Le monde a changé, les vampires aussi, les humains sont prêts pour la guerre...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un peu d'honnêteté

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dylan C. Swan
Enquêteur
avatar

Activité : Présent
Statut : Fondateur
Messages : 51

Âge Rpg : 21 ans
Statut marital : Parfois célibataire
Particularité : Traqueur

MessageSujet: Un peu d'honnêteté   Mer 15 Juin - 14:27

Il avait la matinée pour agir, ce sera peut-être suffisant. Dylan enfila sa veste puis sortit, laissant Bella finir son petit-déjeuner, comme Raven qui n’avait pas levé le nez de son dessin animé. Se fourrant dans sa voiture, il démarra bien vite, prenant directement la route de l’hôpital, tout en s’appliquant à respirer doucement et tranquillement. Il avait encore mal, avait toujours les nerfs à vif, voulait toujours casser quelque chose pour se défouler. Et surtout, il avait l’esprit en ébullition. Il roula ainsi jusqu’à l’hôpital, se garant sur la première place libre venu avant de filer vers l’accueil. Il y avait un peu de monde, l’agitation habituelle entre les blessés du jour, ceux qui venaient pour une opération ou un long traitement et les familles et amis en visite, sans oublier les rendez-vous médicaux avec les différents spécialistes. Dylan patienta plus ou moins calmement dans la queue, tapotant du pied, la gorge serrée. A un moment, une infirmière s’approcha en lui indiquant que pour les urgences, ce n’était pas le bon endroit, et qu’elle pouvait l’accompagner là-bas pour qu’il soit pris en charge. Il souffla que ce n’était pas la peine, il allait très bien.

Son interlocutrice n’avait pas l’air convaincu, s’apprêtant à appeler un autre lorsque ce fut son tour, à l’accueil. Il fila très vite et demanda à voir le docteur Cullen, en urgence, si c’était possible, entendant du même coup le petit bruit étouffé de l’infirmière derrière lui, qui marmonna « Ah oui, faudrait... ». La secrétaire appela d’abord le médecin pour le prévenir, pendant que Dylan se retenait au comptoir pour rester bien droit. Bon, il pouvait y filer ? Il refusa encore d’être accompagné, assurant qu’il n’allait pas s’évanouir, partant ensuite à grands pas à l’ascenseur. Il ne parvenait pas à se calmer, c’était complètement impossible après ce qui s’était déroulé cette nuit ! En arrivant au bon étage, il trouva le docteur à la porte de son bureau, il avait ouvert en l’entendant arriver sans doute. Ils en avaient les moyens… Il marmonna un bref « bonjour » en entrant dans le bureau, incapable d’adopter un ton un minimum poli. Se retournant pour faire face au docteur, il le dévisagea comme s’il ne l’avait jamais vu, cherchant les ressemblances avec Démétri, avec les vampires… Donc ça incluait la soit-disant « famille » du traqueur qu’il avait vu brièvement.

– J’ai reçu la « visite » de Démétri cette nuit, lança-t-il sans préambule. Et j’ai pu apprendre ce qu’il est. Et surtout comprendre plus de choses, je…

Dylan s’interrompit, la gorge serrée, puis fondit en larmes sans crier gare, culpabilisant comme jamais de craquer comme ça, bêtement. Il recula lorsque le docteur tendit une main vers lui, bafouillant qu’il ne voulait pas qu’on le touche. Il se contenta de se laisser tomber sur une chaise en bois dans le coin de la pièce, en inspirant profondément pour se calmer. Tout allait bien, tout allait très bien.

– Vous êtes un vampire, vous aussi, n’est-ce pas, comme votre fils ? dit-il en redressant la tête. C’est bon, je sais ce qu’on me veut, ce que Démétri me veut, lui et son clan, je sais que je n’ai même plus un an à vivre. Mais ma sœur ? Qu’est-ce que voulez à ma sœur ?! Si votre fils a l’intention de la mordre ou de la tuer… Elle a le droit d’avoir une vie normale !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carlisle Cullen
Médecin
avatar

Activité : Présent
Statut : Membre
Messages : 32

Âge Rpg : 23 ans / 361 ans
Statut marital : Marié
Particularité : Médecin

MessageSujet: Re: Un peu d'honnêteté   Sam 18 Juin - 18:42

La jeune femme reprit sa fille par la main avant de quitter la salle d'examens, avec un "au revoir" assez fatigué. Le médecin le lui rendit, tâchant de lui sourire tout de même, en voyant à quel point elle était démoralisée. Il était toujours difficile de vivre ainsi, avec un enfant ayant une maladie de longue durée, en plus de la souffrance de voir son enfant en peine, cela imposait un rythme de vie très ardu à tenir. La matinée était encore très peu avancée et il y avait peu de monde. Les infirmières passaient dans les couloirs pour amener le repas du matin aux personnes hospitalisées, les personnes de garde cette nuit repartaient chez elle pour se reposer et les nouvelles équipes se préparaient pour partir à leur poste. Carlisle rentra dans son propre bureau pour se consacrer à toute la paperasse administrative qui attendait depuis la fin de la semaine dernière, commençant par les rapports qu'il devait lire puis envoyer un résumé aux familles, qui attendaient le résultat de leurs examens. Installé à son bureau, il y consacra toute à l'heure suivante, tâchant de travailler assez vite, en traitant en priorité les dossiers les plus urgent, en termes médicaux. Il était plongé dans tout cela, passant sur des dossiers moins urgents, lorsque l'accueil de l'hôpital l'appela pour lui demander s'il pouvait recevoir un jeune homme, Dylan Swan, qui "ne semblait pas aller très bien, très nerveux et prêt à s'effondrer".

Carlisle accepta assez vite, raccrochant le téléphone noir avec un léger soupir. Il se doutait de ce qui amenait ce jeune homme ici, d'après ce qu'Alice avait pu voir, lorsqu'elle s'était efforcé de percer ce qui attendait le jeune homme dans les prochains jours, en se concentrant exclusivement sur lui. Plus personne ne pouvait rien pour lui, désormais, la seule personne ayant le pouvoir de faire cesser les choses ne le fera jamais, quoi qu'il arrive. Le docteur rangea avec soin le dossier qu'il était en train de consulter, remettant un peu sa blouse en place avant de se lever. Il alla à la porte de son bureau pour ouvrir en entendant l’ascenseur grincer un peu et s'arrêter à son étage, jetant un regard dans le couloir. Le jeune Dylan semblait en effet prêt à s'effondrer... Il le salua à peine en entrant, Carlisle s'écartant avant de refermer la porte. Le jeune homme se mit à le dévisager assez froidement, pendant que Carlisle faisait de même. Certains signes ne trompaient pas, il était vraiment sur le point de subir une transformation définitive. Bientôt un nouveau membre pour le clan le plus dangereux de ce monde, les Volturi étant en quelque sorte les "Parrains" de leur monde, si on veut reprendre les termes de la pègre humaine.

– J’ai reçu la « visite » de Démétri cette nuit, lança-t-il sans préambule. Et j’ai pu apprendre ce qu’il est. Et surtout comprendre plus de choses, je…

Il s'effondra tout à coup en lourds sanglots, sans prévenir, reculant lorsque Carlisle voulut le prendre par l'épaule pour le pousser vers une chaise et qu'il s'assoit, ou du moins le soutenir s'il devait s'évanouir. Il avait simplement bafouillé qu'il refusait qu'on le touche, s'asseyant de lui-même sur une petite chaise près de la porte. Donc, oui, il savait bien ce qu'on lui voulait exactement, et donc avait dû comprendre aussi ce qu'était leur propre famille, ce qu'était Edward et Alice. Carlisle recula, pour ne pas l'étouffer ou en rajouter, s'asseyant à son tour sur une chaise face à son bureau, où il recevait parfois des patients. Il attendit patiemment que le jeune homme reprenne son calme et respire plus doucement.

– Vous êtes un vampire, vous aussi, n’est-ce pas, comme votre fils ? dit-il en redressant la tête. C’est bon, je sais ce qu’on me veut, ce que Démétri me veut, lui et son clan, je sais que je n’ai même plus un an à vivre. Mais ma sœur ? Qu’est-ce que voulez à ma sœur ?! Si votre fils a l’intention de la mordre ou de la tuer… Elle a le droit d’avoir une vie normale !

– Ta jeune sœur ne risque rien, répondit-il d'un ton paisible. Notre famille est un peu... à part, dans notre monde. Nous avons fait le choix de cesser de nous nourrir du sang humain pour nous contenter de celui des animaux. Edward ne veut donc aucun mal à Bella et ne désire pas son sang. Tu peux lui en parler directement, je t'assure que ce n'est pas ainsi que notre famille fonctionne. C'est aussi pour cela que nous pouvons nous mêler plus facilement aux humains et vivre à leur contact.

Qu'il soit au moins rassuré sur cela, Edward suivait les règles de leur famille et ne pouvait pas désirer le sang de la nouvelle amie d'Alice, il s'approchait d'elle pour ce qu'elle était, pas parce qu'il désirait la tuer ou que savait-on encore. Il l'approchait parce qu'elle l'intéressait en tant que personne, jeune fille, pour son caractère ou il ne savait quoi encore, rien de plus, rien de moins. Dylan ne le croyait sans doute pas, cela dit, surtout étant donné son état de nervosité grandissant et sa confusion. Carlisle ne savait pas ce qu'il pouvait lui affirmer de plus, concernant Bella, afin qu'il soit au moins rassuré pour ce sujet.

– Démétri nous connaît, il pourra lui aussi te dire que ce n'est pas pour son sang que Edward tourne autour de ta petite sœur. Je peux comprendre que tu sois bouleversé d'apprendre tout cela ainsi... Je peux te dire que Bella ne risque rien, en revanche, je pense que tu devrais t'inquiéter avant tout pour toi-même. Combien de fois Démétri ta-t-il déjà mordu sérieusement en plus de te faire boire son propre sang ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dylan C. Swan
Enquêteur
avatar

Activité : Présent
Statut : Fondateur
Messages : 51

Âge Rpg : 21 ans
Statut marital : Parfois célibataire
Particularité : Traqueur

MessageSujet: Re: Un peu d'honnêteté   Sam 25 Juin - 16:23

– Ta jeune sœur ne risque rien, répondit-il d'un ton paisible. Notre famille est un peu... à part, dans notre monde. Nous avons fait le choix de cesser de nous nourrir du sang humain pour nous contenter de celui des animaux. Edward ne veut donc aucun mal à Bella et ne désire pas son sang. Tu peux lui en parler directement, je t'assure que ce n'est pas ainsi que notre famille fonctionne. C'est aussi pour cela que nous pouvons nous mêler plus facilement aux humains et vivre à leur contact.

Dylan releva la tête pour lui lancer un long regard, sourcils froncés. Ne se nourrir que du sang des animaux, qu’est-ce que c’était que cette histoire ? C’était possible ? Et pourquoi ? Il avait beaucoup de mal à les croire, même s’il admettait que voir un vampire médecin, c’était extrêmement bizarre. Il tapota un peu des doigts sur ses genoux, voyant l’air sincère du docteur et hésitant pourtant à le croire, il savait très bien qu’ils pouvaient être de bons comédiens. Et même, en admettant que ce type ne veuille aucun mal à Bella, il restait un souci majeur : que voulait-il d’elle ? Se rapprocher peu à peu puis, un jour, la mordre une fois qu’elle aura accepté l’idée ? Il pouvait très bien la manipuler, même avec l’amour, pour qu’elle en arrive à ça. C’était même le seul et unique moyen car, sinon, qui accepterait volontairement de perdre familles et amis pour devenir un monstre de la mythologie ? Aucun « avantage », aucun pouvoir ne valait la peine de faire croire à votre propre mort à vos amis, à vos parents, à vos frères et vos sœurs. Rien ne valait qu’on abandonne absolument tout, du jour au lendemain, si on avait le choix. A moins d’être profondément égoïste et de se moquer royalement de la souffrance de vos proches lors de votre prétendue mort. Et, parfois, de leur fait perdre toute une vie à vous rechercher, s’ils ne croyaient pas à la mise en scène de votre fin.

– Démétri nous connaît, il pourra lui aussi te dire que ce n'est pas pour son sang que Edward tourne autour de ta petite sœur. Je peux comprendre que tu sois bouleversé d'apprendre tout cela ainsi... Je peux te dire que Bella ne risque rien, en revanche, je pense que tu devrais t'inquiéter avant tout pour toi-même. Combien de fois Démétri ta-t-il déjà mordu sérieusement en plus de te faire boire son propre sang ?

– Quelle importance ça peut avoir pour vous ? siffla-t-il. Ce n’est pas de ça que je suis venu vous parler. Cette affaire me regarde, je sais ce que je risque et ce dont je dois m’inquiéter. Si je suis là, c’est pour avoir des réponses plus claires que ce vous venez de déverser. Vous comptez tourner autour du pot encore longtemps ?!

Le jeune homme se releva enfin, la tête lui tournant un peu mais il tint bon malgré tout. Ce n’était pas le moment de s’évanouir et encore moins de flancher. S’il devait mourir bientôt, il devait savoir avant ce qui risquait d’arriver à sa sœur et comment il pouvait la protéger. Elle ignorait encore tout et était très manipulable, encore naïve, il pouvait donc lui arriver n’importe quoi sans qu’elle ne réalise. Il ne voulait pas qu’elle le suive dans la tombe, c’était aussi simple que ça.

– Votre fils est donc tombé amoureux de ma sœur ? Et ensuite ? Compte-t-il la mettre au courant de tout et la transformer ? L’amener à accepter volontairement l’idée de tout oublier de sa vie humaine, oublier ses parents et sa petite sœur ?! Vous affirmez respecter la vie humaine… En façade uniquement. Si c’était le cas, vous laisseriez tous ma sœur en paix. Votre fils, la lutine brune, tous ! J’ai ressenti ce que cette fille était avant même d’apprendre la vérité, vous prétendez ne pas vouloir de mal aux humains alors que jouez avec eux comme un fauve jouerait avec sa proie avant de la déchiqueter. C’est infect ! Vous vous croyez moins monstres que d’autres alors que vous piégez des humains pour les mordre ensuite ?!

Il s’interrompit pour reprendre son souffle, son cœur battant très vite, un peu trop vite. Il ne comptait pas s’emporter ni crier, à la base, cette histoire lui portait un peu sur les nerfs.Il reporta le regard sur le docteur, accomplissant un effort de volonté surhumain pour respirer un bon coup et se détendre, se calmer.

– Même vous, votre famille, vous avez attendu qu’ils soient d’accord pour les mordre ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carlisle Cullen
Médecin
avatar

Activité : Présent
Statut : Membre
Messages : 32

Âge Rpg : 23 ans / 361 ans
Statut marital : Marié
Particularité : Médecin

MessageSujet: Re: Un peu d'honnêteté   Mar 19 Juil - 12:39

– Quelle importance ça peut avoir pour vous ? siffla-t-il. Ce n’est pas de ça que je suis venu vous parler. Cette affaire me regarde, je sais ce que je risque et ce dont je dois m’inquiéter. Si je suis là, c’est pour avoir des réponses plus claires que ce vous venez de déverser. Vous comptez tourner autour du pot encore longtemps ?!

Le médecin ne répondit pas tout de suite, ne voyant pas vraiment ce qu'il voulait entendre de plus. Il n'en savait pas lui-même bien plus que cela, simplement que Edward était effectivement intéressé par Bella, qu'il devait être amoureux, cependant, c'était encore très récent, personne ne pouvait être convaincu de quoi que ce soit. Et elle n'était pas en danger ! En tant que membre de leur famille, Edward ne buvait plus de sang humain, donc il ne fera aucun mal à Bella, quoi qu'il arrive. Il croisa le regard du jeune homme, lui trouvant un air beaucoup plus agité et pâle, il ne le réalisait peut-être pas mais son corps tout entier était déjà en proie à certains changement. Des réflexes plus vifs, une vision accrue, un odorat déjà plus développé, un instinct à vif. Carlisle ignorait quoi lui dire pour l'apaiser, le calmer, il ignorait ce qu'on pouvait ressentir lorsqu'on savait qu'on était au bord du gouffre et qu'on allait bientôt vous plonger dans les ténèbres sans que vous puissiez y faire quoi que ce soit. Que devait-on ressentir ? Lorsqu'on savait que tout allait changer mais sans savoir quels seront exactement ces changements, de quelle façon sera conduite votre vie le mois suivant. La peur de tout perdre, mêlée à la peur de l'inconnu. La pression ne devait pas être des moindres. Peu étonnant qu'il soit autant sur les nerfs, personne dans son entourage ne pouvait comprendre ce qu'il vivait actuellement.

– Votre fils est donc tombé amoureux de ma sœur ? Et ensuite ? Compte-t-il la mettre au courant de tout et la transformer ? L’amener à accepter volontairement l’idée de tout oublier de sa vie humaine, oublier ses parents et sa petite sœur ?! Vous affirmez respecter la vie humaine… En façade uniquement. Si c’était le cas, vous laisseriez tous ma sœur en paix. Votre fils, la lutine brune, tous ! J’ai ressenti ce que cette fille était avant même d’apprendre la vérité, vous prétendez ne pas vouloir de mal aux humains alors que jouez avec eux comme un fauve jouerait avec sa proie avant de la déchiqueter. C’est infect ! Vous vous croyez moins monstres que d’autres alors que vous piégez des humains pour les mordre ensuite ?!

A nouveau, le docteur resta silencieux. S'il pouvait être certain que son fils ne voulait pas faire de mal à Bella, il ne pouvait en revanche pas savoir s'il comptait bien la transformer ou non, ce point-là restait possible. Ils ne se considéraient pourtant pas comme des monstres, ils respectaient la vie humaine autant que possible. Honnêtement, Carlisle n'était pas pour une éventuelle transformation, priver une jeune femme en bonne santé de sa vie et de sa famille était contraire à tous ses principes. D'un autre côté, s'ils s'attachaient trop l'un à l'autre, comment vivront-ils si Edward restait figé dans on état et que Bella continuait de tracer son chemin ? Elle finira par se lasser, ses centres de préoccupations changeront en avançant dans l'âge adulte, naturellement. Elle s'éloignera. Ce sera bien mieux pour elle, mais Edward, lui, plongera dans la dépression. S'ils acceptaient que Bella les rejoigne aussi jeune, ce serait effectivement une réaction monstrueuse et égoïste, car malgré tout ce qu'on pourra lui raconter, rien ne pourra réellement la préparer. Rien ne pourra lui montrer ce qu'elle devra vivre en voyant sa famille pleurer sa mort, ses amis poursuivre sans s'arrêter, toute une vie figée, sans la moindre perspective d'évolution. L'amour ne suffisait pas à pallier tous les besoins essentiels liés à l'humanité et à la vie de façon globale. Même si Edward passait des heures à parler de tout cela à sa copine, jamais il ne pourra vraiment lui faire comprendre ce qui l'attendait.

– Même vous, votre famille, vous avez attendu qu’ils soient d’accord pour les mordre ?

– Ce n'est jamais un choix, nous admettons cela. Car même une personne ayant vraiment la décision en main ne peut pas réaliser ce qui l'attend, ces personnes se comptent sur les doigts d'une main. Lorsque j'ai transformé les miens, chacun d'entre eux était mourant. Je ne veux pas mordre une personne en pleine santé.

Il couva un instant le jeune homme du regard puis avoua qu'il ignorait si Edward avait l'intention d'en arriver là,a joutant que Bella ignorait tout de leur nature et qu'elle n'en était certainement pas rendue là avec Edward. Elle était encore bien jeune et très naïve, elle n'avait rien vu de la vie ni rien connu, pas à seulement dix-sept ou dix-huit ans.

– Personne n'a l'intention de faire venir ta sœur dans notre monde. Edward non plus n'en est pas rendu là. Et même si tu es convaincu que ce n'est pas important, je te garanti qu'il vaut vraiment mieux que tu t'en fasses pour toi-même d'abord. Ce n'est pas un petit clan que tu as sur le dos... On les considère comme la famille dirigeante de notre monde, c'est un clan de combattants. Tâcher de te renseigner un maximum est sans doute le mieux que tu puisses faire avant la fin. Et t'organiser pour que ton départ ne soit pas trop chaotique pour ta famille.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dylan C. Swan
Enquêteur
avatar

Activité : Présent
Statut : Fondateur
Messages : 51

Âge Rpg : 21 ans
Statut marital : Parfois célibataire
Particularité : Traqueur

MessageSujet: Re: Un peu d'honnêteté   Mar 9 Aoû - 19:17

– Ce n'est jamais un choix, nous admettons cela. Car même une personne ayant vraiment la décision en main ne peut pas réaliser ce qui l'attend, ces personnes se comptent sur les doigts d'une main. Lorsque j'ai transformé les miens, chacun d'entre eux était mourant. Je ne veux pas mordre une personne en pleine santé.

Mordre un mourant était-il plus justifié que mordre une personne en pleine santé ?! Et si le mourant n’était pas en état de refuser et de demander à ce qu’on le laisse mourir ?! Comment s’arrangeait-il avec sa conscience, ce soit-disant docteur ?! Le jeune homme le foudroya du regard, de plus en plus dégoûté et furieux pour ce qui arrivait. Furieux car il ignorait comment se sortir de cette impasse et dégoûté car, s’il partait, il n’y aura plus personne pour s‘assurer qu’il n’arrive rien de mal à sa petite sœur, qu’elle ne soit pas mordue contre son gré ou qu’on la manipule pour lui faire croire que c’était bien cela qu’elle voulait, qu’elle désirait par-dessus tout. Le médecin ajouta ensuite qu’il ignorait si son fils avait l’intention d’en arriver là, faisant grincer des dents à Dylan. Évidemment qu’il en avait l’intention ! Il suffisait de voir comment il regardait Bella ! C’était malsain, effrayant, un regard qui ne trompait pas. Il lui voulait du mal, Dylan pouvait le ressentir, il le savait, il le savait. Le jeune homme se frotta rapidement le visage des deux mains, tête baissée, en retenant un gémissement. Il avait les deux mains liées dans le dos, c’était une impasse, comment s’en tirer maintenant ?

– Personne n'a l'intention de faire venir ta sœur dans notre monde. Edward non plus n'en est pas rendu là. Et même si tu es convaincu que ce n'est pas important, je te garanti qu'il vaut vraiment mieux que tu t'en fasses pour toi-même d'abord. Ce n'est pas un petit clan que tu as sur le dos... On les considère comme la famille dirigeante de notre monde, c'est un clan de combattants. Tâcher de te renseigner un maximum est sans doute le mieux que tu puisses faire avant la fin. Et t'organiser pour que ton départ ne soit pas trop chaotique pour ta famille.

Il lui parlait comme à un condamné à mort. Dylan releva un regard empli de larmes de rage et d’impuissance, puis se leva d’un bond, quittant le bureau en claquant la porte derrière lui. Il marcha d’abord très rapidement puis courut dans les couloirs de l’hôpital, dévalant les escaliers à pied, puis sortant en traversant bien vite le hall. Il retrouva le parking gris sous une pluie fine, sans stopper sa course, continuant sans même prendre garde où il se rendait. Il éprouvait tout à coup le besoin urgent de filer, prendre le plus d’air possible, sans prendre garde aux regards bizarres qu’on lui jetait parfois, voire paniqués. Ils ne pouvaient pas savoir ce qu’il fuyait ni même qu’il ne pouvait pas fuir réellement. Il continua ainsi en pleurant un peu jusqu’à arriver à la forêt, ralentissant à peine en s’engageant sur le chemin. La forêt étendit rapidement son ombre sur son passage, la pluie ne tombant pas plus fort mais l’humidité augmentant très fortement. Il courait toujours lorsqu’il percuta tout à coup violemment un rocher dur et froid, clignant des yeux en prenant conscience que le rocher portait une veste. Il voulut reculer mais deux mains froides et dures l’attrapèrent par les bras, si fort qu’il crut qu’il allait les lui briser.

Le jeune homme reprit son souffle avec beaucoup de peine, le cœur battant beaucoup plus vite sous l’effet de la peur lorsqu’il reconnut Aro. Le gros était derrière, le type géant qu’il avait vu aussi et qui se faisait passer pour le colocataire de Démétri. Une belle comédie. Dylan essaya de se débattre puis le vampire le poussa contre le gros tronc d’un sapin en lui maintenant les bras et les épaules, silencieux, un air étrange sur le visage, comme s’il retenait un fou rire. Le jeune homme passa encore un long moment à essayer de se débattre avant d’admettre que ça ne servait à rien, restant coincé contre l’arbre par le vampire. Il se contenta de le regarder en tremblant, ne pleurant plus, épuisé tout à coup. Donc il était bien condamné. Et sa petite sœur aussi s’il ne pouvait plus la protéger.

– Pourquoi moi ? souffla-t-il. Je ne suis pas un combattant.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aro Volturi
Chef de clan
avatar

Activité : Présent
Statut : Membre
Messages : 34

Âge Rpg : 38 ans / 3 312 ans
Statut marital : Marié
Particularité : Peut lire et voir toutes les pensées et tous les souvenirs d’un être depuis sa naissance juste en le touchant

MessageSujet: Re: Un peu d'honnêteté   Jeu 15 Sep - 11:50

Aro lança le petit paquet à Félix pour qu’il le garde avec lui pour le moment, ils enverront les échantillons nécessaires plus tard, par colis, en avion. Alec allait bientôt revenir, sans doute, il ne se rendait pas au lycée aujourd’hui pour « raisons médicales », Aro s’était beaucoup amusé, ce matin, à écrire un mot pour les petits humains de l’école qu’il avait ensuite chargé Jane de transmettre. Refermant sa veste, il redressa la tête pour humer légèrement l’air, jugeant que leurs ennemis avaient dû passer sur ce chemin il y a environ cinq jours de cela, ils devaient être assez loin, à l’heure actuelle. S’éloignaient-ils à cause de la présence plus prononcée de leurs ennemis naturels ? Ou bien cherchaient-ils à tous se regrouper pour un plus gros assaut ? Aro marcha tranquillement en suivant la trace, envoyant également un rapide message à ses frères. Félix avançait derrière lui, garde vigilant et prêt à réagir en cas de besoin. Caïus lui avait déjà souvent reproché de se balader ainsi seul, ou avec seulement un garde ou deux, il oubliait vite que Aro était parfaitement capable de se défendre. Elevé en soldat, combattant, vampire rendu plus puissant par la force des millénaires, qui pourrait l’accuser d’être faible ? Son frère ne devrait pas oublier si aisément qui ils étaient, tous trois.

Entendant le bruit rapide d’une respiration humaine très hiératique, le chef du clan se retourna et rebroussa chemin, reconnaissant, au manque d’odeur humaine accompagnant le bruit, leur jeune traqueur humain. Un petit problème, sans doute, il ne se reconnaissait plus lui-même ? Aro eut un léger rire et dit à Félix de le suivre, filant à vitesse vampirique sur le sentier avant de tomber, effectivement, sur Dylan, qui courait sur le chemin de terre et de boue, parsemée de feuilles mortes et de brindilles, dans un état d’agitation très conséquent. Aro se dressa sur son chemin sans crier gare, le jeune humain le percutant sans avoir eu le temps de le voir. Le vampire s’empara aussitôt de lui en le saisissant par les bras pour l’empêcher de s’enfuir, serrant si fort qu’il en était à la limite de lui briser les os. Et bien, et bien… On avait du mal à garder son calme, en ce moment ? On se sentait condamné, pris au piège, il avait du mal à réaliser ce qui lui tombait sous le nez ? C’était normal, peu d’humains acceptaient ainsi leur propre mort avec facilité, d’autant plus en ce genre de périodes. Et celui qui allait vers elle sans se débattre ni combattre ne méritait de toute façon pas de vivre.

Le jeune homme n’avait pas d’odeur, soit, en revanche, la peur en dégageait une et elle se ressentait en lui avec une puissance telle qu’on s’y attendait de la part d’un humain se sachant piégé. Il se débattit néanmoins, s’efforçant de se libérer. Aro le plaqua contre le tronc d’un arbre avec une certaine rudesse puis le maintint ainsi, se retenant à très grande peine de rire. Qu’il lutte donc, le vampire attendra très tranquillement qu’il réalise que ça ne servait strictement à rien et qu’il ne faisait que gaspiller son énergie. Le traqueur essaya encore de le repousser, durant dix bonnes minutes encore, sous le regard impassible de Félix et celui, plus amusé, d’Aro. Puis, enfin, il abandonna, arrêtant de se débattre et se contentant de rester là, prisonnier de l’étau du vampire. Il lui aura fallu un bon moment avant de se résigner, c’est très bien, il avait du caractère et ne laissait pas tomber facilement, il fera une bonne recrue. Généralement, les traqueurs n’étaient pas du genre à laisser tomber ou se rendre dès qu’on le leur ordonnait, ils n’étaient pas des êtres qu’on pouvait piéger facilement. Dylan était encore humain, donc encore faible, mais il changera, il pourra évoluer vers un stade supérieur.

– Pourquoi moi ? souffla-t-il. Je ne suis pas un combattant.

– Oh si, tu en es un, sourit le chef du clan. Ton caractère, tes actions, tes pensées, tout le prouve. Tu feras une bonne recrue, je n’ai pas d’inquiétude à ce sujet, je sais repérer ceux qui feront les meilleurs vampires.

Il passa la main sur son visage puis lui releva la tête en le prenant par le menton pour l’obliger à le regarder droit dans les yeux. Tout en faisant, il lut à nouveau le fil de ses pensées et de ses émotions, tout ce qui avait traversé son esprit depuis sa naissance, tous ses souvenirs, tout ce qui le constituait lui, en tant que personne, son esprit et son âme. Aro pouvait lire tout cela d’un simple geste, tenant au creux de la main les informations les plus personnelles et intimes d’une personne. Ainsi, il pouvait s’imposer dès le début comme le chef de chacun des membres de son clan, il connaissait parfaitement chacun d’eux et savait exactement quels étaient leurs points forts et points faibles, leurs aspirations, leurs buts, leurs rêves, leurs joies et leurs peurs les plus profondes. Une connaissance qui lui permettait de tenir chacun d’entre eux d’une main de fer et diriger le clan sans rien laisser au hasard. Comme des pièces de sa collection personnelle, somme toute. Une garde soudée où Dylan entrera, que ce soit de gré ou de force.

– Comme c’est mignon, tu t’en fais tant pour ta jeune sœur… Carlisle ne t’as pas menti, vois-tu, leur famille est réellement assez bizarre pour ne pas se nourrir de sang humain. Et comme il te l’a dit, tu ferais mieux de te soucier de toi et de te préparer. Tu n’es pas plus curieux que cela de savoir ce qui t’attend concrètement ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dylan C. Swan
Enquêteur
avatar

Activité : Présent
Statut : Fondateur
Messages : 51

Âge Rpg : 21 ans
Statut marital : Parfois célibataire
Particularité : Traqueur

MessageSujet: Re: Un peu d'honnêteté   Sam 24 Sep - 19:20

– Oh si, tu en es un, sourit le chef du clan. Ton caractère, tes actions, tes pensées, tout le prouve. Tu feras une bonne recrue, je n’ai pas d’inquiétude à ce sujet, je sais repérer ceux qui feront les meilleurs vampires.

C’est ça… A quoi bon tenter de le faire changer d’avis ? Dylan retint une grimace puis sursauta lorsque la main fine et glaciale du vampire passa son visage avant de se glisser sous son menton et lui faire relever la tête. Le jeune homme s’efforça de ne rien, absolument rien, laisser transparaître dans son expression ou regard, même s’il savait que c’était inutile et que ce type pouvait, de toute façon, deviner ses émotions, les ressentir, comme un chien renifle la peur ou la tristesse chez une personne. Dylan, en ce moment, avait surtout peur. Peur à la fois de ce qui allait bientôt arriver, des changements survenus dans son esprit et son corps, de l’avenir, de ce qui arrivera à Bella lorsqu’il ne sera plus là pour veiller sur elle, de la vie qu’allait mener Raven si elle perdait à la fois son frère et sa sœur, et aussi peur que leur jeune sœur ne cherche à tout prix à comprendre, voire à se venger. Peur de ce regard sanglant posé sur lui, dont il n’arrivait pourtant pas à se détacher. Parallèlement à la peur, c’était aussi la colère qui venait l’agiter, ainsi qu’un profond sentiment d’injustice et d’impuissance. Comment… Qui pouvait lutter ? Il était juste un humain. Il cligna des yeux en se mordant les lèvres, s’efforçant de ne pas pleurer, ne rien faire, ne pas se montrer lâche ou faible, même si ce n’était qu’en apparence.

– Comme c’est mignon, tu t’en fais tant pour ta jeune sœur… Carlisle ne t’as pas menti, vois-tu, leur famille est réellement assez bizarre pour ne pas se nourrir de sang humain. Et comme il te l’a dit, tu ferais mieux de te soucier de toi et de te préparer. Tu n’es pas plus curieux que cela de savoir ce qui t’attend concrètement ?

Comment savait-il que Dylan était allé parler au docteur Cullen ?! Il lui jeta un regard halluciné, la bouche entrouverte sous le choc. Il ne pouvait pas l’avoir espionné, Dylan n’avait pas ressenti sa présence aux alentours de l’hôpital ! Cullen était alors le seul vampire présent dans le périmètre, le jeune humain était certain qu’il n’y en avait aucun autre. Il avait une sorte de… De pouvoir, de don, il voyait l’avenir ou le passé ? Il pouvait savoir comme ça ce qui se déroulait pour les autres dans la journée ? Mais… Dylan se reprit avec une certaine difficulté, même si le regard bien rouge qu’il était contraint d’observer ne l’aidait pas du tout. Des questions, si, bien sûr, il en avait des centaines, et n’éprouvait pour autant pas la moindre envie de les poser à ce type alors qu’il le coinçait comme ça contre le tronc d’un arbre et pourrait l’achever à n’importe quel seconde s’il en avait envie. Il songea à lui filer un bon coup de pied avant de repousser l’idée, se doutant que c’est lui qui aurait mal au pied sans que ça ne fasse le moindre effet au vampire. Forcé d’admettre qu’il était coincé, il finit par pousser un profond soupir, les poings serrés.

– Très bien, se résigna-t-il pour le moment. C’est quoi, le but de votre clan, exactement ? Et qu’est-ce que je suis censé y faire ? Je suppose que vous ne comptez pas me lâcher, de toute manière… Vous prenez toujours tous ceux qui vous intéressent comme ça, sans jamais leur demander leurs avis ? Il y en a sûrement qui seraient ravis d’accéder à l’immortalité, sans avoir besoin de tomber sur ceux qui n’en veulent pas.

Dylan avait littéralement cracher le dernier mot, la colère et l’impuissance le poussant de nouveau à se débattre, essayer de se libérer. Il ne supportait pas d’être contraint comme ça, c’était plus fort que lui, il fallait qu’il agisse, fasse quelque chose, n’importe quoi.

– Qui êtes-vous vraiment, à la fin ?!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aro Volturi
Chef de clan
avatar

Activité : Présent
Statut : Membre
Messages : 34

Âge Rpg : 38 ans / 3 312 ans
Statut marital : Marié
Particularité : Peut lire et voir toutes les pensées et tous les souvenirs d’un être depuis sa naissance juste en le touchant

MessageSujet: Re: Un peu d'honnêteté   Mer 26 Oct - 19:31

Il était toujours très amusant de voir les petits humains, qui ne connaissaient pas son pouvoir, se perdre en supputations en s’efforçant de comprendre comment le chef des Volturi pouvaient en savoir sur eux, leurs actions, leurs pensées, le moindre de leurs faits et gestes depuis la naissance. Le petit traqueur refusait toujours farouchement de se laisser faire, songeant même à lui filer un coup de pied bien placé. Très fougueux, heureusement qu’il pouvait comprendre de lui-même qu’il serait le seul à avoir mal dans l’affaire, il pourrait même se fouler une cheville s’il y mettait assez de forces. Vouloir frapper un vampire lorsqu’on en était pas un soi-même restait d’une stupidité sans nom, en plus d’être parfaitement inutile. Ce jeune enfant finit par admettre qu’il n’avait de toute façon pas le choix, une acceptation dont Aro doutait fortement qu’elle dure. Il le lisait très bien dans son regard, ce petit refusera de se résigner véritablement et de se laisser mener tant qu’il sera toujours humain et sûrement, même, durant ses premières années de jeune vampire. Démétri aussi s’était beaucoup débattu, seule la poigne de Caïus avait permit de l’éduquer convenablement, pour en faire le traqueur parfait qu’il était aujourd’hui. Dylan réussit néanmoins à se calmer un tantinet, calme très passager dont Aro doutait fortement qu’il dure plus de quinze secondes, chronomètre en main.

– Très bien, se résigna-t-il pour le moment. C’est quoi, le but de votre clan, exactement ? Et qu’est-ce que je suis censé y faire ? Je suppose que vous ne comptez pas me lâcher, de toute manière… Vous prenez toujours tous ceux qui vous intéressent comme ça, sans jamais leur demander leurs avis ? Il y en a sûrement qui seraient ravis d’accéder à l’immortalité, sans avoir besoin de tomber sur ceux qui n’en veulent pas.

Gagné, cela n’avait vraiment pas duré longtemps, ce petit n’avait tenu qu’un peu plus d’une dizaine de secondes, le temps de lui déballer ça. Il recommençait de nouveau à se débattre et lutter pour se libérer. Bien que ce soit sans effet, il y avait une certaine forme de fascination, à observer les humains se révolter contre leur sort, puisant dans l’énergie du désespoir. Aro avait autant envie de jouer un peu avec lui et ses nerfs, pour le simple plaisir, que celle de calmer un petit peu le jeu, maintenant, histoire de ne pas non plus le rendre malade. Le chef des Volturi ne cherchait pas à jeter ce jeune humain à terre non plus, après tout. Avec lui, ils avaient du temps pour l’amener sur la voie qui sera sienne, alors que dans le cas de Démétri, leur clan était alors en pleine guerre et prit par le temps. Retrouver le Russe dans les rues qu’il connaissait bien mieux qu’eux et alors qu’il n’avait pas d’odeur n’avait pas été un exercice très facile, autant l’avouer. Démétri pouvait vraiment se vanter de les avoir fait courir, jamais un humain ne les avait autant baladé et manqué de si peu de s’échapper. Ah là là, tout cela était si loin.

– Qui êtes-vous vraiment, à la fin ?!

– Tu connais déjà mon nom, sourit Aro d’une voix paisible. Pour le reste, il est temps de discuter plus posément sur quel est notre clan et ce que nous y faisons, de ce que toi tu y feras. Tu as raison, je ne compte pas te relâcher, ce serait du gâchis.

Le vampire lança souplement sa victime du jour contre Félix. Le géant l’empoigna à son tour et le força à les accompagner, en le tenant par le bras et en le tirant, le soulevant presque du sol, parfois, lorsqu’il refusait d’être plus coopératif. Ils ressortirent à une allure humaine de la forêt, suivant un long sentier avant d’arriver à la voiture élégante, garée sur le petit parking. Félix s’installa au volant et son chef s’assit derrière, à côté du petit humain que le grand garde avait d’abord jeté sur le siège alors avant de claquer la portière. Le trajet jusqu’à l’appartement qu’ils occupaient à Forks le temps de la traque était court, à peine quelques minutes. Une fois garés derrière, les deux vampires et leurs proies entrèrent dans l’immeuble puis dans l’appartement impersonnel, où Démétri et les jumeaux vivaient officiellement. Aro posa la main sur l’épaule de Dylan pour le conduire dans le salon et le poussa à s’asseoir dans un des fauteuils, lui déconseillant d’un ton très tranquille de tenter quoi que ce soit, en le voyant amorcer un mouvement. Il serait rattrapé avant même d’avoir pu franchir le seuil de cette pièce, sans oublier Félix qui s’était assis dans la causeuse de l’entrée en attendant.

– Vois-tu, jeune homme, notre clan est en quelque sorte la police de notre monde, reprit-il en s’arrêtant près de la petite cheminée, s’y accoudant avec tranquillité en le regardant. Même les vampires ont des lois, la plus importante de toutes est de garder le secret sur notre monde. Nous nous chargeons de faire respecter cela, par la force lorsqu’il le faut. Cela recouvre de très nombreuses tâches… Nous protégeons également les autres vampires des hordes des Enfants de la Lune. Les loups-garous, si tu préfères. Eux non plus ne sont pas de simples créatures de légendes.

Même si bien des vampires aimeraient qu’ils le soient, à leur très grand dam. Enfin… Cette guerre était à leur image, éternelle et inaltérable. Les humains, de leur côté, étaient eux aussi si souvent en guerre qu’ils en voyaient encore moins les problèmes se déroulant sous leur nez, même lorsqu’ils étaient très gros. Comme dit le vieil adage, de toute manière, plus c’est plus gros et mieux ça passe. Aro sourit avec un certain amusement, jouant sans y penser avec un petit bout de ferraille qu’il faisait tourner entre ses doigts, en un geste rapide.

– Je suis le chef de ce clan, avec mes frères. Dans le clan, beaucoup possèdent des dons et chacun est formé afin d’être à la fois intraitable sur un champ de bataille et indétectable une fois en mission parmi les humains. Toi, en tant que traqueur, tu auras la possibilité, une fois entraîné, de retrouver facilement n’importe qui, à n’importe quel moment. Tu seras à la fois combattant, espion et enquêteur, un vampire capable d’aller sur le terrain. Certains sont nés pour ça, comme toi, Démétri, Félix, les jumeaux et bien d’autres. Comme certains sont mieux placés pour être des soutiens extérieurs ou à distance. Toute une logistique est ainsi mise en place, tout le monde y a une part bien définie et précise. Pour toi qui es déjà policier, la transition ne sera pas dur, seuls tes ennemis changeront de visage. Une fois transformé, tu seras entraîné par mon frère et encadré durant tes premières années de jeune vampire.

Aro lança le petit bout de fer dans le creux de sa main, souplement, le rattrapant puis le lançant à nouveau, toujours en fixant intensément Dylan du regard. Comprenait-il mieux ce qui l’attendait, à présent ? Rien ne lui permettra d’y échapper, il ferait bien mieux de s’y faire dès maintenant.

– Inutile d’avoir peur. Tu peux partir si tu le veux, pour aujourd’hui. Sache simplement que tu ne peux pas échapper à notre vision.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dylan C. Swan
Enquêteur
avatar

Activité : Présent
Statut : Fondateur
Messages : 51

Âge Rpg : 21 ans
Statut marital : Parfois célibataire
Particularité : Traqueur

MessageSujet: Re: Un peu d'honnêteté   Dim 1 Jan - 20:35

– Tu connais déjà mon nom, sourit Aro d’une voix paisible. Pour le reste, il est temps de discuter plus posément sur quel est notre clan et ce que nous y faisons, de ce que toi tu y feras. Tu as raison, je ne compte pas te relâcher, ce serait du gâchis.

Dylan ferma les yeux par réflexe lorsque ce sale type le lança littéralement contre l’autre gros vampire, grimaçant ensuite lorsqu’il se fit empoigner puis traîné sur le sentier. Au moins, le ton était donné, ce type parlait comme si le jeune policier faisait déjà parti de son foutu clan ! Il se débattit malgré tout comme il put, même en sachant avoir peu de chance d’échapper à la poigne d’un vampire, surtout si imposant que celui-là. Le garde le traîna ainsi jusqu’à un petit parking où attendait une voiture noir et longue, plutôt élégante. Une fois la portière arrière ouverte, Dylan fut littéralement jeté à l’intérieur, se cognant au fond en maugréant, surtout lorsque Aro vint s’asseoir juste à côté. On appelait ça un kidnapping, ni plus ni moins ! L’idée lui vint de tenter de se jeter dehors en cours de route, évaluant rapidement le temps qu’il lui faudra pour ouvrir la portière et sauter contre le temps qu’il faudra à Aro pour l’en empêcher. Pas réalisable… Se tenant coi, il ne desserra pas les lèvres jusqu’à l’arrivée, se crispant lorsque le vampire le prit par l’épaule jusqu’à l’appartement qu’ils occupaient, l’emmenant dans le salon et le poussant dans un des fauteuils. Le cœur battant à vive allure, Dylan regarda derrière vers la porte puis retint une grimace lorsque son interlocuteur lui conseilla doucement, d’une voix basse, de ne pas tenter quoi que ce soit. Même sans s’occuper de la porte, il y aurait un moyen de tenter de traverser la fenêtre.

– Vois-tu, jeune homme, notre clan est en quelque sorte la police de notre monde, reprit-il en s’arrêtant près de la petite cheminée, s’y accoudant avec tranquillité en le regardant. Même les vampires ont des lois, la plus importante de toutes est de garder le secret sur notre monde. Nous nous chargeons de faire respecter cela, par la force lorsqu’il le faut. Cela recouvre de très nombreuses tâches… Nous protégeons également les autres vampires des hordes des Enfants de la Lune. Les loups-garous, si tu préfères. Eux non plus ne sont pas de simples créatures de légendes.

Bizarrement, apprendre l’existence des loups-garous, enfin, se l’entendre confirmer, n’angoissa pas Dylan plus que ça. Même si ces monstres hantaient les légendes, eux au moins ne lui voulaient aucun mal. C’était un clan de vampires qu’il avait aux trousses pour le moment, pas une meute de loups. Avalant sa salive avec difficulté, il ne fit aucun mouvement, serrant les mains sur les accoudoirs du fauteuil en jugulant sa nervosité. L’Humanité vivait sans se douter un seul instant des forces réelles qui agitaient ce monde, des guerres souterraines qui s’y déroulaient. Il en était malade…

– Je suis le chef de ce clan, avec mes frères. Dans le clan, beaucoup possèdent des dons et chacun est formé afin d’être à la fois intraitable sur un champ de bataille et indétectable une fois en mission parmi les humains. Toi, en tant que traqueur, tu auras la possibilité, une fois entraîné, de retrouver facilement n’importe qui, à n’importe quel moment. Tu seras à la fois combattant, espion et enquêteur, un vampire capable d’aller sur le terrain. Certains sont nés pour ça, comme toi, Démétri, Félix, les jumeaux et bien d’autres. Comme certains sont mieux placés pour être des soutiens extérieurs ou à distance. Toute une logistique est ainsi mise en place, tout le monde y a une part bien définie et précise. Pour toi qui es déjà policier, la transition ne sera pas dure, seuls tes ennemis changeront de visage. Une fois transformé, tu seras entraîné par mon frère et encadré durant tes premières années de jeune vampire.

Voilà qui répondait également à la question qui lui avait brûlé les lèvres sans qu’il ne la pose à haute voix. « Que ferez-vous si je me suicide ?». Ils auront sûrement un moyen de l’en empêcher, quitte à le mordre plus tôt que prévu. Baissant le regard, ne pouvant pas soutenir celui du vampire, il fixa plutôt une minuscule statuette en bois posé sur la table du salon, représentant une femme, les bras levés vers le ciel. Le chef de leur clan, rien que ça… L’espoir s’amenuisait, jusqu’à disparaître entièrement. Que lui restait-il à faire ? Posant une main contre son cou, à l’endroit où Démétri l’avait déjà mordu une fois, il serra les dents en réfléchissant malgré tout à un moyen de s’en tirer. Pouvait-il au moins mettre sa famille à l’abri des vampires avant de disparaître ? Faire comprendre à Bella qu’elle risquait gros en continuant de fréquenter les Cullen ? Car même s’ils ne se nourrissaient pas de sang humain, ils restaient des monstres. Il ne voulait pas qu’elle connaisse le même sort que lui, qu’elle croit pouvoir choisir d’être transformée alors qu’elle sera de toute façon trop influencée pour avoir son propre avis.

– Inutile d’avoir peur. Tu peux partir si tu le veux, pour aujourd’hui. Sache simplement que tu ne peux pas échapper à notre vision.

C’est ça… Dylan se leva comme un automate puis se dirigea vers la sortie, passant devant Félix avec un regard morne et claquant la porte derrière lui. Il dévala aussitôt les escaliers et quitta l’immeuble sous la pluie battante qui venait de reprendre. Rabattant sa capuche sur sa tête, il se dirigea à pieds vers le commissariat, comme il était bientôt l’heure d’embaucher, s’arrêtant dix minutes en chemin pour acheter un maigre sandwich et le manger en cours de route. Il arriva rapidement, saluant ses collègues en entrant et grimaçant un peu lorsque l’un d’eux marmonna qu’il avait une sale tête. Merci de le faire remarquer, c’était gentil, il était déjà au courant. Et ce n’était pas prêt de s’arranger…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un peu d'honnêteté   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un peu d'honnêteté
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un bel exemple d'honnêteté , rare de nos jours !!!
» [car il est important de rester honnete] A bas la hiérarchie
» SOPA - Megaupload Ferme - Anonymous réplique
» Le personnage qui a le plus de fans dans MLP FiM?
» ban de ma femme (et moi) alors qu'elle se présente honnêtement?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Enfant du crépuscule :: Etat de Washington :: District d'Olympic :: Forks :: Hôpital-
Sauter vers: