Le monde a changé, les vampires aussi, les humains sont prêts pour la guerre...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une partie de chasse en amoureux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jasper Hale Cullen
Lycéen(ne)
avatar

Messages : 14

Âge Rpg : 160 ans en réalité / 19 ans physiquement
Statut marital : Marié à un ange
Particularité : Empathie

MessageSujet: Une partie de chasse en amoureux    Ven 31 Mar - 14:47

Il pleuvait. Comme presque tous les jours à Forks. S'en était devenu une habitude si lassante que Jasper n'y faisait plus du tout attention depuis pratiquement un an, lors de son arrive à Forks. Pourtant, au début, lorsqu'il voyait la pluie tomber à dru, comme aujourd'hui, il n'avait de cesse de repenser à ce jour où il était entré dans ce café de Philadelphie, alors qu'un orage se préparait, et où il avait fait la rencontre d'Alice. Ça avait été le plus beau jour de sa vie. Ou plutôt de sa non-vie. Et repenser à cette rencontre lui faisait retrouver le sourire.

Sauf qu'aujourd'hui, alors que toute sa famille se retrouvait dans le salon, Jasper avait préféré faire chambre à part. De un, parce qu'il était assoiffé mais ne voulait pas embêter son monde pour que quelqu'un l'accompagne. Parce qu'avec les créatures qui rôdaient dans les parages, ils n'avaient plus le droit d'aller chasser seuls. Et comme tout le monde semblait plus ou moins occupé à discuter avec joie, sans penser à la guerre, en bas, l'Empathe était resté dans son coin. De deux, et bien son don semblait faire des siennes aujourd'hui. Et comme il ne voulait pas affecter les autres, il avait simplement quitter la pièce où la joie régnait. Il était hors de question que les autres souffrent par sa faute.

Le blond était donc au deuxième étage, couché sur le dos sur son lit, fixant le plafond de ses yeux rendus noirs par l'appel du sang. En réalité, il réfléchissait à un moyen d'en savoir plus sur les événements actuels, même si les Volturi étaient déjà sur le coup. Il était tout à ses réflexions, lorsqu'il entendit des bruits de pas dans l'escaliers. Sans s'en rendre compte, il ne pût s'empêcher de sourire en reconnaissant le pas léger d'Alice. Un sourire qui s'agrandit lorsque sa joie et son amour vinrent le frapper de plein fouet. Du moins, jusqu'à ce que son don reprenne le dessus et n'éloigne ses deux sentiments de lui. Il poussa donc un profond soupir, avant de se redresser sur ses coudes et de se lever à l'instant même où sa femme rentrait dans la pièce, en faisant semblant de sourire. Il ne voulait en aucun cas inquiéter Alice. Alors quitte à prendre sur lui...

S'approchant de sa femme, il l'a pris dans ses bras pour l'enlacer, s'imprégnant au passage de son amour, avant de remettre une mèche de ses cheveux à sa place, derrière son oreille, tout en demandant :

- Que dirais-tu d'une partie de chasse avec moi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Cullen
Lycéen(ne)
avatar

Activité : Présent
Statut : Membre
Messages : 58

Âge Rpg : 22 ans / 103 ans
Statut marital : Mariée
Particularité : Don de voyance

MessageSujet: Re: Une partie de chasse en amoureux    Ven 31 Mar - 20:16

On pouvait affirmer qu’il y avait une certaine activité, en ce moment. Entre les Volturi qu’elle voyait parfois dans ses visions à chasser des bestioles qu’elle détesterait rencontrer en face, Bella et sa famille en petits morceaux après la « mort » de son grand frère, les attaques de randonneurs qui n’avaient pas cessé dans le parc, la police sur les dents, les dons qui pouvaient encore fluctuer violemment, c’était la fête ! Alice était un peu frustrée, pour être honnête, elle n’aimait pas voir les autres faire la tête et Bella plongeait en pleine dépression. Installée dans la baignoire remplie d’eau chaude et de mousse, soufflant sur les bulles comme une enfant, elle songeait à quelques solutions pour améliorer un peu les choses, sans en trouver. Eh, c’était pas sa faute à elle si personne pouvait dire à Bella que son grand frère s’était juste fait bouffer par Démétri ! Un petit soupir lui échappa alors qu’elle frottait ses cheveux noirs bouclant comme des fous avec l’eau chaude, adorant prendre des bains. Ça, c’était cool, d’en avoir l’utilité, rien de plus relaxant qu’un bain. Chacun son truc, celui de Rosalie, c’était d’essayer de se plonger dans ce « sommeil » bizarre, bien trop lourd pour qu’Alice en ait envie, pour sa part.

Plongeant entièrement sous l’eau, la petite lutine s’allongea dans le fond de la baignoire et tâcha de se détendre entièrement, imaginant qu’elle flottait dans l’espace infini avec Jasper, naviguant à deux dans les étoiles. Son imagination dériva ainsi un long moment, jusqu’à temps que l’eau ne soit trop tiède pour qu’il soit agréable d’y rester plus longtemps. Elle en sortit puis se sécha avec rapidité, frottant énergiquement ses cheveux sans prendre la peine de les recoiffer aussitôt puis vidant la baignoire avant de ranger le léger bazar qu’elle avait mis. La salle de bain de cet étage était très grande et spacieuse, néanmoins, toutes les affaires servant aux trois femmes de la maison à se pomponner occupaient une grande partie de l’espace. Il fallait bien se faire belles, pour leurs hommes ! Surtout en ce moment, Alice avait vraiment horreur devoir le sien se renfermer de plus en plus et ne ratait jamais une occasion pour le prendre à part et tout faire pour lui remonter le moral. Elle était possessive et l’assumait, même si quelqu’un d’autre voulait lui parler, c’était priorité, point barre, Jasper était son mari à elle et à personne d’autre ! Elle l’avait trop longtemps attendu pour accepter que qui que ce soit le lui pique alors qu’elle voulait lui parler, lui faire un câlin ou juste passer du temps avec lui.

Une fois habillée correctement et plus au moins bien coiffée car ses cheveux partaient en tous sens sans aucune logique, Alice sortit de la salle de bain en sautillant, croisant vite fait au passage Emmett qui allait sans doute se lancer dans une longue partie de jeu vidéo, vu son état d’excitation, courant vers la chambre qu’elle partageait avec son mari. Pas de lycée demain, ils étaient vendredi soir, et le temps était, comme à son habitude, affreux. Des trombes d’eau se déversaient du ciel en continu et un humain n’y verrait rien du tout. Pour le moment, pas envie de traîner avec toute la famille, elle voulait avant tout un moment en tête-à-tête avec son âme sœur, profiter de tous les instants qu'ils pouvaient passer en paix, tous les deux. Une éternité, ce n'était pas suffisant pour s'aimer ! Poussant en grand la porte de la chambre, elle lui sourit très largement, bien déterminée à lui faire passer au loin soupirs tristes et air distants, l'empêcher de sombrer dans la mélancolie. Elle était là ! Elle pouvait lui remonter le moral ! Se blottir tout contre lui lorsqu'il vint l'enlacer suffisait déjà à maintenir son humeur au beau fixe, adorant lorsqu'il la câlinait, jouait avec ses cheveux, prenait, tout simplement, le temps d'être avec elle. Même si Alice adorait avoir une si grande famille, elle aimait encore plus ces moments d'intimité avec son mari.

Jasper – Que dirais-tu d'une partie de chasse avec moi ?

Alice – Je veux un câlin d'abord, réclama-t-elle aussitôt.

Elle sauta un peu puis s'accrocha à lui en passant les bras autour du cou puis les jambes autour de la taille, profitant sans aucune honte d'être presque à moitié plus petite que lui. Aussitôt installée, elle le serra contre lui en nichant son nez dans son cou, près de l'oreille, les yeux fermés. Elle ne le laissera pas déprimer tout seul, il pouvait en être sûr et certain, en plus, ils trouveront bien un moyen de l'aider à mieux contrôler son don ! Quitte à se déplacer très loin pour trouver des vampires avec plus d'expérience ou quelque chose comme ça. Il lui fallut de très longues minutes à câliner son mari en l'embrassant dans le cou puis en ébouriffant ses cheveux avant de se décider à reposer pied au sol. Donc chasser, oui, pourquoi pas ! Elle n'avait pas très soif mais voyait bien que Jasper, si, il en avait besoin et ils ne pouvaient plus vraiment y aller seuls, avec ces soucis de bestioles plein de crocs dans le coin. Saisissant son mari par la main, elle le tira avec elle vers la fenêtre et sauta dehors avec lui. Leur chambre, au deuxième étage, donnait directement sur le jardin, c'était très pratique. La pluie, le vent, la nuit, c'était accessoire, tout cela, tant qu'elle était avec son mari. Même si le temps avait le don d'effacer de nombreuses odeurs, sans compter que beaucoup d'animaux habituels fuyaient plus loin à cause des loups bizarres, il restait tout de même de quoi faire un bon repas sans pour autant s'éloigner à trop de kilomètres de la maison. Carlisle les avait prévenus, déjà, inutile de partir très loin.

Ce fut tout d'abord un cerf qui passa à leur portée et Alice le laissa à son mari avec un sourire. Elle-même n'avait pas tant besoin que ça de boire, alors que lui... En attendant qu'il se nourrisse, Alice leva le nez vers le ciel, les nuages lourds de pluie, tendant la main vers eux pour sentir les gouttes claquer contre sa paume et glisser sur elle, sur sa peau de marbre, se faufilant dans les vêtements légers et venant encore boucler les cheveux. Le soleil, où était le soleil vif et brillant qu'elle avait vu au premier jour de sa vie ? Ce souvenir-là était l'un des plus beaux de son existence, placé en tête avec le jour de sa rencontre avec Jasper et le jour où ils s'étaient mariés pour la première fois. Dès qu'elle vit que Jasper avait terminé, elle revint aussitôt se jeter dans ses bras, l'entourant des siens puis posant la tête contre son torse. Tous deux étaient autant trempés que s'ils avaient plongé dans une piscine tout habillé, sans même ressentir le froid, magnifique avantge de leur espèce.

Alice – Pourquoi tu ne me dis pas ce que tu ressens ? demanda-t-elle en relevant les yeux vers lui. Je sais que tu n'es pas très bien avec ton don, tu peux m'en parler ! Qu'est-ce que je peux faire pour t'aider ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jasper Hale Cullen
Lycéen(ne)
avatar

Messages : 14

Âge Rpg : 160 ans en réalité / 19 ans physiquement
Statut marital : Marié à un ange
Particularité : Empathie

MessageSujet: Re: Une partie de chasse en amoureux    Ven 31 Mar - 22:45

Forks n'était en vérité pas si calme que Carlisle l'avait prédit avant de venir s'établir par ici. Certes, toute la famille se trouvait à l'écart du centre-ville. Mais cela n'empêchait pas les Volturi de rôder dans le coin, encore moins les attaques des randonneurs dans la forêt. Et c'était pour cela que les Cullen en étaient réduits à devoir sortir à plusieurs simplement pour se nourrir. Ça n'aurait tenu qu'à lui, il serait sorti seul mais il n'avait pas envie d'enfreindre les règles de Carlisle et de le décevoir. Parce que celui qu'il considérait comme son père était déjà assez tendu vis-à-vis d'Edward pour une raison que Jasper ignorait. Et il n'était pas en assez bon termes pour lui demander ce qu'il se passait. Simplement, personne ne pouvait lui mentir concernant leurs émotions. Alors le blond savait très bien que quelque chose clochait entre Edward et Carlisle et Carlisle et Esmée. Mais il ne disait rien.

D'autant plus que ce vendredi soir, l'ambiance à la villa n'avait rien de tendue pour une fois. Alors, il n'était pas celui qui allait plomber l'ambiance en annonçant qu'il savait que quelque chose clochait. Et puis de toute manière, les pas d'Alice se faisaient entendre juste à l'entrée de leur chambre. Le blond se releva alors souplement du lit sur lequel il était couché, avant d'aller enlacer son âme-soeur. Parce que là, maintenant, il avait simplement besoin de s'imprégner de son amour. Alors lorsqu'elle réclama un câlin, il ne pu s'empêcher de sourire.

Il la laissa s'accrocher à lui, la tenant tout de même pour ne pas qu'elle tombe, avant de passer une main dans ses cheveux noirs de jais et les ébouriffer encore plus qu'ils ne l'étaient déjà, tout en lui murmurant, pour que elle seule puisse l'entendre :

- Je t'aime Alice.

Ils restèrent ainsi de nombreuses minutes mais en vérité, le blond n'avait pas tellement envie de voir Alice reposer pied à terre. Et c'est un peu à contrecoeur qu'il la laissa redescendre, tout en attrapant sa main, ne voulant pas une seule seconde rompre le contact avec elle. Parce que sa seule présence suffisait à l'apaiser. Tout ça grâce à la joie et l'amour qu'elle dégageait pour tout le monde. Tout son contraire à lui en somme. Mais ne disait-on pas que les contraires s'attirent ?

Les deux Vampires sautèrent donc par la fenêtre, dans le vent, la pluie et la nuit. Mais peu importait en réalité. Parce que l'avantage d'être une créature était qu'ils ne ressentaient plus le froid depuis longtemps. Chose plus avantageuse dans une ville pluvieuse comme Forks, surtout lorsque l'on chassait. Et d’ailleurs, en parlant de chasse, lorsqu'un cerf croisa leur route, Jasper ne perdit pas une seconde pour lâcher la main de sa femme et intercepter la bête. Et en moins de temps qu'il ne fallait pour le dire, il planta ses crocs dans le coup de l'animal, le tuant sur le coup, avant de se nourrir, rassasiant sa soif et étouffant ainsi la brûlure à sa gorge. Mais pour combien de temps ?

Accroupi près de sa victime, l'Empathe passa le dos de sa main sur ses lèvres, vérifiant qu'il n'avait pas de traces de sang sur son visage, avant de se relever... Pour réceptionner sa femme dans ses bras. S'en était devenu une habitude. Mais pour rien au monde il n'abandonnerait cette habitude. Et il posa alors sa tête sur celle de sa femme, entourant sa taille de ses bras, pour tenter de la protéger de la pluie qui tombait.

Lorsqu'elle prit la parole, le blond releva alors la tête, avant de planter son regard dans le sien. Pourquoi ne parlait-il pas de ses sentiments ? Parce qu'il était tellement perdu lui-même qu'il ne savait pas ce qu'il ressentait ? Ou parce que c'était la colère et la haine qui l'animaient la plupart du temps, lorsqu'Alice n'était pas là. Il se mordit donc les lèvres, préférant rester honnête avec son âme-soeur :

- Là, maintenant, je ressens de l'amour et de la joie aussi. Un peu d'inquiétude... Tu es inquiète ?

C'était clairement de elle que ce sentiment venait puisque lui ne ressentait plus vraiment grand chose depuis des semaines en réalité. Ou du moins, il ne ressentait rien d'autres que des sentiments négatifs. Il attrapa la main de sa femme, entremêlant ses doigts aux siens, tout en rajoutant, gêné, mais toujours honnête :

- Je ne veux pas vous embêter avec mon problème. Toute la famille a déjà d'autres choses à gérer de plus important que mon don qui part en vrille, non ?

A part rester auprès de lui vingt quatre heures sur vingt quatre, il voyait très mal ce qu'elle pouvait faire de plus pour lui. Parce qu'il était hors de question qu'ils fassent faux bond aux Cullen alors qu'ils avaient trouvé une famille et qu'il commençait lui-même à peine à se sevrer du sang humain...

Sa main libre se posa sous le menton d'Alice, espérant ainsi la rassurer. Finalement, après un instant de silence, il rajouta alors, sûr de ce qu'il voulait :

- Je veux juste que tu restes près de moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Cullen
Lycéen(ne)
avatar

Activité : Présent
Statut : Membre
Messages : 58

Âge Rpg : 22 ans / 103 ans
Statut marital : Mariée
Particularité : Don de voyance

MessageSujet: Re: Une partie de chasse en amoureux    Sam 1 Avr - 16:13

Jasper – Là, maintenant, je ressens de l'amour et de la joie aussi. Un peu d'inquiétude... Tu es inquiète ?

Alice – On ne peut rien te cacher.

Bien sûr qu'elle s'inquiétait pour lui ! Elle l'avait bien entendu soupirer avant qu'elle n'entre dans la chambre et même si elle trouvait très mignon et touchant qu'il fasse tout pour ne pas lui montrer sa peine ou ses phases de lassitude, elle n'était pas aveugle au point de ne pas le réaliser lorsqu'il allait moins bien. Lorsqu'il entremêla ses doigts aux siens, elle y mit un plus de pression que de coutume pour lui montrer qu'elle était là et qu'il pouvait se confier à elle, même s'il trouvait ça idiot, gênant ou elle ne savait quoi encore. Ils étaient mariés, pas vrai ? Viendra un moment où elle lui racontera en détails toutes les visions qu'elle avait eu de lui avant leur rencontre. Ces visions survenues à l'époque où elle était enfermée dans le noir, celles arrivées après sa libération, la découverte de la liberté et le soleil. Alice tendit sa main libre pour repousser un peu les mèches blondes épaisses tombant sur le front de son mari et devant ses yeux à cause de la pluie. Ce détail capillaire pour les autres était très important pour elle car c'était surtout ce regard qui lui plaisait, chez lui. Ce regard qu'elle avait tout d'abord vu avant même de le rencontrer et où elle lisait tant de choses. Un regard fascinant, qu'il ne réalisait peut-être même pas, où la jeune femme pourrait se plonger des heures entières.

Jasper – Je ne veux pas vous embêter avec mon problème. Toute la famille a déjà d'autres choses à gérer de plus important que mon don qui part en vrille, non ?

Toute la famille, aucune idée, par contre, elle, elle demandait à ce qu'il "l'embête" avec ça parce qu'il n'était pas question de le laisser souffrir tout seul dans son coin ! Alice fit une petite moue, très peu convaincue pour cette fois, qu'il y avait-il de plus important que de veiller sur ceux qu'on aimait ? Un petit frisson la prit lorsqu'il posa la main contre son visage, sentant bien la douceur de ses gestes mais encore très peu rassurée pour autant. Elle savait bien qu'il essayait toujours de minimiser ses soucis ou de passer au-dessus pour qu'elle ne s'en fasse pas, ou bien lorsqu'il considérait ça comme "moins important". Eh, il allait vraiment déprimer en agissant comme ça ! Même si la guerre menaçait de reprendre et tout ça... Eux, ça ne les concernait pas, ils ne faisaient pas parti du clan de fous dangereux et Jasper non plus n'était plus membre d'une armée. Ils avaient trouvé une nouvelle famille, ils menaient une existence plus respectueuse de la vie humaine, avec des frères, une sœur, même des parents adoptifs. Enfin, elle ne savait pas trop si Jasper les considérait comme des parents adoptifs, lui aussi, comme il devait bien se souvenir de ses vrais parents. Elle-même avait tout oublié, c'était moins compliqué de repartir à zéro.

Jasper – Je veux juste que tu restes près de moi.

Alice – C'est évident mais je voudrai faire plus, je déteste te voir mal. Tu es plus affecté qu'Edward ou moi, pour ton don...

Ce qui la frustrait énormément car elle ne trouvait aucune solution valable pour le moment, mis à part tout faire pour lui changer les idées. Enroulant ses bras autour de lui, elle lui sauta à nouveau dessus pour le fit basculer an arrière, se retrouvant assise à califourchon au-dessus de lui pendant qu'il était allongé par terre, au milieu des feuilles, de la terre détrempée et d'un peu de boue. Bah, tant pis, ils n'auront qu'à reprendre un bain à deux en rentrant ! Alice se pencha et lui prit la tête entre les mains pour l'embrasser longuement, pas du tout gênée, pour sa part, de se retrouver dans cette position au milieu d'une forêt un soir de tempête. C'est sûr qu'avec tout le monde à proximité, il devait souvent se sentir très mal... Trop d'émotions à gérer d'un coup, trop de sentiments ressentis, en plus des siens, trop de risque d'affecter les autres par accident, aussi. Comprenaient-ils le problème ? Son taciturne de mari n'avait sans doute pas dû leur en parler... Edward avait sans doute dû le lire dans sa tête mais enfin, lui aussi était très bizarre, ces derniers temps, il regardait toujours Bella pas comme s'il voulait s'approcher d'elle mais plutôt comme s'il voulait vraiment la dévorer. Son futur était très instable, comme celui de Bella. Flippant. Une pointe de peur la traversa puis elle se reprit, écartant d'un centimètre la tête.

Alice – Tu sais, beaucoup des nôtres avec un don ont dû se ré-entraîner, après la guerre. Si on trouvait quelqu'un pour t'aider à t'entraîner, toi aussi ? Je ne sais pas trop si Carlisle pourrait, ou... Une autre personne, je ne sais pas trop, il faut chercher ! Sinon à Edward, comme il pourrait aussi comprendre ce que tu traverses ? Tu en dis quoi ? Et ne me dit pas que c'est pas important !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jasper Hale Cullen
Lycéen(ne)
avatar

Messages : 14

Âge Rpg : 160 ans en réalité / 19 ans physiquement
Statut marital : Marié à un ange
Particularité : Empathie

MessageSujet: Re: Une partie de chasse en amoureux    Dim 2 Avr - 17:22

Bien évidemment que personne ne pouvait rien lui cacher. Lui, par contre, pouvait très bien tout cacher aux autres. D'ailleurs, ces derniers ne devaient pas trouver cela très différent de d'habitude puisqu'il avait toujours été solitaire. Il tenta donc de rassurer sa femme en entremêlant ses doigts aux siens. Mais que pouvait-il lui dire à vrai dire ? Que tout allait s'arranger ? Même lui ne savait pas si tout allait s'arranger en réalité... Il ne releva son regard que lorsqu'Alice resserra sa prise. L'Empathe prit une profonde inspiration, simplement pour se reprendre, avant de rajouter :

- Rassure-toi. Ça va aller mieux, il me faut juste du temps.

Le blond la laissa s'amuser avec ses mèches de cheveux, qui lui tombaient devant les yeux à cause de la pluie. Finalement, il avoua alors qu'il n'avait pas envie d'embêter les autres avec ses problèmes. Parce qu'il y avait bien d'autres choses plus importantes dont la famille devait s'occuper, non ? Alice sembla dubitative et c'est ainsi que Jasper finit par poser sa main sur son menton, lui caressant la joue de son pouce. Il planta alors son regard dans celui de la brune, sachant très bien qu'elle s'inquiétait toujours. Cependant, il n'interféra pas sur ses sentiments. Parce qu'il ne savait pas comment cela pouvait se manifester. Mieux valait donc s'abstenir, non ? D'autant que ce ne serait pas juste vis-à-vis de sa femme.

Il finit donc par rétorquait qu'il voulait simplement qu'elle reste près de lui. Ce par quoi elle répondit par l'affirmative. Après tout, ils étaient âme-soeurs, aucune raison donc qu'ils ne se séparent un jour. Du moins, si jamais ce jour arrivait, Jasper ne s'en remettrait sûrement jamais. Mais assez parlé de malheur. Et puis de toute manière, la Vampire reprenait la parole, en disant qu'elle détestait le voir aller mal. Le blond haussa les épaules, prêt à protester que ce n'était pas la peine de s'ne faire plus pour lui lorsqu'il se retrouva à terre. Ça, il ne l'avait pas vu venir. Mais au fond, cela lui avait décoché un sourire. Vraiment, lorsqu'il était avec son petit bout de femme, tout allait très bien. Et l'amour qu'il ressentit lorsqu'elle l'embrassa le fit approfondir ce même baiser avec passion, avant de le rompre à contre coeur, en posant ses mains sur les hanches d'Alice. Ils restèrent alors quelques minutes ainsi, sans parler. Alice semblait réfléchir à un moyen de faire quelque chose mais aux yeux de Jasper, c'était une chose vaine. Et d'ailleurs, en entendant ses propositions, il ne pût s'empêcher de répliquer, assez rapidement :

- Edward, hein ? Il serait le premier à se moquer de moi. Et puis, je le trouve étrange en ce moment, pas toi ? Il est bizarre vis-à-vis de Carlisle. J'ai l'impression qu'il est en colère contre lui, mais je ne sais pas pourquoi. Tu en saurais plus ?

Parce que c'était en partie à cause de cela que le Vampire passait la plupart de son temps à l'écart des autres. Et ne pas connaître la raison de cette soudaine colère, le mettait un peu hors de lui. Il lança donc un regard interrogateur à sa femme, la faisant basculer sur le côté, pour qu'elle soit allongée près de lui, la tête sur son torse. Il caressa alors ses cheveux, avant de rajouter à mi-voix, voulant trouver une réponse à ses questions sans réponses :

- Je peux demander à Carlisle mais il à l'air très occupé ces derniers temps. Tu penses qu'il s'occupe du virus sans rien nous dire ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Cullen
Lycéen(ne)
avatar

Activité : Présent
Statut : Membre
Messages : 58

Âge Rpg : 22 ans / 103 ans
Statut marital : Mariée
Particularité : Don de voyance

MessageSujet: Re: Une partie de chasse en amoureux    Ven 7 Avr - 21:53

Jasper – Edward, hein ? Il serait le premier à se moquer de moi. Et puis, je le trouve étrange en ce moment, pas toi ? Il est bizarre vis-à-vis de Carlisle. J'ai l'impression qu'il est en colère contre lui, mais je ne sais pas pourquoi. Tu en saurais plus ?

Pas vraiment, non. Alice haussa les épaules, n’ayant, à vrai dire, pas du fait attention à si Edward avait un comportement étrange ou pas, pas plus que Carlisle d’ailleurs. Elle s’allongea plutôt sur son mari avec une décontraction toute naturelle, comme s’il n’y avait rien de plus normal que d’être allongés à deux dans la boue au milieu d’une forêt en pleine nuit. Jasper la fit tout à coup basculer juste à côté de lui, lui arrachant un petit sursaut de surprise, avant de pouvoir reposer la tête sur son torse. Là, tout de suite, Alice n’avait plus la moindre envie de bouger, tout à fait satisfaite de cette proximité, de sentir la main de son mari passer dans ses cheveux, son bras autour d’elle comme un cocon protecteur. La famille bizarre, ces derniers temps ? Elle ne savait pas trop… L’avenir d’Edward était très flou, ça oui, celui de Carlisle oscillait… Elle le voyait parfois dans des endroits sombres et étranges, seuls, puis de grands yeux jaunes luisant de rage surgissaient dans les ténèbres. Pas très rassurant. La lutine brune pinça un peu les lèvres, peu sûre de ce qu’elle devait songer de ses visions. Rien ne prouvait qu’elles allaient se réaliser mais rien ne prouvait non plus le contraire.

Jasper – Je peux demander à Carlisle mais il à l'air très occupé ces derniers temps. Tu penses qu'il s'occupe du virus sans rien nous dire ?

Alice – C’est possible, murmura-t-elle. Je ne sais rien à propos d’Edward, son futur est très flou, en ce moment, instable… A mon avis, il doit réfléchir à une décision très importante car les visions de lui bougent sans cesse et ne se ressemblent jamais. Pour Carlisle, bah… Je le vois avancer seul, sans aucun de nous, parfois dans une forêt comme celle-ci, parfois dans des souterrains très sombres. Il y a de grands yeux de bêtes dans l’obscurité. De temps en temps, son avenir se mêle à celui des Volturi, je les voix, eux aussi. Donc oui, peut-être qu’il les aide pour le virus.

Sa voix était restée, malgré tout, hésitante tout du long. Elle ne pouvait être certaine de rien ! C’était trop flou, trop vague, trop lointain encore. Frustrée de ne rien avoir de plus concret, elle se remit un peu mieux contre son mari pour nicher son petit nez dans son cou puis fermer les yeux, se laissant complètement aller contre lui. Loin de l’agitation perpétuelle de la maison – agitation d’ailleurs très souvent provoquée par Emmett – ils n’avaient finalement que peu d’occasions de vraiment se retrouver comme ça, tous les deux, en toute tranquillité. Toujours les yeux fermés, elle ajouta pour son mari qu’il faudrait sans doute demander quand même soit à leur frère, soit à leur père des idées pour débloquer la situation. Edward n’allait tout de même pas se moquer pour ça ! Il savait bien ce que c’était d’avoir un don.

Alice – Tu sens ça ? murmura-t-elle tout à coup en redressant la tête.

Une drôle d’odeur était venue se mêler à la pluie et à l’humus. Reniflant, elle essaya de déchiffrer ce que c’était. Lointain encore, mais lourd, presque… Métallique ? Elle ne saurait pas dire. Sautant sur ses pieds, elle tira la main de Jaser pour qu’il fasse de même, scrutant la nuit de ses yeux jaunes très vifs.

Alice – On va voir ce que c’est ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jasper Hale Cullen
Lycéen(ne)
avatar

Messages : 14

Âge Rpg : 160 ans en réalité / 19 ans physiquement
Statut marital : Marié à un ange
Particularité : Empathie

MessageSujet: Re: Une partie de chasse en amoureux    Dim 9 Avr - 16:39

Jasper n'était pas vraiment convaincu du fait que quelqu'un pourrait l'aider en réalité. Mais il ne perdrait non plus rien à essayé de demander à Edward ou Carlisle après tout. Même si tous deux semblaient être occupés par tout autre chose. Peut-être qu'au final, le blond devrait s'éloigner un peu de la famille, le temps de faire le point. Il ne restait plus qu'à voir si Alice voudrait le suivre. Quoique la question ne se posait même pas en réalité. Il était pratiquement sûr et certain que sa femme le suivrait jusqu'au bout du monde s'il le fallait.

Il s'amusa un peu de la surprise de la brunette lorsqu'il la fit basculer sur le côté, tout en passant son bras autour d'elle. Il pourrait y avoir un cataclysme qu'il ne bougerait pas maintenant. D'autant plus qu'Alice avait l'air préoccupée par quelque chose. L'Empathe tourna donc son regard vers elle, se demandant bien ce qui pouvait être la source de son inquiétude. Il espérait simplement que ce n'était pas de sa faute à lui.

Alors lorsqu'elle reprit la parole dans un murmure pour lui expliquer ses visions de leur frère et leur père, Jasper se tendit un peu. Il n'aimait pas tellement le don de sa femme en réalité. Parce que même si ce dernier leur avait permis de se rencontrer, ses prémonitions n'étaient pas une science exacte. Et elles étaient généralement porteuses de mauvaises nouvelles. Comme là, alors qu'elle annonçait simplement qu'elle voyait les Volturi dans l'avenir de leur patriarche.

- C'est... Pourquoi est ce que Carlisle irait pactiser avec l'ennemi ? Ou alors... Tu penses que les Volturi nous cachent des choses ?

Peut-être qu'au final, le Vampire n'aurait jamais la réponse à ses questions. Mais c'était pet-être mieux ainsi, pour éviter une confrontation avec le clan italien. Ressentant la frustration d'Alice, il lui caressa alors les cheveux pour la rassurer, avant qu'elle ne lui dise à mi-voix de voir avec Edward ou Carlisle pour débloquer la situation. Le blond leva les yeux au ciel, avant de proposer :

- Ou alors, on pourrait simplement s'éloigner un peu... Juste toi et moi.

Lançant un regard à sa femme, Jasper attendait donc la réponse de cette dernière avec un peu d'impatience. Mais son intention fut attirée par une odeur assez étrange. Ça ne ressemblait en aucun cas à l'odeur d'un animal des environs. C'était bien plus fort et métallique. Se redressant à son tour en prenant appui sur ses coudes, l'Empathe échangea un regard un peu inquiet avec sa femme, tout en répondant :

- On ne devrait pas aller prévenir les autres ? Si c'est une menace, Carlisle devrait être au courant.

Mais d'un certain côté, la curiosité prenait aussi un peu le pas sur la raison. Il se releva donc à la suite de la brune, tout en scrutant les environs de son regard ocre. Après tout, ils savaient tous les deux se défendre et s'il y avait un danger certain, Alice l'aurait déjà vu, non ? Il tourna alors la tête de tous les côtés, afin d'évaluer la situation, avant de se diriger lentement dans la direction vers laquelle provenait l'odeur, main dans la main avec sa femme, prêt à la protéger de toute menace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Cullen
Lycéen(ne)
avatar

Activité : Présent
Statut : Membre
Messages : 58

Âge Rpg : 22 ans / 103 ans
Statut marital : Mariée
Particularité : Don de voyance

MessageSujet: Re: Une partie de chasse en amoureux    Jeu 25 Mai - 10:13

Alice ne savait pas vraiment quoi répondre à son mari, concernant Carlisle. Après tout, qu'il travaille sur le virus, pourquoi pas, c'était possible, il était médecin et ne pouvait sans doute pas s'empêcher d'agir s'il sentait sa famille en danger ! Après, qu'il se mêle des affaires des Volturi, c'était une autre histoire. Elle avait hoché la tête lorsque Jasper avait lancé que le clan leur cachait sans doute des choses, n'ayant même pas besoin de ses visions pour savoir ça. Evidemment qu'ils leur cachaient plein de choses ! A eux et au monde tout entier, à tous les vampires de la planète, et surtout entre eux. C'était comme ça et honnêtement, elle n'avait pas envie de s'en mêler, pas envie de déclencher une bataille contre eux. Ils n'étaient pas sûrs de gagner... Ou plutôt, ils étaient sûrs de perdre ! Il suffirait qu'Alec débarque avec son don terrifiant et hop, terminé, plus personne en face. Quoi que, elle n'était enfin pas vraiment certaine de la façon dont fonctionnait le pouvoir du jumeau de Jane. Son mari avait raison, sans doute devraient-ils s'éloigner un peu, tous les deux, le temps qu'il se reprenne et s'entraîne. Mais, et la famille ? Si jamais il y avait un souci, comment feront-ils ?

En attendant de répondre à toutes les questions, il fallait bien s'occuper du moment présent. Remise debout, Alice tourna un regard un peu impatient à son compagnon, faisant la moue lorsqu'il proposa tout d'abord d'aller prévenir Carlisle. Ils n'étaient plus des enfants ! Carlisle était sûrement plus vieux et tout cela, mais bon. Alice ne voyait rien, aucune vision l'avertissant d'un quelconque danger, donc elle ne voyait pas trop l'intérêt d'aller alerter tout le monde. Finalement, Jasper se leva à son tour, lui arrachant un très grand sourire lorsqu'il vint la rejoindre. Allons-y ! Ils pouvaient se débrouiller, tout de même, et c'était très naturel d'être poussé par la curiosité. Qui pourrait bien leur faire du mal ? 'autres vampires agressifs ? Il n'y en avait pas dans le coin. Les Quileutes ? Ils ne quittaient pas la Réserve. Ces bêtes étranges qui pullulaient ? La lutine brune les aurait sûrement vu dans une de ses visions, si danger il y avait. Elle surveillait tant l'avenir de son mari, pour se rassurer, que ce genre de chose ne risquait guère de lui échapper. Filant main dans la main avec Jasper, suivant l'odeur, ils marchèrent encore une bonne vingtaine de mètres avant que la source ne soit plus prononcée. la pluie brouillait tout ! Au détour d'une combe, après avoir sauté au bord de la rivière, elle entendit un petit gémissement étouffé.

Alice – Regarde !

Une petite boule de poils était recroquevillée près d'un arbre, se protégeant tant bien que mal de la pluie battante et glacée. C'était un loup, ou plutôt un louveteau, tout tremblant et dégageant une odeur de métal qui n'avait strictement rien à voir avec les odeurs habituelles des membres de sa race. Alice courut s'agenouiller près de lui, attendrie, puis le souleva à deux mains, l'écartant un peu lorsqu'il glapit et voulut la mordre. Il était adorable ! Et un peu bizarre, d'accord. Ses yeux, surtout, étaient humains... Il ne pouvait pas être un bébé loup-garou, ce n'était pas possible ça, la pleine lune n'allait se lever que dans une semaine ou deux. C'était peut-être une des bêtes hybrides dont Carlisle leur avait parlé ? Tout tremblotant, en tout cas. Alice ne perdit pas de temps à enlever sa veste et à en envelopper la petite boule de poils avant de se lever en le tenant dans ses bras, le montrant à Jasper.

Alice – Tu crois que c'est des loups hybrides ou je ne sais quoi ? Il est adorable ! On l'emmène avec nous ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une partie de chasse en amoureux    

Revenir en haut Aller en bas
 
Une partie de chasse en amoureux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» la plus belle partie de chasse de votre carrière
» Ma partie de chasse peinte
» Partie de Chasse et Désordre hydrique...
» La partie de chasse en grand format (2000pts)
» Armée du "Shas'el Dal'yth Meylef"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Enfant du crépuscule :: Etat de Washington :: Massif d'Olympic :: Parc National d'Olympic-
Sauter vers: