Resident Evil, Vipère au poing et Arsène Lupin qui allaient bientôt sortir et qui pouvaient être pas mal. Mais les autres films ne l’attiraient pas. Entre des histoires de cœur, thriller et enquêtes étranges… Pas terrible. Et encore fallait-il espérer qu’un des cinémas du coin les mette à l’affiche. Bella prit son verre pour boire un peu après avoir déposé ses couverts.

Edward – Ma mère collectionne les romans et toutes sorte de bouquins, tu pourras jeter un œil si tu t'intéresses aux livres. Je ne lis pas beaucoup de romans, je suis plus porté vers les revues scientifiques ou les magazines de découverte, sur un peu tous les domaines. Tu aimes vraiment lire ? Quand on te regarde comme ça, tu n'as pas la tête de l'intello à lunettes toujours fourrée dans les librairies. Si tu as envie d'activités moins légales ou saines, ce soir, tu peux me le dire, je suis toute ouïe.

… Des… avec… elle ? Les joues de Bella prirent une teinte rouge en l’espace de quelques secondes pendant qu’elle redéposait son verre, soudain beaucoup plus concentrée sur son assiette. Bien sûr qu’elle aimait lire ! Elle ouvrit la bouche pour répondre mais en fut incapable, des images s’imposant à son esprit sans qu’elle ne puisse les effacer. Elle aimait beaucoup lire ! Des activités moins légales ou saines… Ayant beaucoup plus chaud, d’un coup, la lycéenne reprit son verre après s’être un peu raclé la gorge pour boire une longue gorgée d’eau dans l’espoir de se rafraîchir un peu. Extérieurement, elle devait avoir l’air stupide à déposer et reprendre son verre comme cela mais elle ne pouvait pas parler, pas dans cet état. Elle vida presque entièrement le contenu de son verre, l’air de rien, se sentant capable de répondre comme si la question d’Edward ne l’avait pas perturbée le moins du monde.

Bella – Et tes parents ? On peut… Je ne sais pas, regarder un film, c’est très bien aussi.

Elle ignorait pourquoi elle n’avait pas dit « non », tout simplement. Elle l’avait déjà fait avec des dizaines de garçons ! Les envoyer balader purement et simplement, leur dire qu’elle n’était pas comme cela, surtout si peu après s’être mis avec eux. Mais ici, non, elle n’y parvenait pas. Edward. Juste Edward. Préférant ne pas rester sur ce sujet, sentant ses joues encore très chaudes et très rouges, Bella reprit la parole en trébuchant un peu au début de sa phrase. Ne pas penser à ça, penser à ce qu’il avait dit ensuite.

Bella – Pou… Pourquoi penses-tu que je ne suis pas une fille qui aime lire ? Quand tu m’es tombé dessus, ça ne comptait pas, j’avais besoin de prendre l’air. Mais je t’assure que je ne suis pas une dépravée ! Au moins, les livres restent corrects et il y a toujours moyen de trouver une bonne histoire. Pas comme ces histoires à l’eau de rose vides qui ne te transportent pas. J’aime imaginer un autre monde possible, c’est pour ça que j’ai besoin de… me divertir parfois.

Edward – Respire, c'était une simple question, dit-il en souriant. Tu es libre de faire ce que tu veux et ce n'est pas ça qui gênera mes parents. Pour les livres, je suis juste curieux, c'est rare de rencontrer une fille de mon âge qui aime ça.

Elle ne savait définitivement plus quoi penser. Il avait l’air… à la fois incroyablement mature et, la seconde d’après, se comportait comme un adolescent de leur classe. C’était perturbant. Et il fallait que Bella se détende, elle avait été prise au dépourvu avec cette question, ne se voyant pas dans cette… tenue à côté d’Edward. Alice, c’était une chose, mais lui ! Bon, dit comme ça, c’était un peu bizarre, mais elle s’était un peu habituée au caractère de son amie et la voir lui faisait du bien, elle avait l’impression de ne pas se faire juger et de pouvoir être elle sans problème. Bella fit un sourire à Edward, baissant la tête sur son assiette pour couper un nouveau morceau de viande. Gros moment de solitude, il avait bel et bien remarqué sa gêne. Mieux valait orienter vers un autre sujet. Les livres, oui, c’était très bien.

Bella – Je ne suis pas comme les filles de mon âge, dit-elle en redressant la tête avec un petit sourire. Je sors, oui, mais tu as bien dû remarquer que je n’étais pas quelqu’un qui… aimait s’approcher des autres. Donc je lis beaucoup. Et puis, quand on fait des bêtises et qu’on n’est pas très doués comme moi, les parents ont tendance à nous priver de sorties. Ce qui nous oblige à passer de looongues journées en compagnie de livres.

Edward – Et qu'aimes-tu d'autres en plus des livres ?

Mais c’était un véritable interrogatoire ! Il voulait connaître le plus de choses sur elle en une seule soirée ? Bella n’était pas vraiment habituée à un tel intérêt de la part d’un garçon, surtout un garçon comme Edward. En général, les conversations qu’elle avait eue avec ses anciens copains tournaient autour des devoirs, des sorties prévues et des meilleurs endroits pour acheter de la drogue. Hum… Oui, bon, d’accord, elle devait bien admettre qu’elle avait fait n’importe quoi à Phoenix. Maintenant qu’elle avait parlé avec Dylan, son comportement lui semblait puéril. Elle voulait seulement rêver ! Penser à autre chose, s’échapper aussi loin que possible… Et avait fait d’énormes conneries. Bella porta son morceau de viande coupé en bouche, le mâchant pour réfléchir à ce qu’elle pouvait répondre. Ce qu’elle aimait d’autre… La chimie. Jouer avec les éléments, faire des expériences. Elle adorait ça. Et le soleil ! Evidemment, il y avait le soleil. Ce qui lui manquait le plus, ici. Lorsqu’elle eut fini sa bouchée, Bella put enfin répondre, trouvant ses goûts banals mais elle n’avait rien de mieux.

Bella – Je vais encore te choquer si je te dis que j’adore la chimie ? Quand j’étais petite, avec Dylan, on s’amusait beaucoup avec les émissions scientifiques pour les enfants et on faisait tout un tas d’expériences. J’adorais ça… Même si aujourd’hui, ce n’est plus la même chose. Voir comment deux corps réagissent lorsqu’ils sont mis l’un à côté de l’autre, voir les choses bouger… J’aime beaucoup la biologie aussi, évidemment. Tu imagines toute la vie qu’il y a, partout ? C’est incroyable.

Bella eut un petit sourire rêveur, un regard émerveillé en imaginant tout ce qui était autour d’elle. C’était assez simple, en réalité, mais elle aimait voir tout cela et se dire que non, ils n’avaient pas le monopole en tant qu’êtres humains. Il y avait sûrement plein d’autres espèces qu’ils ne connaissaient pas et qu’ils devaient découvrir. Réalisant qu’elle devait paraître complètement allumée pour Edward, elle eut un rire d’excuse et but un peu d’eau avant de le regarder de nouveau, piquant à nouveau dans son assiette avec sa fourchette.

Bella – Je suis saine d’esprit, je t’assure. Si tu veux une réponse plus banale, j’aime le soleil. Ce qui n’est pas gagné, donc je me cantonne à mes livres, aux sorties quand je peux et à la chimie. Mais moi aussi, j’ai le droit de t’interroger ! Qu’est-ce qu’aime monsieur le dévoreur de films et de livres ? J’imagine déjà ta chambre remplie de DVD et de vidéos mais je suppose qu’il n’y a pas que cela. Je sais que tu fais du piano, que tu te débrouilles très bien d’ailleurs. Il y a d’autres secrets que je ne connais pas et qui m’étonneraient ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edward Cullen
Lycéen(ne)
avatar

Activité : Présent
Statut : Membre
Messages : 38

Âge Rpg : 17 ans / 86 ans
Statut marital : Célibataire
Particularité : Télépathe

MessageSujet: Re: Soirée en tête-à-tête   Ven 1 Avr - 9:13

Hum, sans doute devrait-il lui parler de ce genre de choses, plus souvent, la rougeur flamboyante de ses joues rendait son odeur d'autant plus attirante et délicieuse, maintenant que son visage prenait une teinte assez écarlate. Il sourit en la voyant lever puis déposer son verre cinq fois de suite en cherchant une contenance. Plutôt mignonne, lorsqu'elle était gênée. Il "mangea" un peu ce qu'il y avait dans son assiette, sans pouvoir en définir le goût, veillant tout de même à ne pas afficher un air dégoûté. Il s'était habitué au murmure incessant des pensées autour d'eux, parvenant à les commuer en un bruit de fond qui ne le dérangeait plus. Au début, lorsqu'il y avait foule, c'était beaucoup plus difficile, il devait se recentrer sur ses propres pensées puis, à peu, à peu, s'isoler des autres pour ne pas être rendu fou par ces voix permanentes qu'il captait. Dans un tel endroit, avec si peu de monde, la tâche était plus aisée, d'autant plus que la merveilleuse odeur du sang de Bella lui fournissait déjà une très belle distraction et l'obligeait à s'y focaliser, oubliant les centaines de pensées incessantes qu'il percevait au-delà. Il ne devrait guère se plaindre, ayant appris à composer avec son don, c'était bien différent de ses premières années où il ne contrôlait rien du tout et en souffrait énormément.

– Et tes parents ? On peut… Je ne sais pas, regarder un film, c’est très bien aussi.

Oh, ses parents ne s'amusaient guère à surveiller ce qui se passait lorsqu'il ramenait un ami à la maison, chacun essayait au maximum de respecter la vie privée des autres ! Autrefois, oui, ils ne ramenaient jamais aucun humain chez eux, par peur des accidents, malentendus, découvertes accidentelles. Aujourd'hui, ce point était plus détendu car une famille restant sans cesse à l'écart et n'invitant jamais personne devenait automatiquement suspecte, surtout dans pareille bourgade. C'est pour cela qu'il n'était plus rare de voir un collègue de Carlisle, une amie d'Esmée, un "amie" de lycée d'un de ses frères et sœurs, surtout Emmett et Alice, plus sociables et ouverts que n'importe qui d'autre. Le tout était de prendre garde aux apparences, un jeu auquel ils s'adonnaient depuis de bien nombreuses années, comme tous les vampires ayant choisi de vivre au contact des humains. Edward sourit légèrement à cette pensée, songeant qu'il ne devait guère y avoir tant de vampires aimant ce genre d'existence. Les gardes et espions des Volturi étant bien sûr une exception, vivant par obligation avec les humains et étant sans doute ceux qui étaient le plus à l'aise à cet exercice, ironiquement. Il paraît que certains d'entre eux étaient même mariés à des humains, sans que ces derniers aient la moindre conscience de la nature véritable de leur compagnon. La manipulation à ce niveau devenait fascinante.

– Pou… Pourquoi penses-tu que je ne suis pas une fille qui aime lire ? Quand tu m’es tombé dessus, ça ne comptait pas, j’avais besoin de prendre l’air. Mais je t’assure que je ne suis pas une dépravée ! Au moins, les livres restent corrects et il y a toujours moyen de trouver une bonne histoire. Pas comme ces histoires à l’eau de rose vides qui ne te transportent pas. J’aime imaginer un autre monde possible, c’est pour ça que j’ai besoin de… me divertir parfois.

– Respire, c'était une simple question, dit-il en souriant. Tu es libre de faire ce que tu veux et ce n'est pas ça qui gênera mes parents. Pour les livres, je suis juste curieux, c'est rare de rencontrer une fille de mon âge qui aime ça.

"De son âge", le détail qui venait tout gâcher. Elle sourit en baissant la tête sur son assiette, loupant ainsi le regard très ironique qui lui lança. Nul doute qu'elle n'aura guère le même corps lorsqu'elle aura son âge, si elle vivait aussi longtemps. Les humaines vivaient en général plus âgées que les hommes, et ce depuis toujours, peut-être arrivera-t-elle à dépasser la barre des cents ans, qui sait ? La médecine évoluait bien vite et elle vivait dans un pays riche où les soins pouvaient vous sauver d'une mort précoce. A moins qu'un détail ne vienne tout gâcher, u, détail comme lui-même. En tout cas, il y avait d'autres "détails" dans cette ville qui allaient sûrement raccourcir prématurément la vie de son très cher frère. Edward but un peu d'eau avec lenteur, conscient qu'il devait rester prudent avec Bella tant que ceux-là étaient dans le coin. Il n'avait guère envie de goûter au don de Jane parce qu'il avait voulu aller trop vite ou parce qu'il avait mit en péril le secret de leur monde. Il détestait vraiment savoir les quatre Volturi dans la région, bien qu'il sache très bien qu'ils n'étaient là que pour l'ennemi légendaire et naturel de leur race, celui qui ne disparaîtra sans doute jamais. Si Edward ne s'inquiétait pas vraiment, il savait que ce n'était pas une histoire à prendre à la légère, que ces monstres puissent être présent était un souci nettement plus grave que son problème d'addiction au sang humain. L'un était un problème mortel pour toutes les espèces de ce monde, humains et vampires, l'autre n'était un problème que pour Bella.

– Je ne suis pas comme les filles de mon âge, dit-elle en redressant la tête avec un petit sourire. Je sors, oui, mais tu as bien dû remarquer que je n’étais pas quelqu’un qui… aimait s’approcher des autres. Donc je lis beaucoup. Et puis, quand on fait des bêtises et qu’on n’est pas très doués comme moi, les parents ont tendance à nous priver de sorties. Ce qui nous oblige à passer de looongues journées en compagnie de livres.

– Et qu'aimes-tu d'autres en plus des livres ?

Ce n'était guère plus mal qu'elle s'isole souvent, volontairement ou non, des autres, ce sera plus facile pour lui de se lier à elle et d'imaginer des stratagèmes pour boire son sang sans qu'elle ne le réalise. Il devait se rapprocher d'elle et donc la connaître, sonder son esprit sans pouvoir utiliser son don. Il était frustrant que cela ne fonctionne guère sur elle mais soit, il s'adaptera. Elle réfléchissait à sa réponse, tout en mangeant, tandis que lui aussi avalait quelques bouchées sans saveur. Ce devait être bon, pour elle, les autres clients semblaient apprécier aussi.

– Je vais encore te choquer si je te dis que j’adore la chimie ? Quand j’étais petite, avec Dylan, on s’amusait beaucoup avec les émissions scientifiques pour les enfants et on faisait tout un tas d’expériences. J’adorais ça… Même si aujourd’hui, ce n’est plus la même chose. Voir comment deux corps réagissent lorsqu’ils sont mis l’un à côté de l’autre, voir les choses bouger… J’aime beaucoup la biologie aussi, évidemment. Tu imagines toute la vie qu’il y a, partout ? C’est incroyable.

Elle s'était mise à sourire avec l'air émerveillée d'une enfant en déballant ses cadeaux le jour de Noël, ce qui faillit faire rire Edward, d'autant plus lorsqu'elle se mit à rire aussi. D'accord, donc on avait affaire à une future scientifique, c'était le genre de vocations qui se décidait dès l'enfance, sans qu'on ne le réalise vraiment. Que voulait-elle devenir ? Bactériologiste ? Chimiste ? Chercheuse en science animale ou végétale ? Ou bien chercheuse spécialisée dans les maladies incurables ou les épidémies ? Ou même journaliste scientifique, passant son temps à écrire des thèses et publiant des bouquins de ses recherches. Elle pouvait aussi se destiner à donner des cours dans des universités de sciences, être une scientifique parcourant le monde entier pour étudier un de ses sujets de prédilection, diriger un laboratoire ou un centre de recherches, bref, les possibilités étaient particulièrement nombreuses. Voilà exactement ce que regrettait Rosalie, par ailleurs, ne pouvoir vieillir et avancer, avoir accès à de nombreux métiers car elle faisait "trop jeune", par son apparence, pour pouvoir exercer beaucoup d'emplois. Ils ne pouvaient prétendre à avoir fait dix ans d'études dans un domaine lorsqu'on leur donnait vingt ou vingt-deux au grand maximum.

– Je suis saine d’esprit, je t’assure. Si tu veux une réponse plus banale, j’aime le soleil. Ce qui n’est pas gagné, donc je me cantonne à mes livres, aux sorties quand je peux et à la chimie. Mais moi aussi, j’ai le droit de t’interroger ! Qu’est-ce qu’aime monsieur le dévoreur de films et de livres ? J’imagine déjà ta chambre remplie de DVD et de vidéos mais je suppose qu’il n’y a pas que cela. Je sais que tu fais du piano, que tu te débrouilles très bien d’ailleurs. Il y a d’autres secrets que je ne connais pas et qui m’étonneraient ?

– Laisse-moi réfléchir aussi, sourit-il en avalant ce qu'il avait dans la bouche. Je suis très curieux et touche-à-tout, il n'en faut pas beaucoup pour que je m’intéresse à quelque chose. J'aime les sciences aussi, ça doit être à cause de mon père, qui m'a transmis sa passion.

Il lui parla un peu de ce qu'il déjà étudié en médecine, relatant une fois où il avait passé deux bonnes heures à interroger Carlisle sur un de ses sujets de recherche. Assis dans son bureau avec lui, il lui avait posé milles questions, voulant comprendre, fasciné par ce qu'on pouvait découvrir dans le corps lorsqu'on savait où chercher. Le corps humain était une machine très complexe et difficile à cerner avec rigueur, ils 'était beaucoup plu à en sonder les mécanismes et comprendre leur fonctionnement. Il restait encore des choses à découvrir, Edward avait hâte que la médecine avance encore. Le cerveau à lui seul était d'une difficulté incroyable à comprendre et déchiffrer, tant de secrets leur échappaient encore.

– Pour le reste, c'est assez banal, poursuivit-il en continuant de manger. Le piano, oui, j'aime bien composer de nouvelles chansons lorsque l'envie m'en prend. Sinon, c'est des soirées jeux vidéo avec Emmett, des balades seuls ou avec ma famille, la lecture, les films... Rien de très original, il faut avouer. J'adore voyager, même si ce n'est pas très loin, me plonger plus ou moins longtemps dans un autre endroit moins familier est toujours très agréable, il y a des milliers de choses à voir lorsque tu sais regarder.

Certains pays étaient très attirants, d'autres moins, tout dépendait de nos envies du moment. Il sourit à Bella, tout en buvant une longue gorgée d'eau, reposant ensuite son verre pour reprendre sa fourchette, lui avouant qu'il avait toujours voulu aller un jour au Népal, par exemple, ou dans ce genre de pays peu peuplés avec des mentalités à l'opposé de ce qu'ils avaient aux Etats-Unis.

– J'espère partir cette année, en tout cas, pour deux ou trois semaines. Ce serait prématuré de penser à t'emmener en vacances ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isabella M. Swan
Lycéen(ne)
avatar

Activité : Présent
Statut : Administrateur/trice
Messages : 151

Âge Rpg : 17 ans
Statut marital : En couple
Particularité : Embryon de bouclier

MessageSujet: Re: Soirée en tête-à-tête   Dim 24 Avr - 15:54

Edward – Laisse-moi réfléchir aussi, sourit-il en avalant ce qu'il avait dans la bouche. Je suis très curieux et touche-à-tout, il n'en faut pas beaucoup pour que je m’intéresse à quelque chose. J'aime les sciences aussi, ça doit être à cause de mon père, qui m'a transmis sa passion.

Bella sourit d’un air attendri, écoutant avec attention ce qu’Edward lui racontait. C’était curieux, mais elle éprouvait des difficultés à l’imaginer plus jeune. Était-il du genre turbulent ? Ou plutôt plongé dans des livres à longueur de journées ? Comment vivait-il avec Carlisle ? Et, encore avant, lorsqu’il était tout seul ? L’adolescente n’osait pas l’interroger, de peur de raviver d’anciens souvenirs douloureux. Il avait été abandonné, lui aussi, si Carlisle l’avait adopté. Ce qu’il disait, pourtant, n’était pas teinté de tristesse et il semblait sincèrement aimer son père adoptif. Elle l’imaginait bien lui poser de nombreuses questions, le voyait plus petit que son père même si elle ne distinguait pas les traits de son visage. Pauvre Carlisle, se faire harceler de questions… Cela avait dû lui faire plaisir, le toucher, oui, mais il avait tout de même dû passer de longues, très longues heures à tout lui expliquer.

Et le résultat était bénéfique ! Aujourd’hui, Edward connaissait énormément de choses sur le sujet, il s’y intéressait vraiment, comme elle avec la chimie et les expériences biologiques. Elle était soufflée par l’étendue de ses connaissances, l’image « enfant plongé dans ses bouquins » s’imposant de plus en plus à ses yeux. Réalisant qu’elle ne mangeait plus depuis qu’il s’était lancé, Bella secoua très brièvement la tête pour se reprendre et but un peu avant de piquer distraitement dans son assiette, absorbée par ce qu’Edward lui racontait. Autour d’eux, les conversations avaient baissé d’un ton, les couples étant lancés dans leur dégustation. Ils étaient les plus jeunes, d’ailleurs… Ce qui n’était pas très étonnant, les couples de moins de vingt ans dans cet endroit étaient rares, voire inexistants, ce restaurant n’était pas des plus connus – loin de là. Surtout qu’ils ne pouvaient, officiellement, pas boire d’alcool. Enfin, peu importe. Etonnamment, cela ne la dérangeait pas. Pas aujourd’hui. Edward avait l’air mature, elle s’était habillée et avait quitté ses vêtements de lycéenne habituels pour venir. Ils n’avaient, donc, pas l’air d’adolescents même pas diplômés.

Edward – Pour le reste, c'est assez banal, poursuivit-il en continuant de manger. Le piano, oui, j'aime bien composer de nouvelles chansons lorsque l'envie m'en prend. Sinon, c'est des soirées jeux vidéo avec Emmett, des balades seuls ou avec ma famille, la lecture, les films... Rien de très original, il faut avouer. J'adore voyager, même si ce n'est pas très loin, me plonger plus ou moins longtemps dans un autre endroit moins familier est toujours très agréable, il y a des milliers de choses à voir lorsque tu sais regarder.

Bella hocha la tête tout en mangeant, voyant défiler des photographies de dizaines de pays devant ses yeux. Elle avait déjà voyagé avec Renée, énormément, même. Tous les ans, dès qu’ils avaient des vacances, elle les emmenait quelque part. Peu importe qu’il y fasse beau ou pas, elle ne se préoccupait pas de la météo et avait, comme seul souci en tête, le dépaysement et les choses à voir. Elle aimait visiter les vieilles pierres, voir de nombreux paysages magnifiques, convaincue que « le voyage forge la jeunesse ». Ce qui n’était pas faux puisque, aujourd’hui, Bella gardait des souvenirs mémorables de son enfance et du début de son adolescence. En fait, maintenant qu’elle y pensait, tout allait bien lorsqu’elles étaient en vacances. Renée s’occupait plus ou moins d’eux, prise d’une frénésie de voyage après son divorce. C’était la seule chose que Bella reconnaissait à sa mère : les voyages et leurs bénéfices. Elle avait tant appris, dans les autres pays…

Au même moment, Edward lui avoua qu’il avait toujours voulu aller au Népal, fourchette en main. Le Népal ? Non, ce pays-là, elles ne l’avaient pas fait. Ils avaient visité les environs, oui, mais une seule fois seulement parce que le temps était tellement mauvais que Dylan et elle avaient beaucoup râlé. Faute de quoi, Renée avait compris qu’ils avaient des limites et que certains climats étaient intolérables pour eux. Ils étaient, d’ailleurs, tombés malades en même temps durant toute une semaine à cause des sangsues. Après s’être baignés dans un lac, ils en avaient découvert plusieurs sur eux, avec les maladies qu’elles apportaient. Au lit pendant une semaine avant d’aller mieux. Jusqu’à ce jour, Bella croyait dur comme fer que les sangsues n’étaient pas néfastes pour l’homme, qu’elle ne risquait absolument rien. Oui. Ou pas. Il devait y avoir une limite d’âge, ils étaient sûrement trop jeunes, trop fragiles. Cette région avait été bannie de la liste de Renée qui avait affirmé qu’ils n’iraient plus là-bas avant qu’ils n’aient une vraie défense immunitaire.

Edward – J'espère partir cette année, en tout cas, pour deux ou trois semaines. Ce serait prématuré de penser à t'emmener en vacances ?

Bella – Tu… Tu es sérieux ? demanda-t-elle en faisant de gros yeux. M… Moi ? Heu…

Wow. C’était le seul mot qui lui venait à l’esprit. Bella était tombée sur une perle rare, aucun doute là-dessus. Elle le dévisagea un moment, cherchant à déceler la plaisanterie, mais non. Il avait l’air sérieux. Et Dylan voulait qu’elle ne lui fasse pas confiance, qu’elle le quitte ? C’est ça ! Edward était mature, responsable, cela se voyait dans son comportement. Il ne parlait pas comme les autres, son regard avait quelque chose de… différent. Elle n’arrivait pas à déterminer quoi précisément, mais il était, et de loin, le meilleur de tous les garçons avec lesquels elle était sortie. En plus, il ne se droguait pas. Ne fumait pas. Du moins, elle ne l’avait jamais vu fumer et elle doutait que son père le laisse faire vu qu’il était médecin. Alors, franchement, qu’est-ce que Dylan avait à lui reprocher ?! Bella bondissait de joie, intérieurement, ne s’attendant pas du tout à une question sincère de ce type-là. Bon, objectivement, oui, c’était prématuré de penser à l’emmener en vacances, mais elle en rêvait. Partir de Forks pendant trois semaines, être loin de cet endroit grisâtre et déprimant. S’il y pensait, elle n’allait certainement pas lui dire non. A un détail près. Un tout petit. Vraiment, rien d’important.

Bella – Charlie… Il y a encore le temps mais il faudrait que je me tienne tranquille pour qu’il l’accepte. Vraiment tranquille, plus d’incartades, rien du tout. Le genre « fille modèle ». Je ne vais pas te dire que c’est prématuré d’y penser, mais lui oui, c’est mon père. Moi, objectivement, je serais la plus heureuse du monde si je pouvais partir plusieurs semaines loin d’ici.

Elle se retint difficilement d’ajouter « surtout si c’est avec toi » et but simplement une longue gorgée d’eau pour être le plus naturel possible sans qu’il ne se doute de ce qu’elle pensait vraiment. Elle était calme. Plus ou moins. Après tout, Charlie ne pouvait pas l’empêcher de partir si elle se tenait tranquille et si elle avait de bonnes notes. Renée les emmenait en voyage tout le temps ! Il lui suffirait de convaincre Charlie, sinon sa mère puis son père. Si elle appuyait sur le « je suis sage, maintenant, je vais beaucoup mieux », c’était bon. Peut-être même Edward pourrait-il l’aider… Si Renée le voyait, elle serait rassurée, non ? Il n’avait pas un physique de délinquant et son père était médecin.

Bella – Si tu y penses toujours quand tu planifieras tes vacances, je tâcherai d’être tranquille. Je peux faire un effort et ma mère ne dira pas non si elle te voit. Elle nous emmenait tout le temps en vacances dans un pays différent, peu importe le climat. On avait déjà le soleil à Phoenix, pourquoi vouloir le rechercher ailleurs ? Le but, c’était d’être dépaysé. Par contre… Le Népal, si tu veux un conseil, évite. Sauf si tu t’armes contre les sangsues et que tu as une bonne défense immunitaire. On est allés dans les environs une fois et, Dylan et moi, on est tombé gravement malades à cause des sangsues et du climat.

Ce qu’elle évita de dire était qu’ils avaient très mal enlevé les sangsues, Dylan et elle, ce jour-là. A douze ans, le premier réflexe que l’on a lorsque l’on voit des bestioles collées à soi est de les arracher purement et simplement. Ce qu’il ne faut surtout pas faire avec des sangsues. Mais bon, dire cela à un fils de médecin… Mieux valait l’éviter, il lui rirait au nez à coups sûrs et elle ne voulait pas passer pour une idiote. Même si cela faisait plusieurs années et qu’ils ne pouvaient pas savoir. Bella porta un nouveau morceau de viande à sa bouche, le mâchant et terminant sa bouchée avant de poser son regard sur Edward.

Bella – Est-ce que tes parents accepteraient ? Ce n’est pas la même chose que regarder un film, c’est un voyage. On est tous les deux jeunes et, partir comme ça, dans un autre pays… Ils sont si ouverts que cela ? Pardon, je ne veux pas te vexer, j’imagine seulement les médecins comme… des personnes très carrées et méticuleuses, que tout doit suivre. Ce ne serait pas plus mal, hein ! Mais je veux dire… Ils te laissent souvent partir comme ça ? Ils n’ont pas peur qu’il t’arrive quelque chose ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Soirée en tête-à-tête   

Revenir en haut Aller en bas
 
Soirée en tête-à-tête
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Soirée du vendredi 15 Octobre 2010
» Soirée du Vendredi 13 Aout 2010 chez Fouman
» Soirée arcade TRIBUTE TO IREM
» Soirée du Vendredi 22 Octobre 2010
» Soirée du Vendredi 29 Octobre 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Enfant du crépuscule :: Etat de Washington :: District d'Olympic :: Forks :: Commerces et Restaurants-
Sauter vers: